Vos commentaires modestes et géniaux

Gilets jaunes : les abonnés déroutés !

Le

Le mouvement des gilets jaunes déroute les AMG. Certains, enthousiastes, estiment que les revendications sont légitimes, et saluent « ce formidable élan social », initié « par des gens qu’on entend jamais, qui gagnent des salaires de misères ». D’autres y voient « des bouffeurs de syndicats », des fachos, des beaufs, « des mecs qui n’ont jamais fait une manif de leur vie », et regrettent que cette colère tourne au « poujadisme ». Une querelle qui illustre parfaitement les hésitations de la gauche sur les gilets jaunes. Florilège :

par Léone Micouleau
Je viens d’écouter votre reportage, c’est comme si on y était. Enfin une vrai approche de ce qui s’est réellement passé, loin des commentaires "radios’" et "télés"de nos chers "médias dominants". Merci, cela remet un peu les choses à leur vraie place. Nous n’en pouvons plus de leurs mensonges. À suivre l’évolution de ce mouvement ô combien important. Merci à Dillah Teibi.


par GH
Vu de Paris, cela vous parait peut-être bien sympathique, chez moi ce sont des mecs qui n’ont jamais fait une manif de leur vie, même pas pour soutenir leurs camarades licenciés, qu’ on entend le plus sur les rond-points.
Compréhensible au début, ça tourne trop au poujadisme, car celles et ceux qui souffrent vraiment sont en train de se faire bouffer par des grandes gueules qui ne pensent qu’à leur bagnole.

par Chantal Cambronne
Tout à l’heure, en sortant de l’hôpital d’Oléron Sainte-Marie, j’ai abordé un groupe de gilets jaunes, arrêtant les automobilistes et échangeant avec eux, calmement, posément. Ils étaient près du grand Leclerc. Cela a déjà été dit cent fois, mais cela m’a frappée en direct : c’était vraiment la France profonde qui était là, celle qu"on ne voit jamais à la télé, qu’on n’écoute pas, qui gagne des salaires de misère. J’ai réalisé aussi à quel point tant de gens travaillent très loin de chez eux (39 km, 60 km… c’est fou) Et je me suis souvenue de ma mère qui avait une heure et demie de transport tous les jours, à l’aller et au retour, pour aller travailler. Elle avait deux bus à prendre (région parisienne) et restait parfois presque tout le trajet debout…Pour elle, c’était cela le plus dur, être si longtemps hors de chez elle. Aujourd’hui je suis parmi les chanceux mais je me sens très solidaire.


par Erwin
Ouais, allons gueuler pour avoir plus de sousous pour payer la bagnole et continuer de foncer droit dans le mur où va ce monde de merde.
...
Et il faudrait être enthousiasmé par cet "élan" ? C’est tout ce qui nous reste ? Vraiment ?
À vomir.

par Emile Piquard
Quels témoignages ! Merci Dillah ! J’ai passé deux jours sur Lannemezan (65) en gilet jaune, moi le prof de philo au milieux des aides soignantes, retraité(es), routiers, petits patrons, smicard et rmistes, tous ces gens qui sortent de chez eux pour gueuler généralement pour la première fois, indifféremment abstentionnistes, électeurs récents de Macron, Le Pen, Mélenchon, Poutou... Le mot "politique" déclenche des réactions électriques dans ce contexte, et quasi personne ne veut en entendre parler. Mais quelle énergie, et souvent quelle détermination ! Tout ce monde qui relève la tête. C’est beau ! Pourvu qu’ils poussent le plus loin possible ! Il faut essayer quelque chose et malgré l’incertitude quant à la direction choisie, l’impulsion digne. Je préfère en être pour peser de ma petite contribution personnelle à donner une orientation à ce formidable élan social ! Quand la messe sera dite et que ce mouvement aura pris une consistance idéologique plus précise, si cela ce produit, je pourrais rester ou partir. Et il ne me choque pas d’être dans un combat avec quelqu’un qui sera peut-être mon adversaire, voire mon ennemi, dans d’autres circonstances...


par FIRMIN
Les gilets jaunes sont bien gentils à tous les sens de du termes. C’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnait. Le futur pouvoir fasciste qu’ils vont aider à se mettre en place leur sera-t-il reconnaissant ? Ou bien vont-ils finir dans la broyeuse à poussins ? 
À suivre...

par Grégory Garcia
"Qu’ils viennent me chercher" qu’il disait, hein ?...
J’ai le sentiment qu’il existe chez "les gilets jaunes" une majorité d’abstentionniste à cause du sentiment d’abandon total exprimé. Mais "les gilets jaunes", seuls, ne suffiront pas. Il faudrait établir une jonction avec les prochaines "réformes" (retraite, chômage...). Ainsi, la mobilisation sociale pourrait bien être la plus importante depuis bien longtemps. Les "perdants" (comme moi et vous) des mobilisations contre la loi El Khomri pourraient prendre leur revanche avec les retraités, les chômeurs et d’autres. Et puis, dans ce mouvement, inutile d’opposer bêtement une "France rurale" à une "France urbaine", les "ploucs" aux métropolitains. Ce discours est tout bénef a l’extrême droite. Les pauvres le sont sans distinction de lieux, de zones géographiques. C’est donc bien un conflit de classes dont il s’agit.
Il faut absolument arrêter Macron dans ses choix idéologiques au service du Medef, de la finance, de l’actionnariat contre le salariat. Il est le marche pied de le Pen, le fossoyeur de la Sécu, le rêve de Denis Kessler, l’ennemi du salariat. Il faut un second mai 68, sinon on est foutu. Et celui là, il faudra le gagner.


par Michèle Mialane
Je suis une vieille germaniste et tout ça m’inquiète un peu. Un couple à plus de 5000 euros de retraite et qui regrette Fillon ? merde, son programme était pire que celui de Macron. Des bouffeurs de syndicats ? merde, je n’étais plus syndiquée depuis l’âge de 40 ans, minoritaire du SNES passée au SGEN que je fus, écoeurée par l’absence de démocratie dans les syndicats. Mais j’ai fait les manifs contre la "loi Travail", à 70 ans. Être à découvert le 5 du mois avec 3400 euros ? Quatre gosses, d’accord, mais ces familles-là sont aidées. Moi j’avais moins, j’étais seule avec deux gosses, je donnais un mois d’impôt sur le revenu. Je plains les chômeurs, les smicards, les ruraux enclavés, les banlieusards délaissés. Mais pourquoi regardent-ils TF1 et France 2 sur leurs écrans géants ? Presque personne ne pense plus dans ce pays. Nous nous sommes laissé bouffer par la société de consommation.

par tonia
Tous ces commentaires sont bien tristes ! 
Extra-terrestres ? Paumés ? Casés ? Désabusés ? 
C’est facile de juger assis dans son poltron !
Moi je suis émerveillée par cette simplicité déterminée …
Les gens (comme dit Mélenchon) ont-ils enfin faim ?


par Seb
Bonjour à vous. 
Je pense que ce mouvement des gilets jaunes est très hétérogène d’une région à l’autre, certains ayant des revendications justifiées, car étant dans une situation financière compliquée, d’autres ne pensant qu’au réservoir de leurs grosses voitures !!! C’est donc compliqué de se mettre dans un mouvement qui part un peu dans tous les sens.
Dans mon coin, le gars qui a "organisé" le 17 novembre, je peux difficilement le suivre car en regardant un peu son compte Facebook, il méprisait la grève de la SNCF du printemps, nous accusant de prendre en otage les usagers, je suis cheminot et j’ai participé à toute la grève cela a donc du mal à passer !! et il dénigre les syndicalistes demandant de les siffler si ils viennent sur les sites de blocages. Donc comprenant malgré tout le mouvement, beaucoup de choses me gênent, comme l’injonction de montrer son gilet pour passer sur certains sites bloqués, ainsi que les insultes des gens passant (ma fille allant au boulot ce week-end).
Je pense aussi que les médias jouent un rôle de miroir déformant mais comme dans tout mouvement attention au retour de bâton.Car je me suis fait une réflexion, si dans nos premières manifs du printemps,contre la reforme ferroviaire,le bilan à la fin de la journée avait été d’un mort et de 300 blessés, je me demande quel traitement médiatique nous aurait été réservé en tant que cheminot "privilégié".

