Daniel Mermet : « Les dirigeants de Radio France ne sont plus journalistes, mais gestionnaires »

Le

Laurence Bloch, la nouvelle directrice de France inter, a annoncé, vendredi, la fin de l’émission de Daniel Mermet « Là-bas si j’y suis », à l’antenne depuis 1989.
Nous relayons ici un article paru dans LE MONDE TELEVISION, le 27.06.2014
Propos recueillis par Daniel Psenny.

Laurence Bloch vous a annoncé, vendredi matin, que votre émission « Là-bas si j’y suis » ne serait pas reconduite à la rentrée. Quelle est votre réaction ?

Je suis consterné et j’estime que cette décision est une grande maladresse ! Les raisons avancées pour cette suppression sont fallacieuses. Laurence Bloch avance que l’audience a régulièrement baissé depuis des années. Or, lorsqu’en 2006, nous sommes passés de 17 heures à 15 heures, nous sommes descendus à 150 000 auditeurs. Selon les derniers sondages, nous en sommes à 450 000 auditeurs.

Par ailleurs, on me reproche mon grand âge. J’ai certes 70 ans, mais je ne suis pas frappé par la limite d’âge car je suis un intermittent du spectacle avec un renouvellement de mes CDD depuis 1976. J’ai une carte de presse depuis seize ans.

Enfin, il existe une équipe de cinq jeunes journalistes de 30 ans qui travaillent avec moi depuis des années et qu’il faut recycler. J’ai donc proposé qu’ils reprennent la tranche de l’émission et que je m’efface petit à petit pour qu’ils s’approprient de la ligne éditoriale. J’estime qu’il serait bien de garder le titre de l’émission qui est une image de marque très forte de France Inter.

Quand devez-vous revoir la direction ?

Je revois Laurence Bloch ce week-end ainsi que Frédéric Schlesinger, le patron des antennes de Radio France, pour faire un dernier point.

Votre émission, comme d’autres sur France Inter, n’a-t-elle pas trop vieilli ? Une nouvelle génération ne doit-elle pas prendre la relève ?

Peut-être, mais je crois surtout que c’est une décision politique. Je ne suis pas propriétaire de l’antenne mais je pense que derrière cet arrêt, il y a de la revanche, probablement des règlements de compte. De nombreux directeurs ont tenté de nous débarquer, mais ils n’y sont jamais arrivés.

Jean-Paul Cluzel, un des anciens PDG de Radio France qui ne cachait pas ses opinions de droite, m’avait dit à la veille des élections de 2007, qu’il fallait « rééquilibrer l’antenne politiquement ». Et puis, finalement nous avons survécu pendant tout le quinquennat de Nicolas Sarkozy !

Votre engagement et le soutien des auditeurs sont-ils vos meilleures protections ?

Peut-être… Mais, quand il était directeur d’Inter, Jean-Luc Hees [nommé PDG de Radio France en 2009 par Nicolas Sarkozy] nous a laissés tranquilles, même s’il n’était pas d’accord avec tout ce que l’on faisait. Et Hees n’a jamais été un gauchiste ! Seulement c’était un excellent journaliste qui avait fait ses classes aux Etats-Unis et estimait qu’il fallait laisser tout le monde s’exprimer.

Même chose pour Jean-Marie Cavada, autre journaliste, qui, à la tête de Radio France, a tout fait pour que l’émission continue d’exister à l’antenne. Aujourd’hui, les dirigeants de Radio France ne sont plus des journalistes mais des gestionnaires.

Daniel Psenny
Journaliste

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DÉLIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

Un cours d’Autodéfense intellectuelle pour l’été Apprenez la langue de l’adversaire avec Olivier BESANCENOT AbonnésVoir

Le

Ne dites pas « cotisations sociales », dites « charges sociales », ne dites pas « vagues de licenciement », dites « plan de sauvegarde de l’emploi », ne dites pas « guichetier », dites « chargé de clientèle ». On connaît quelques-unes de ces entourloupes langagières, mais on ne mesure pas assez comment cette perversion du langage contamine les esprits et nous fait avaler l’idéologie dominante à notre insu. Contre cette violence verbale, Olivier Besancenot publie un Petit dictionnaire de la fausse monnaie politique.

[Extrait VIDÉO 08’58 + entretien RADIO 59’30]

Humanité et fermeté sont les deux mamelles de la France AbonnésVoir

Le

« C’est un projet de loi totalement équilibré. » Voilà comment le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb défend son projet de loi « Asile et immigration ». Pourtant, une trentaine d’associations ont déjà dénoncé une circulaire que le ministre de l’Intérieur souhaite maintenir : ce texte, signé par les ministres Gérard Collomb et Jacques Mézard, demande aux fonctionnaires de l’Office français de l’immigration et de l’intégration de vérifier la situation administrative des immigrés dans les centres d’hébergement d’urgence.

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

Travailler beaucoup moins, beaucoup mieux. SANS EMPLOI (Raphaël Liogier) Revenu universel ? Le POUR AbonnésÉcouter

Le

Vous hésitez entre Macron le révolutionnaire et Valls le révolté ? Voici un peu d’air frais pour vous sortir de ce captivant dilemme, un air de retour du droit à la paresse. Car, oui, nous en faisons de plus en plus en en faisant de moins en moins. C’est une constante dans l’histoire, de l’invention de la roue jusqu’à la révolution numérique, nous avons cherché à nous libérer de la torture du travail.

Aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire, nous produisons suffisamment de richesses pour satisfaire tous les besoins humains. Une excellente nouvelle, non ?