Vos commentaires modestes et géniaux

Gilets jaunes : les abonnés déroutés !

Le

Le mouvement des gilets jaunes déroute les AMG. Certains, enthousiastes, estiment que les revendications sont légitimes, et saluent « ce formidable élan social », initié « par des gens qu’on entend jamais, qui gagnent des salaires de misères ». D’autres y voient « des bouffeurs de syndicats », des fachos, des beaufs, « des mecs qui n’ont jamais fait une manif de leur vie », et regrettent que cette colère tourne au « poujadisme ». Une querelle qui illustre parfaitement les hésitations de la gauche sur les gilets jaunes. Florilège :

par Léone Micouleau
Je viens d’écouter votre reportage, c’est comme si on y était. Enfin une vrai approche de ce qui s’est réellement passé, loin des commentaires "radios’" et "télés"de nos chers "médias dominants". Merci, cela remet un peu les choses à leur vraie place. Nous n’en pouvons plus de leurs mensonges. À suivre l’évolution de ce mouvement ô combien important. Merci à Dillah Teibi.


par GH
Vu de Paris, cela vous parait peut-être bien sympathique, chez moi ce sont des mecs qui n’ont jamais fait une manif de leur vie, même pas pour soutenir leurs camarades licenciés, qu’ on entend le plus sur les rond-points.
Compréhensible au début, ça tourne trop au poujadisme, car celles et ceux qui souffrent vraiment sont en train de se faire bouffer par des grandes gueules qui ne pensent qu’à leur bagnole.

par Chantal Cambronne
Tout à l’heure, en sortant de l’hôpital d’Oléron Sainte-Marie, j’ai abordé un groupe de gilets jaunes, arrêtant les automobilistes et échangeant avec eux, calmement, posément. Ils étaient près du grand Leclerc. Cela a déjà été dit cent fois, mais cela m’a frappée en direct : c’était vraiment la France profonde qui était là, celle qu"on ne voit jamais à la télé, qu’on n’écoute pas, qui gagne des salaires de misère. J’ai réalisé aussi à quel point tant de gens travaillent très loin de chez eux (39 km, 60 km… c’est fou) Et je me suis souvenue de ma mère qui avait une heure et demie de transport tous les jours, à l’aller et au retour, pour aller travailler. Elle avait deux bus à prendre (région parisienne) et restait parfois presque tout le trajet debout…Pour elle, c’était cela le plus dur, être si longtemps hors de chez elle. Aujourd’hui je suis parmi les chanceux mais je me sens très solidaire.


par Erwin
Ouais, allons gueuler pour avoir plus de sousous pour payer la bagnole et continuer de foncer droit dans le mur où va ce monde de merde.
...
Et il faudrait être enthousiasmé par cet "élan" ? C’est tout ce qui nous reste ? Vraiment ?
À vomir.

par Emile Piquard
Quels témoignages ! Merci Dillah ! J’ai passé deux jours sur Lannemezan (65) en gilet jaune, moi le prof de philo au milieux des aides soignantes, retraité(es), routiers, petits patrons, smicard et rmistes, tous ces gens qui sortent de chez eux pour gueuler généralement pour la première fois, indifféremment abstentionnistes, électeurs récents de Macron, Le Pen, Mélenchon, Poutou... Le mot "politique" déclenche des réactions électriques dans ce contexte, et quasi personne ne veut en entendre parler. Mais quelle énergie, et souvent quelle détermination ! Tout ce monde qui relève la tête. C’est beau ! Pourvu qu’ils poussent le plus loin possible ! Il faut essayer quelque chose et malgré l’incertitude quant à la direction choisie, l’impulsion digne. Je préfère en être pour peser de ma petite contribution personnelle à donner une orientation à ce formidable élan social ! Quand la messe sera dite et que ce mouvement aura pris une consistance idéologique plus précise, si cela ce produit, je pourrais rester ou partir. Et il ne me choque pas d’être dans un combat avec quelqu’un qui sera peut-être mon adversaire, voire mon ennemi, dans d’autres circonstances...


par FIRMIN
Les gilets jaunes sont bien gentils à tous les sens de du termes. C’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnait. Le futur pouvoir fasciste qu’ils vont aider à se mettre en place leur sera-t-il reconnaissant ? Ou bien vont-ils finir dans la broyeuse à poussins ? 
À suivre...

par Grégory Garcia
"Qu’ils viennent me chercher" qu’il disait, hein ?...
J’ai le sentiment qu’il existe chez "les gilets jaunes" une majorité d’abstentionniste à cause du sentiment d’abandon total exprimé. Mais "les gilets jaunes", seuls, ne suffiront pas. Il faudrait établir une jonction avec les prochaines "réformes" (retraite, chômage...). Ainsi, la mobilisation sociale pourrait bien être la plus importante depuis bien longtemps. Les "perdants" (comme moi et vous) des mobilisations contre la loi El Khomri pourraient prendre leur revanche avec les retraités, les chômeurs et d’autres. Et puis, dans ce mouvement, inutile d’opposer bêtement une "France rurale" à une "France urbaine", les "ploucs" aux métropolitains. Ce discours est tout bénef a l’extrême droite. Les pauvres le sont sans distinction de lieux, de zones géographiques. C’est donc bien un conflit de classes dont il s’agit.
Il faut absolument arrêter Macron dans ses choix idéologiques au service du Medef, de la finance, de l’actionnariat contre le salariat. Il est le marche pied de le Pen, le fossoyeur de la Sécu, le rêve de Denis Kessler, l’ennemi du salariat. Il faut un second mai 68, sinon on est foutu. Et celui là, il faudra le gagner.


par Michèle Mialane
Je suis une vieille germaniste et tout ça m’inquiète un peu. Un couple à plus de 5000 euros de retraite et qui regrette Fillon ? merde, son programme était pire que celui de Macron. Des bouffeurs de syndicats ? merde, je n’étais plus syndiquée depuis l’âge de 40 ans, minoritaire du SNES passée au SGEN que je fus, écoeurée par l’absence de démocratie dans les syndicats. Mais j’ai fait les manifs contre la "loi Travail", à 70 ans. Être à découvert le 5 du mois avec 3400 euros ? Quatre gosses, d’accord, mais ces familles-là sont aidées. Moi j’avais moins, j’étais seule avec deux gosses, je donnais un mois d’impôt sur le revenu. Je plains les chômeurs, les smicards, les ruraux enclavés, les banlieusards délaissés. Mais pourquoi regardent-ils TF1 et France 2 sur leurs écrans géants ? Presque personne ne pense plus dans ce pays. Nous nous sommes laissé bouffer par la société de consommation.

par tonia
Tous ces commentaires sont bien tristes ! 
Extra-terrestres ? Paumés ? Casés ? Désabusés ? 
C’est facile de juger assis dans son poltron !
Moi je suis émerveillée par cette simplicité déterminée …
Les gens (comme dit Mélenchon) ont-ils enfin faim ?


par Seb
Bonjour à vous. 
Je pense que ce mouvement des gilets jaunes est très hétérogène d’une région à l’autre, certains ayant des revendications justifiées, car étant dans une situation financière compliquée, d’autres ne pensant qu’au réservoir de leurs grosses voitures !!! C’est donc compliqué de se mettre dans un mouvement qui part un peu dans tous les sens.
Dans mon coin, le gars qui a "organisé" le 17 novembre, je peux difficilement le suivre car en regardant un peu son compte Facebook, il méprisait la grève de la SNCF du printemps, nous accusant de prendre en otage les usagers, je suis cheminot et j’ai participé à toute la grève cela a donc du mal à passer !! et il dénigre les syndicalistes demandant de les siffler si ils viennent sur les sites de blocages. Donc comprenant malgré tout le mouvement, beaucoup de choses me gênent, comme l’injonction de montrer son gilet pour passer sur certains sites bloqués, ainsi que les insultes des gens passant (ma fille allant au boulot ce week-end).
Je pense aussi que les médias jouent un rôle de miroir déformant mais comme dans tout mouvement attention au retour de bâton.Car je me suis fait une réflexion, si dans nos premières manifs du printemps,contre la reforme ferroviaire,le bilan à la fin de la journée avait été d’un mort et de 300 blessés, je me demande quel traitement médiatique nous aurait été réservé en tant que cheminot "privilégié".

par Bernard Griffon
Le peuple est beau lorsqu’il se lève, le verbe haut, revêtu de ses oripeaux auquel la colère donne une image de héros. Foin des comptes d’apothicaires recensant les nombres de manifestants, évaluant quels revenus permettraient selon les uns et ne permettent pas selon les autres de ne pas "crever de faim". Oui la télé et autres médias crapuleux ont cherché à tuer avec un certain succès l’intelligence et la curiosité chez le citoyen. Oui ce sont des gueux tantôt admirables et aussitôt déplorables puisque même armés des meilleures intentions ils n’en sentiront pas moins le fumier ou le gasoil au choix selon l’époque. Mais ces colères populaires, pour nous qui sommes des lutteurs éclairés du combat légitime, écoutons les et ne les méprisons pas.


par lulu
Je comprends tout à fait la colère exprimée. J’habite dans le rural et je fais 120 km par jour (A/R) pour aller bosser. Quand je me suis installée à la campagne en 2007, il y avait un train. Je faisais tout mon trajet en train. La ligne a été supprimée en 2016. Maintenant je fais 25 km en voiture pour prendre une autre ligne de train....qui va bientôt être supprimée elle aussi !!! 
Dans les AG des associations de défense du train on est 20 personnes !!!! 50 dans les manifs !! Beaucoup de monde s’en moquent... Ils sont où les gilets jaunes ?
Le droit du travail, la réforme ferroviaire, les hôpitaux, les retraites, ils étaient où les gilets jaunes ?
Il serait temps de se réveiller ! Ben oui Messieurs, Mesdames ! Le réveil est douloureux...

par Grégory Garcia
Lénine en 196 : « La révolution socialiste en Europe ne peut pas être autre chose que l’explosion de la lutte de masse des opprimés et mécontents de toute espèce. Des éléments de la petite bourgeoisie et des ouvriers arriérés y participeront inévitablement - sans cette participation, la lutte de masse n’est pas possible, aucune révolution n’est possible - et, tout aussi inévitablement, ils apporteront au mouvement leurs préjugés, leurs fantaisies réactionnaires, leurs faiblesses et leurs erreurs. Mais, objectivement, ils s’attaqueront au capital, et l’avant-garde consciente de la révolution, le prolétariat avancé, qui exprimera cette vérité objective d’une lutte de masse disparate, discordante, bigarrée, à première vue sans unité, pourra l’unir et l’orienter, conquérir le pouvoir, s’emparer des banques, exproprier les trusts haïs de tous (bien que pour des raisons différentes !) et réaliser d’autres mesures dictatoriales dont l’ensemble aura pour résultat le renversement de la bourgeoisie et la victoire du socialisme, laquelle ne "s’épurera" pas d’emblée, tant s’en faut, des scories petites-bourgeoises. »

par Lamola
Il me semble déjà bien difficile de mettre tout le monde d’accord sur un site comme Là Bas... alors, sur l’ensemble de la société ?

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Européennes : Didier Porte a regardé les clips de campagne Abonnés

    -

    Voir

    Qui a dit que les clips de campagne ne servaient à rien ? C’est toi, ami abonné ? Eh bien, une fois de plus, tu te trompes lourdement. Les clips de campagne, ça sert à fournir un sujet au chroniqueur démuni, ainsi qu’un peu de boulot à une poignée de prestataires dont le carnet de commande crie misère. Et c’est déjà pas mal, ma foi. Par les temps qui courent, il y a des choses et des gens qui servent vraiment à rien, comme Nathalie Loiseau, ou bien qui ont trop servi, comme Francis Lalanne.

  • Doctissimo, les dessous d’un site très rentable Abonnés

    -

    Écouter

    Qui ne connaît pas Doctissimo ? Le site arrive en tête des résultats quand on pose une question de santé à Google. Fondé en 2000 par deux médecins et hommes politiques de droite, Laurent Alexandre et Claude Malhuret, Doctissimo se voulait le site de référence en « information santé et bien être ». Mais pour être rentable, le site a dû attirer des annonceurs, et donc faire évoluer son contenu pour s’attirer les clics de la fameuse « ménagère de moins de cinquante ans ».

  • Quand les GM&S déboulent au festival de Cannes ON VA TOUT PÉTER ! Abonnés

    -

    Voir

    Deux ans de combat, une énergie folle, une proposition de loi contre les patrons voyous, et aujourd’hui, un film sélectionné à la quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes : ON VA TOUT PÉTER de Lech Kowalski retrace depuis les premiers jours la lutte exemplaire des GM&S. De La Souterraine à Cannes, c’est la parole des travailleurs jetables que les ouvriers viennent porter sur la croisette des notables. Quand les GM&S déboulent au Festival, un reportage de Dillah Teibi.

  • Troisième et dernier épisode : réquisitions et jugement ! GRAND PROCÈS DE MACRON : LE VERDICT ! Abonnés

    -

    Voir

    Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?

  • Un conte de Daniel Mermet Histoire du petit singe lécheur Abonnés

    -

    Lire

    C’était un petit singe qui chaque matin et chaque soir léchait les pieds de l’Empereur. Il le faisait si bien, avec tant de zèle, en poussant même des petits soupirs de plaisirs, que certains esprits s’en étonnaient.

    Un jeune bonze un jour lui demanda :

    « Est-ce que tu subis des pressions ? »

    Le petit singe lécheur éclata de rire :

    « Des pressions ? pas le moins du monde, je suis libre, je lèche comme je veux, jamais l’Empereur ne me demande quoi que ce soit, libre je suis ! »

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte n’a plus envie d’être otage Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, je ne te mentirai pas, j’ai été sidéré par l’« accueil » réservé aux deux amateurs de safaris enlevés au Bénin et secourus dans la foulée par un commando de nos prestigieuses forces spéciales. Mais pas autant (spéciales) que la réception à laquelle ils ont eu droit de la part des plus hautes autorités de la Nation. Sept personnes, plus trois porteurs de parapluie, sont allés les chercher à leur descente d’avion. Foin de bises, encore moins d’accolades, ils ont dû se contenter d’une courte poignée de main du chef de l’État, 45 secondes de discussion, et hop, demi-tour et retour au pas de charge vers le parking, avec un des otages qui cavalait derrière Macron pour essayer de lui dire un mot, mais n’y arrivait pas. À mon avis, les deux gars, ils sont rentrés de Villacoublay en RER. Bien fait pour eux, assassins !

  • La Confédération générale du travail tient son 52e congrès à Dijon Au congrès de la CGT, cinquante nuances de rouge Abonnés

    -

    Écouter

    Est-ce une CGT affaiblie qui tient son 52e congrès cette semaine à Dijon ? La Confédération générale du travail a essuyé plusieurs revers ces dernières années : échec de la mobilisation contre la loi Travail en 2016, échec de la mobilisation contre les ordonnances Travail en 2017, échec de la mobilisation contre la réforme de la SNCF en 2018. Pire, en novembre dernier, la CGT a hâtivement pris ses distances avec les « gilets jaunes », avant de rétropédaler et de soutenir le mouvement. C’est aussi en plein cœur des « gilets jaunes » qu’ont eu lieu les dernières élections professionnelles, qui ont vu la CGT perdre sa place historique de premier syndicat de France au profit de la CFDT. Le nombre d’adhérents est passé de 695 000 en 2012 à 636 000 en 2017.

  • Lundi 13 mai : ouverture du procès Balkany Balkany : Porte nous avait prévenus Abonnés

    -

    Voir

    Après notre procès Macron, voilà le procès Balkany qui commence. Détournement, corruption, chantages, arnaques : toujours impuni, toujours protégé. Pour les médias, Balkany est un régal depuis des années. Pas de doute pour les patrons de presse, le petit peuple aime les voleurs, écrasé par la loi, il aimerait être ce hors-la-loi. Avec Balkany, plus besoin des « Guignols de l’info », le guignol, c’est lui et ses amis jusqu’au sommet de l’État.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte décortique la « méthode Praud » Abonnés

    -

    Voir

    Il est plus que praud-bable, ami abonné, que tu ignores tout du dénommé Pascal Praud, jusqu’à son existence, et que tu t’en portes à merveille. Sache néanmoins que ce plus superflu que réellement sulfureux personnage anime un programme quotidien de blablatage inutile et tous azimuts sur CNews, le canal bolloréen de désinformation continue, et que si tu es une femme, écolo donc bobo, de surcroît candidate aux européennes sur une liste très vaguement de gauche et un peu cucul la praline sur les bords (liste Glucksmann !), ça peut valoir le coup de s’y faire inviter.

  • Un reportage dessiné de Mathieu Colloghan en quatre épisodes Le jour où je suis allé me faire arracher les dents chez Viktor Orbán [INTÉGRALE] Abonnés

    -

    Lire

    C’est fou tout ce qu’on fait pour les pauvres ! Il y avait les vols low cost, les magasins hard discount et les obsèques à bas prix. Il y a maintenant la santé pour les faibles revenus. Si, comme la majorité des Français, tu n’as pas les moyens de t’offrir un sourire de vedette américaine chez ton dentiste, pas de souci, le marché européen libre et non faussé t’offre l’opportunité d’aller te faire refaire le bridge ou poser un implant dentaire ailleurs. Les sans-dents aussi peuvent profiter de la mondialisation heureuse ! Notre reporter Mathieu Colloghan est allé vérifier ce miracle européen en allant se faire arracher toutes les dents en Hongrie.

  • Avant le grand procès de Macron, le 07 mai, un tour dans les archives de Là-bas (juin 2006) BHL : LE PROCÈS DU POMPEUX CORNICHON Accès libre

    -

    Écouter

    Attendu par le monde entier, le Grand Procès de Macron aura donc lieu le 7 mai à la Bourse du travail de Paris à 18 heures. C’est le sixième procès du tribunal de Là-bas, créé en ...2003 à l’initiative du dessinateur CABU et de l’équipe de LA-BAS. Enregistrés au théâtre Dejazet à Paris devant des salles combles, d’importantes personnalités ont comparu : CHIRAC Jacques (2003) SARKOZY Nicolas (2005), KOUCHNER Bernard (2008), DSK Dominique (2011). C’est le procès du français le plus entarté au monde, LEVY Bernard-Henri dit BHL diffusé en juin 2006 que nous vous proposons de (re)découvrir aujourd’hui.

  • Les Illustres Illustrateurs n°08 Connaissez-vous Laurie Lipton ? Abonnés

    -

    Lire

    Si, comme beaucoup, vous ne faites plus que des cauchemars sans surprise, qui ne vous réveillent plus en hurlant, le dos glacé de peur, les dessins de Laurie Lipton vont repeupler vos nuits et vos jours. Je dis « repeupler » pour vous ménager, mais le vrai mot est « hanter ». Au bureau, en famille, en vacances, rien ne sera tout à fait comme avant, car Laurie Lipton a trouvé le moyen de fendre cette armure molle de banalité qui nous sert aujourd’hui d’uniforme.

    Il y a vingt ans, Cornelius Castoriadis parlait d’une « montée de l’insignifiance » pour qualifier l’effet du grand bond en arrière néolibéral. Le temps lui donne raison, mais cette médiocratie ne se limite pas au champ politique et intello-médiatique. La loi du marché et de la com’ a réussi à domestiquer, à aseptiser, à rétrécir la moindre recherche, la moindre audace intellectuelle ou artistique, le moindre déraillement. Depuis longtemps – disons au moins depuis Marcel Duchamp avec son lavabo et son Porte-bouteilles –, l’oligarchie a su parfaitement désarmer toutes les provocations et tous les outrages, en retournant les signes les plus subversifs à son avantage, en montrant par sa largesse la largeur de son esprit.

  • La Pitié-Salpêtrière, attaquée par des hordes sauvages ? Pitié-Salpêtrière : itinéraire d’une fausse information Abonnés

    -

    Voir

    Il a suffi que le ministre de l’Intérieur affirme mercredi soir qu’« on avait attaqué un hôpital » lors de la manifestation du 1er mai pour que nos chiens de garde habituels lui emboîtent le pas, sans distance. Est-ce parce que ça colle avec leur vision du monde ? On ne saurait le dire sans croiser nos sources ! Voici comment un bobard d’État a été démasqué par des citoyens modestes et géniaux. Itinéraire d’une fausse information.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable (avec ou sans Didier Porte) ! Une semaine dans la vie d’Emmanuel Macron Abonnés

    -

    Voir

    Didier Porte est en vacances… encore ! Heureusement, Jonathan Duong, fidèle au poste, s’est demandé si Emmanuel Macron ne s’était pas sarkozysé. Finie la posture mitterrandienne, le président jupitérien à la parole rare, désormais le président est partout, tout le temps, sur toutes les chaînes de télé, dans toutes les conversations, il occupe l’espace. La preuve avec cette semaine passée en compagnie d’Emmanuel Macron.

Une sélection :

Quand le plus haut sommet de l’Etat ment et diffuse des fake news pour disculper Benalla. Une enquête de Taha Bouhafs et Gaylord Van Wymeersch Affaire Benalla : petits montages et gros mensonges AbonnésLire

Le

Là-bas si j’y suis révèle aujourd’hui des vidéos exclusives qui font la lumière sur les étranges méthodes d’Ismaël Emelien, ex-conseiller du Président de la République et chargé de la cellule de riposte de l’Élysée au moment de l’affaire Benalla. Alors que le clan au pouvoir ne cesse d’accuser les « populistes » de toutes les turpitudes, on va voir que ces vaillants procureurs sont largement en tête dans la fabrication des fake news

Tout le monde a en tête la scène de cet homme déguisé en policier frappant un jeune homme place de la Contrescarpe à Paris le 1er mai 2018. C’est cette fameuse séquence filmée à l’époque par notre journaliste Taha Bouhafs, qui permet deux mois et demi plus tard au journal Le Monde d’identifier le proche collaborateur d’Emmanuel Macron, Alexandre Benalla.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.