Daniel Mermet : « Les dirigeants de Radio France ne sont plus journalistes, mais gestionnaires »

Le

Laurence Bloch, la nouvelle directrice de France inter, a annoncé, vendredi, la fin de l’émission de Daniel Mermet « Là-bas si j’y suis », à l’antenne depuis 1989.
Nous relayons ici un article paru dans LE MONDE TELEVISION, le 27.06.2014
Propos recueillis par Daniel Psenny.

Laurence Bloch vous a annoncé, vendredi matin, que votre émission « Là-bas si j’y suis » ne serait pas reconduite à la rentrée. Quelle est votre réaction ?

Je suis consterné et j’estime que cette décision est une grande maladresse ! Les raisons avancées pour cette suppression sont fallacieuses. Laurence Bloch avance que l’audience a régulièrement baissé depuis des années. Or, lorsqu’en 2006, nous sommes passés de 17 heures à 15 heures, nous sommes descendus à 150 000 auditeurs. Selon les derniers sondages, nous en sommes à 450 000 auditeurs.

Par ailleurs, on me reproche mon grand âge. J’ai certes 70 ans, mais je ne suis pas frappé par la limite d’âge car je suis un intermittent du spectacle avec un renouvellement de mes CDD depuis 1976. J’ai une carte de presse depuis seize ans.

Enfin, il existe une équipe de cinq jeunes journalistes de 30 ans qui travaillent avec moi depuis des années et qu’il faut recycler. J’ai donc proposé qu’ils reprennent la tranche de l’émission et que je m’efface petit à petit pour qu’ils s’approprient de la ligne éditoriale. J’estime qu’il serait bien de garder le titre de l’émission qui est une image de marque très forte de France Inter.

Quand devez-vous revoir la direction ?

Je revois Laurence Bloch ce week-end ainsi que Frédéric Schlesinger, le patron des antennes de Radio France, pour faire un dernier point.

Votre émission, comme d’autres sur France Inter, n’a-t-elle pas trop vieilli ? Une nouvelle génération ne doit-elle pas prendre la relève ?

Peut-être, mais je crois surtout que c’est une décision politique. Je ne suis pas propriétaire de l’antenne mais je pense que derrière cet arrêt, il y a de la revanche, probablement des règlements de compte. De nombreux directeurs ont tenté de nous débarquer, mais ils n’y sont jamais arrivés.

Jean-Paul Cluzel, un des anciens PDG de Radio France qui ne cachait pas ses opinions de droite, m’avait dit à la veille des élections de 2007, qu’il fallait « rééquilibrer l’antenne politiquement ». Et puis, finalement nous avons survécu pendant tout le quinquennat de Nicolas Sarkozy !

Votre engagement et le soutien des auditeurs sont-ils vos meilleures protections ?

Peut-être… Mais, quand il était directeur d’Inter, Jean-Luc Hees [nommé PDG de Radio France en 2009 par Nicolas Sarkozy] nous a laissés tranquilles, même s’il n’était pas d’accord avec tout ce que l’on faisait. Et Hees n’a jamais été un gauchiste ! Seulement c’était un excellent journaliste qui avait fait ses classes aux Etats-Unis et estimait qu’il fallait laisser tout le monde s’exprimer.

Même chose pour Jean-Marie Cavada, autre journaliste, qui, à la tête de Radio France, a tout fait pour que l’émission continue d’exister à l’antenne. Aujourd’hui, les dirigeants de Radio France ne sont plus des journalistes mais des gestionnaires.

Daniel Psenny
Journaliste

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Même les ex-climato-sceptiques semblent avoir compris que nous allons droit dans le mur si rien ne change. La vie sur terre est réellement menacée et à court terme. Mais que faire ? Attendre que les politiques proposent des solutions... à petits pas ? Changer individuellement certaines de nos (...)

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.