« Nos années Pierrot » de Daniel Mermet

Le 1er livre des éditions Là-bas si j’y suis !

Le

Voici le texte de l’émission qui a bouleversé des milliers d’auditeurs en 2001.
Nous avons voulu partager avec vous le plaisir de cette édition limitée, avec, en supplément, une affiche collector d’Odile Gaillard et le mp3 pour écouter l’émission, dont voici un extrait :

[EXTRAIT] Nos années Pierrot. C’était les années d’après 68…

Suite à la mort soudaine de son ami Pierrot, Daniel Mermet, en hommage, évoque leurs aventures communes, dans l’époque effervescente qui a suivi Mai 68. C’était les années Reiser, Larzac, Libé, Ardèche, Lip, MLF, Higelin… Avec Pierrot, ce fut la création du Théâtre de la table qui recule, parti sur les routes jusqu’en Avignon. « Ce bref récit n’est pas du plomb dans l’aile, c’est le contraire, c’est de l’aile dans le plomb. (…) Nous ne sommes pas prêts d’oublier les autres mondes possibles entrevus dans la brèche de Mai. Le goût nous en est resté sur les lèvres et s’est transmis par le baiser. »

[|


Les messages des Auditeurs Modestes et Géniaux :

« J’ai trouvé ce texte fort, d’une belle et touchante poésie, je vais me le procurer. » Luc

« Merci pour ce texte émouvant… et ce nouvel ami qui habite maintenant ma mémoire… car à celle de sa famille, de ses amis, de ses voisins s’ajoutent maintenant les z’auditeurs de ton émission. » Paula

« Merci à Daniel de nous avoir fait cette confidence intime et profonde. C’est un cours magistral sur l’amitié, le partage, la générosité, le vouloir vivre et merde à la mort. »
 Tonia

« Le parfum d’Avignon dans le début des années 1970, sur la place de l’Horloge, m’est revenu subtilement. L’estafette ou la deux pattes, la terrasse du Club ou les steaks étaient savoureux, la chaleur de juillet, la Barthelasse et surtout cet après-68 qui avait tant changé notre jeunesse. J’avais là-bas mon Pierrot, qui lui aussi a fermé définitivement sa porte en ce début de janvier 2012. Nous faisions la manche avec de la musique folk en essayant de passer aux terrasses avant la sosiccordéon d’Yvette ou les manouches. Nous fabriquions des sacs et des pochettes en cuir et les vendions tout le long des festivals (Lambesc, Malataverne)… ah, la nostalgie est toujours ce qu’elle était.
Daniel, merci pour ce moment si bien écrit. Amitiés. » Apostolo

« Cette poésie me fait regretter les années 68 que je n’ai pas connues, moi, être humain né dans les années 1990.
 C’est beau à pleurer. Mais pleurer de joie, de nostalgie, de tristesse aussi, de luttes passées, à venir, à devenir.
 Merci Daniel pour ces partages. » Sam

« Quel beau conteur vous êtes, Daniel !!! Jamais je ne vous remercierai assez d’avoir fait vivre, longuement, poétiquement, sensiblement Pierrot, votre pote magnifique, celui qui est devenu par miracle un ami, parce que je le choisis, parce qu’il y a des rencontres qu’on ne veut pas oublier. » Marie

« Un grand merci Daniel pour ces très beaux textes, pleins de sensibilité et de mots justes. » Bernard

« J’ai écouté et aimé votre émission, tout en poésie, un texte magnifique, nostalgique et émouvant, un texte humain. » Doumé

« Magnifique moment de temps retrouvé et d’amour de la vie. Merci Daniel, merci Pierrot. » Domdom

« Voilà, finalement ce soir, je l’ai réécoutée. J’ai beau la connaître (presque) par cœur… les larmes, comme à chaque fois ! » Old-man

« Salut Daniel. Ah ! la baffe, la montée d’émotions à l’écoute de cette émission. Une autre époque, un moment privilégié sans doute dans le déroulé de la vie et le joug des résignations. Nous étions persuadés de changer le monde… Mais nous étions minoritaires et nous n’étions pas les plus forts, inconscients que, dans l’ombre, Sarko et consorts étaient là, à l’affût et… ceux qui ont vécu ces années folles et pleines d’espoir connaissent la suite de l’histoire. » JM

« Tout ce que je peux te dire Daniel, c’est que tu m’as fait aimer quelqu’un que je n’ai jamais connu. Susciter de telles paroles, une telle poésie, c’est que Pierrot devait être un mec vraiment bien. » Charlotte

« J’aimerais lire ce texte ; j’ai aussi des souvenirs du même genre que ceux de Pierrot, qui commencent un peu plus tôt : à partir de 1954, quand je suis entré en apprentissage. » Michel

textes et dessins : Daniel Mermet
affiche : « La Dernière Parade », Odile Gaillard, 2017

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».

Début de notre série « Paroles de Gilets jaunes ». Un texte de Daniel Mermet SE METTRE EN LUTTE EST UNE VICTOIRE Accès libreLire

Le

Les médias c’est une gomme, une grosse gomme qui efface alors qu’elle prétend montrer, c’est la fabrique de l’oubli, c’est l’ardoise magique. Des trésors disparaissent ainsi, des bijoux, des boussoles, des lumières, des plans d’évacuation, des équations mirobolantes, des brins de bruyère et des traits de génie. D’où l’envie pour préparer la rentrée de revenir sur ces paroles envolées, en radio bien sûr, mais aussi en noir sur blanc, fidèlement transcrites.