Reportages de CNN et de Democracy Now ! | Appel à manifester pour un cessez-le-feu

GAZA, LE CARNAGE ANNONCÉ

Le

METTRE FIN À L’HORREUR !

L’armée israélienne est entrée dans l’hôpital Al-Shifa, au nord de Gaza. Pour Human Rights Watch, cette attaque constitue un crime de guerre. Les rares informations qui parviennent décrivent une situation de cauchemar. Nations unies, Unicef, Comité international de la Croix-Rouge (CICR), MSF, tout comme les directeurs des hôpitaux et les très rares journalistes présents, tous décrivent des situations inhumaines et appellent à un cessez-le-feu immédiat.

20 des 36 hôpitaux de Gaza ne fonctionnent plus selon le bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU. Mais attention, Eylon Levy, porte-parole du gouvernement israélien, accuse l’ONU de « complicité avec la stratégie du Hamas », tout comme le CICR.

Rappel. Bilan au 14 novembre : 11 320 morts, dont 4 650 enfants et 3 145 femmes (selon le Hamas). 198 membres du personnel médical et 41 journalistes (selon RSF). 29 200 blessés.

L’hôpital Al-Shifa (« guérison ») est hors service. Pas d’eau, pas d’électricité. 700 blessés, 10 000 réfugiés entassés. Cet hôpital serait le QG du Hamas et les otages seraient dans (et sous) l’hôpital. La morgue pleine n’est plus réfrigérée. Les cadavres entrent en décomposition, le risque épidémique s’accroît. Selon Mohammed Obeid, chirurgien MSF à Al-Shifa, « évacuer les patients d’Al-Shifa est une tâche impossible ».

Il ne s’agit plus seulement du « droit de se défendre ». Il s’agit d’en finir une bonne fois pour toutes. Netanyahou le répète : « nous ne nous arrêterons pas ».

Mohammed Abu Selmia, le directeur de l’hôpital Al-Shifa, appelle au secours, et alerte concernant notamment les 83 bébés prématurés « qui vont mourir un par un si [Israël] n’allège pas la pression ». Au journaliste du Haaretz qui l’interroge, il répond : « pensez à ce que ça vous ferait à vous, Israéliens, si vous entriez dans un hôpital où des bébés sont en train de mourir [1] ».

Après le massacre terroriste ignoble du 7 octobre, la politique de Netanyahou entraîne Israël dans le piège du Hamas, piège moral et politique sans issue.

D.M.


Reportage de CNN sur l’effondrement du système de santé à Gaza




Reportage de Democracy Now ! sur la situation à Al-Shifa


18 novembre : appel à manifester pour un cessez-le-feu à Gaza (CGT)

Solidarité avec le peuple palestinien ! Stop aux massacres ! Cessez-le feu à Gaza !

Une inacceptable punition collective
Depuis un mois, les habitants de Gaza sont sous le feu des bombardements de l’armée israélienne. Plus de 10 000 personnes sont déjà mortes dont près de la moitié sont des enfants. Ces massacres de la population palestinienne ne font que s’accentuer chaque jour. La violence et les actes de terreur perpétrés par le Hamas le 7 octobre contre des civils israéliens ne justifie en rien la punition collective actuellement à l’œuvre contre le peuple palestinien tout entier. Les crimes de guerre et crimes contre l’humanité se multiplient dans ce qui s’apparente de plus en plus à un génocide.

Une situation humanitaire catastrophique
Les hôpitaux sont bombardés, ceux qui ne sont pas encore détruits sont exsangues et pris d’assaut par les blessés. Les soins sont quasiment impossibles, les blessures de guerre très graves et les X amputations sont réalisées sans anesthésie. Près de 1,7 millions de personnes ont été obligées de quitter leur logement dans l’urgence et la peur. Mais le sud de Gaza où se réfugie une partie des habitants du nord est bombardé, alors que la densité de population au kilomètre carré y a dépassé les 10 000 habitants.

Le droit international doit être imposé
Le gouvernement israélien bafoue à nouveau le droit international après l’avoir fait depuis des décennies avec l’occupation des territoires palestiniens par les colons israéliens. Ce gouvernement dominé par l’extrême droite mène ouvertement une politique d’apartheid et poursuit inexorablement la colonisation de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est, au mépris de toutes les décisions internationales, fermant chaque jour davantage la porte à tout processus de paix, alors que Benyamin Netanyahou et ses alliés politiques appellent à raser les villes de Gaza.

La communauté internationale particulièrement mobilisée pour la cause palestinienne dénonce cette politique mortifère d’Israël et appelle à mettre fin aux massacres. Dans la plupart des capitales dans le monde, des manifestations particulièrement fortes se déroulent toutes les semaines avec des appels à la paix.

Manifestations et rassemblements le 18 novembre pour exiger :
 le cessez-le-feu immédiat
 l’arrêt des bombardements et des déplacements forcés de la population
 la protection du peuple palestinien à Gaza et en Cisjordanie
 une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens
 la liberté d’expression et de manifestation, les libertés démocratiques fondamentales
 la lutte contre les racismes, l’antisémitisme et l’islamophobie et les stratégies de récupération et de division qui profitent à l’extrême droite.

13 novembre 2023


C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !