Daniel Mermet : « Les dirigeants de Radio France ne sont plus journalistes, mais gestionnaires »

Le

Laurence Bloch, la nouvelle directrice de France inter, a annoncé, vendredi, la fin de l’émission de Daniel Mermet « Là-bas si j’y suis », à l’antenne depuis 1989.
Nous relayons ici un article paru dans LE MONDE TELEVISION, le 27.06.2014
Propos recueillis par Daniel Psenny.

Laurence Bloch vous a annoncé, vendredi matin, que votre émission « Là-bas si j’y suis » ne serait pas reconduite à la rentrée. Quelle est votre réaction ?

Je suis consterné et j’estime que cette décision est une grande maladresse ! Les raisons avancées pour cette suppression sont fallacieuses. Laurence Bloch avance que l’audience a régulièrement baissé depuis des années. Or, lorsqu’en 2006, nous sommes passés de 17 heures à 15 heures, nous sommes descendus à 150 000 auditeurs. Selon les derniers sondages, nous en sommes à 450 000 auditeurs.

Par ailleurs, on me reproche mon grand âge. J’ai certes 70 ans, mais je ne suis pas frappé par la limite d’âge car je suis un intermittent du spectacle avec un renouvellement de mes CDD depuis 1976. J’ai une carte de presse depuis seize ans.

Enfin, il existe une équipe de cinq jeunes journalistes de 30 ans qui travaillent avec moi depuis des années et qu’il faut recycler. J’ai donc proposé qu’ils reprennent la tranche de l’émission et que je m’efface petit à petit pour qu’ils s’approprient de la ligne éditoriale. J’estime qu’il serait bien de garder le titre de l’émission qui est une image de marque très forte de France Inter.

Quand devez-vous revoir la direction ?

Je revois Laurence Bloch ce week-end ainsi que Frédéric Schlesinger, le patron des antennes de Radio France, pour faire un dernier point.

Votre émission, comme d’autres sur France Inter, n’a-t-elle pas trop vieilli ? Une nouvelle génération ne doit-elle pas prendre la relève ?

Peut-être, mais je crois surtout que c’est une décision politique. Je ne suis pas propriétaire de l’antenne mais je pense que derrière cet arrêt, il y a de la revanche, probablement des règlements de compte. De nombreux directeurs ont tenté de nous débarquer, mais ils n’y sont jamais arrivés.

Jean-Paul Cluzel, un des anciens PDG de Radio France qui ne cachait pas ses opinions de droite, m’avait dit à la veille des élections de 2007, qu’il fallait « rééquilibrer l’antenne politiquement ». Et puis, finalement nous avons survécu pendant tout le quinquennat de Nicolas Sarkozy !

Votre engagement et le soutien des auditeurs sont-ils vos meilleures protections ?

Peut-être… Mais, quand il était directeur d’Inter, Jean-Luc Hees [nommé PDG de Radio France en 2009 par Nicolas Sarkozy] nous a laissés tranquilles, même s’il n’était pas d’accord avec tout ce que l’on faisait. Et Hees n’a jamais été un gauchiste ! Seulement c’était un excellent journaliste qui avait fait ses classes aux Etats-Unis et estimait qu’il fallait laisser tout le monde s’exprimer.

Même chose pour Jean-Marie Cavada, autre journaliste, qui, à la tête de Radio France, a tout fait pour que l’émission continue d’exister à l’antenne. Aujourd’hui, les dirigeants de Radio France ne sont plus des journalistes mais des gestionnaires.

Daniel Psenny
Journaliste

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Mai 1936. Il y a 80 ans, le Front Populaire La vie est à nous ! ou quand le peuple triomphait Accès libreÉcouter

Le

Dans nos émissions, nous sommes revenus plusieurs fois sur cette époque qui, aujourd’hui, 80 ans après, est une inspiration pour les luttes actuelles. Prenez le temps d’écouter – et de savourer – « LA VIE EST À NOUS » en trois épisodes avec des éclairages de l’historienne Daniele TARTAKOWSKY et les voix disparues qui ont changé nos vies.

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.