par Bernard Griffon
Le peuple est beau lorsqu’il se lève, le verbe haut, revêtu de ses oripeaux auquel la colère donne une image de héros. Foin des comptes d’apothicaires recensant les nombres de manifestants, évaluant quels revenus permettraient selon les uns et ne permettent pas selon les autres de ne pas "crever de faim". Oui la télé et autres médias crapuleux ont cherché à tuer avec un certain succès l’intelligence et la curiosité chez le citoyen. Oui ce sont des gueux tantôt admirables et aussitôt déplorables puisque même armés des meilleures intentions ils n’en sentiront pas moins le fumier ou le gasoil au choix selon l’époque. Mais ces colères populaires, pour nous qui sommes des lutteurs éclairés du combat légitime, écoutons les et ne les méprisons pas.


par lulu
Je comprends tout à fait la colère exprimée. J’habite dans le rural et je fais 120 km par jour (A/R) pour aller bosser. Quand je me suis installée à la campagne en 2007, il y avait un train. Je faisais tout mon trajet en train. La ligne a été supprimée en 2016. Maintenant je fais 25 km en voiture pour prendre une autre ligne de train....qui va bientôt être supprimée elle aussi !!! 
Dans les AG des associations de défense du train on est 20 personnes !!!! 50 dans les manifs !! Beaucoup de monde s’en moquent... Ils sont où les gilets jaunes ?
Le droit du travail, la réforme ferroviaire, les hôpitaux, les retraites, ils étaient où les gilets jaunes ?
Il serait temps de se réveiller ! Ben oui Messieurs, Mesdames ! Le réveil est douloureux...

par Grégory Garcia
Lénine en 196 : « La révolution socialiste en Europe ne peut pas être autre chose que l’explosion de la lutte de masse des opprimés et mécontents de toute espèce. Des éléments de la petite bourgeoisie et des ouvriers arriérés y participeront inévitablement - sans cette participation, la lutte de masse n’est pas possible, aucune révolution n’est possible - et, tout aussi inévitablement, ils apporteront au mouvement leurs préjugés, leurs fantaisies réactionnaires, leurs faiblesses et leurs erreurs. Mais, objectivement, ils s’attaqueront au capital, et l’avant-garde consciente de la révolution, le prolétariat avancé, qui exprimera cette vérité objective d’une lutte de masse disparate, discordante, bigarrée, à première vue sans unité, pourra l’unir et l’orienter, conquérir le pouvoir, s’emparer des banques, exproprier les trusts haïs de tous (bien que pour des raisons différentes !) et réaliser d’autres mesures dictatoriales dont l’ensemble aura pour résultat le renversement de la bourgeoisie et la victoire du socialisme, laquelle ne "s’épurera" pas d’emblée, tant s’en faut, des scories petites-bourgeoises. »

par Lamola
Il me semble déjà bien difficile de mettre tout le monde d’accord sur un site comme Là Bas... alors, sur l’ensemble de la société ?

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Les illustres illustrateurs. OH, LIEBE ! Un texte de Daniel Mermet Connaissez-vous les érotiques de Mihály von Zichy ? Abonnés

    -

    Lire

    Une pipe, un coup par devant, un coup par derrière, et hop l’éjaculation. Ne dites pas que je vous choque, on compte au moins cent millions de vues par jour rien que pour le site Pornhub. Quel remède contre cette banalisation et cette indigence ? L’art érotique est le plus ancien et le plus universel pour célébrer à la fois le trouble, la puissance et l’énigme du désir. Connaissez-vous « OH LIEBE », une série de dessins restée longtemps secrète du génial MIHÁLY von ZICHY ?

    En 2019 dans le monde, les sites pornos ont reçu 42 milliards de visites, 220 000 vidéos pornos sont vues chaque minute sur cette planète et c’est gratuit de sept à cent sept ans. Que se passerait-il dans la tête de madame Yvonne de Gaulle l’épouse du Général si elle revenait sur cette terre, elle qui dans les années soixante, interdisait l’accès de l’Elysée aux personnes divorcées ou coupables d’adultère ? Comment lui expliquer qu’elle peut commander son plug anal sur le net en toute discrétion ? De nos jours l’industrie pornographique réalise un chiffre d’affaire de huit milliards d’euros par an. Jamais dans l’histoire humaine, le sexe humain n’a rapporté autant, jamais l’égout séminal n’a été aussi rentable ni aussi aseptisé, ni aussi impéccablement contrôlé.

    « Nos désirs font désordre » braillait le jeunesse soixante huitarde. Plus de désordre aujourd’hui, plus de désir de désordre, les milliardaires de la pornosphère vous expliqueront que c’est là un grand progrès par rapport aux névroses du puritanisme de jadis.

  • Là-bas fête ses trente ans. Une nouvelle série de Rencontres de Sophie en huit podcasts AVEC LAQUELLE, SUR L’ÎLE DÉSERTE ? (03/08) Abonnés

    -

    Écouter

    Quelle émission vous emporteriez parmi celles qui vous ont surpris, enchantés, choqués, bouleversés ou ravi vos oreilles depuis trente ans ? On a reçu un tas de superbes réponses, merci à vous chères et chers AMG, on s’y attendait mais pas à ce point-là. Dans tout ça, Sophie a choisi huit messages, suivis de huit rencontres à savourer en huit podcasts. Huit fois la preuve que c’est vous les meilleurs…

  • Hommage à Gisèle Halimi Gisèle, une belle vie Accès libre

    -

    Lire

    Sans jamais lâcher la main de la fillette qu’elle fut, Gisèle Halimi s’est mêlée de tout ce dont une femme ne devait pas se mêler. Lutte contre le machisme, l’obscurantisme religieux, le colonialisme, le capitalisme entre autres. On trouve normal et banal aujourd’hui que les femmes soient mêlées à toutes ces causes. C’est pourtant le résultat d’une longue révolution dont Gisèle Halimi avec son inlassable colère restera une superbe héroïne.

  • « L’employé de la semaine » de Là-bas si j’y suis Mais pourquoi y a-t-il autant de reportages sur la Légion étrangère à la télé ? Abonnés

    -

    Voir

    Dernier numéro avant la pause estivale tant attendue par notre « employé de la semaine » du mois de l’année, Jonathan Duong ! Jonathan s’est posé une question qui a déjà traversé la tête de tout le monde sans que personne n’ose la formuler aussi clairement : mais pourquoi y a-t-il autant de reportages sur la Légion étrangère à la télé ? Pas plus tard que lundi dernier, Jonathan a regardé sur TMC – et en entier ! – un reportage en immersion avec des légionnaires qui s’entraînent. La réponse à sa question est peut-être que l’exaltation de l’effort et de l’abnégation jusqu’à l’extrême que véhicule ce genre de reportages ne doit sans doute pas déroger à l’idée qu’un Macron peut se faire du don de soi et du management moderne. Regardez plutôt.

  • Retour au Blanc-Mesnil. Reportage vidéo et podcast Dans le 93, on n’a pas l’argent mais on a les gens (suite) Accès libre

    -

    Voir

    « SOLIDARITÉ EN BANDE ORGANISÉE », c’était la une de Match. Ça les a révoltés, les gens du 93. Pour les médias, les « quartiers », c’est d’abord ça, des bandes organisées, même quand la solidarité s’organise entre les habitants. Ce racisme social dure depuis longtemps, c’est un racisme qui tue. Avec une surmortalité de 118 %, le 93 a été le département d’Île-de-France le plus touché par la pandémie. Ailleurs, on accumule le fric, ici on accumule les risques : économiques, sanitaires, sociaux.

  • Pour une recherche publique, libre et désintéressée. Reportage vidéo et podcast (30:12) VACCIN, RECHERCHE : LES GROS ENFUMAGES DE MONSIEUR MACRON Abonnés

    -

    Voir

    En mars, Macron promet 5 milliards pour la recherche scientifique. Enfumage ! Au total, aujourd’hui, c’est à peine 104 millions qui sont budgetés, alors que l’Allemagne a alloué 60 milliards d’ici 2023 pour la recherche, l’enseignement supérieur et l’innovation. Thérapie, vaccin, « la crise du COVID-19 nous rappelle le caractère vital de la recherche scientifique », déclarait Macron. Comment peut-on accepter cet énorme mensonge ? Les chercheurs sont en lutte. Nous devons soutenir une recherche publique libre et désintéressée. Une enquête de Maja NESKOVIC et Aurélie MARTIN [VIDÉO : 30’12].

  • C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] Abonnés

    -

    Écouter

    Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

  • « L’employé de la semaine » de Là-bas Michelle Obama, papesse du développement personnel Abonnés

    -

    Voir

    Didier Porte profite de ses vacances bien méritées, mais notre employé de la semaine, lui, ne s’arrête jamais ! Même si Jonathan Duong ne s’est pas foulé cette semaine. Il s’est vautré dans son canapé pour regarder le documentaire que Netflix consacre à Michelle Obama. Avec plus de dix millions d’exemplaires vendus dans vingt-quatre langues différentes, l’autobiographie de l’ancienne first lady est un succès commercial. De quoi donner envie à l’épouse de Barack Obama de capitaliser sur son histoire — sa story ! —, celle d’une descendante d’esclaves élevée dans une famille modeste du sud de Chicago devenue la femme la plus admirée du pays. Une histoire à succès (une success story !) extrêmement rentable pour le couple Obama.

