À lire

« Atlas de la France qui gagne », le nouveau livre de Didier PORTE

Le


Quel est le plus beau pays du monde, le plus visité, celui où l’on mange le mieux ?
Qui domine haut la main le marché du luxe, des légumes en conserve, des footballeurs et des interrupteurs ?
Qui décroche les plus gros jackpots de l’Euro Millions ?
Quel pays d’Europe fait le plus de bébés ?
En 50 cartes et infographies commentées par l’excellentissime Didier Porte, voici la France telle que vous ne l’imaginez pas : au sommet de sa gloire !

« La France a trop longtemps eu peur. Peur de revendiquer haut et fort son ambition légitime d’être unanimement reconnue comme le plus merveilleux pays du monde, par sa géographie si harmonieuse, son histoire si exemplaire et surtout sa population si formidablement créative et sympathique !

Que voulez-vous, c’est comme ça : le Français, volontiers modeste, chaleureux et compatissant, s’interdit coupablement de faire valoir ses qualités supérieures dans à peu près tous les domaines, afin de ne pas risquer d’humilier ses voisins ou concurrents moins généreusement lotis par une nature décidément bien inégalitaire dans la distribution de ses dons. On ne se refait pas ! Et ma foi, tant mieux, n’est-ce pas ? Ça serait dommage !

Fort de ce constat affligé, cet opuscule si manifestement pétillant de malice a pour vocation de clouer le bec une bonne fois pour toutes à ceux de nos compatriotes qui se complaisent dans l’autodénigrement. Il ridiculise définitivement la basse propagande anti-française distillée sournoisement par des officines au service du cosmopolitisme apatride, selon laquelle nous ne serions qu’une nation de feignasses hautement bordéliques et de jobards va-de-la-gueule, affligés de boîtes crâniennes dont la circonférence devrait leur permettre de figurer en bonne place au palmarès du concours annuel du marché de Cavaillon. La preuve du contraire dans les 120 pages de l’Atlas de la France qui gagne ! »

Didier PORTE
Atlas de la France qui gagne, le nouveau livre de Didier PORTE à découvrir aux éditions Autrement

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

08 mars : Journée internationale des droits des femmes Thérèse Clerc, les derniers jours Accès libreÉcouter

Le

Féministe poing levé, à 88 ans, Thérèse Clerc est partie paisiblement au bout d’un beau parcours d’engagement, d’insoumission et de gaieté subversive. Quelques jours avant sa mort survenue le mardi 16 février 2016, Anaëlle Verzaux l’avait revue chez elle à Montreuil avec quelques amis. Voici en hommage cet ultime entretien, une superbe incitation à la lutte, c’est-à-dire à la vie.

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.