  • Dominique Vidal Le CRIF panique et menace Accès libre

    -

    Lire

    L’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme légalisant le boycott comme un droit citoyen radicalise les dirigeants sionistes.

    Si l’avocat Marc Bensimhon appelle l’État français à faire un recours, le président du CRIF Midi-Pyrénées incite, lui, ses troupes à la violence contre les militants de la campagne BDS. Le nouveau ministre de l’Intérieur sévira-t-il ?

  • Souveraineté ou fonds de pension ? Nos vies ou leurs profits ? LUXFER, UNE LUTTE EMBLÉMATIQUE Abonnés

    -

    Voir

    Relocaliser, nationaliser, retrouver notre souveraineté. La crise sanitaire a mis à nu notre vulnérabilité. Le constat a été brutal et unanime. S’il y a bien un monde d’après, c’est celui là : « rebâtir » une souveraineté stratégique, nous disait Monsieur Macron, « réduire notre dépendance » à l’extérieur, « produire plus sur le sol national ». Voilà la bifurcation que souhaite une majorité du pays, voilà ce que souhaitent les 136 salariés licenciés de Luxfer, qui fabriquaient les bouteilles métalliques nécessaires aux pompiers et aux hôpitaux. Mais toujours un peu tête en l’air, Monsieur Macron semble avoir déjà oublié ses beaux discours. Pour lui rappeler, les LUXFER ont réuni du monde le 25 juin avec Philippe Martinez (CGT), Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), Raphaël Glucksmann (Place publique) et Éva Sas (Europe Écologie-Les Verts). Et LÀ-BAS qui était là.

  • EHPAD : les personnels ne veulent pas être les oubliés de la crise. (PODCAST 30:25) NOS HÉROS LES PLUS MAL PAYÉS Abonnés

    -

    Écouter

    Manque de masques, manque d’équipement, manque d’effectifs, elles étaient en première ligne, seules avec la mort à bras-le-corps. Aujourd’hui, deux d’entre elles risquent des sanctions pour avoir alerté sur les conditions catastrophiques de travail dans leur EHPAD. Personnel, élus et familles de résidents sont venus manifester pour les soutenir. Une vaillante manif à Livry-Gargan dans le 93. Mais où sont ceux qui applaudissaient nos héros, et les bobos du show-biz tout émus qui s’étalaient sur les réseaux, où sont-ils donc ? Et les promesses de Macron ? Y a-t-il beaucoup de pouvoirs qui ont autant menti et trompé aussi vite en profitant du désarroi général ?

Une sélection :

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.

SANTÉ PUBLIQUE. DÉCONFINEMENT. OÙ EN SONT LES PROMESSES DE MONSIEUR MACRON ? SOIGNANTS : APRÈS LES BRAVOS, LE MÉPRIS AbonnésVoir

Le

Bravo nos héros, show-biz et trémolos, merci, merci, bravo, bravo. Et après ? Et maintenant ? Où en sont les promesses de Monsieur Macron ? Le grand plan d’investissement massif ? Les soignants se sont dépassés, beaucoup ont payé de leur santé et même de leur vie. Pendant des semaines et avec succès, ils ont réussi à faire passer la santé avant l’intendance. Oui, bravo. Mais aujourd’hui ? Pas de réponse. Pourtant, Monsieur Macron avait promis ?

« Mépris et trahison ». Voila ce que balance le collectif Inter-hôpitaux à l’heure du déconfinement. Voilà des mois que ces soignants sont à fond dans une lutte qui dure depuis des années pour sauver l’hôpital public des griffes de la logique marchande. Nous les avons rencontrés à l’heure du déconfinement.

Profitant de l’émotion générale pour amadouer un pays qui le rejette, Macron et ses communicants ont poussé encore un peu plus loin le bouchon du cynisme. Avant d’évoquer « les jours heureux », ce destructeur obstiné du modèle social français s’est transformé en brave militant d’Attac pour faire l’éloge de l’État-providence : « ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre État-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. »