« Nos années Pierrot » de Daniel Mermet

Le 1er livre des éditions Là-bas si j’y suis !

Le

Voici le texte de l’émission qui a bouleversé des milliers d’auditeurs en 2001.
Nous avons voulu partager avec vous le plaisir de cette édition limitée, avec, en supplément, une affiche collector d’Odile Gaillard et le mp3 pour écouter l’émission, dont voici un extrait :

[EXTRAIT] Nos années Pierrot. C’était les années d’après 68…

Suite à la mort soudaine de son ami Pierrot, Daniel Mermet, en hommage, évoque leurs aventures communes, dans l’époque effervescente qui a suivi Mai 68. C’était les années Reiser, Larzac, Libé, Ardèche, Lip, MLF, Higelin… Avec Pierrot, ce fut la création du Théâtre de la table qui recule, parti sur les routes jusqu’en Avignon. « Ce bref récit n’est pas du plomb dans l’aile, c’est le contraire, c’est de l’aile dans le plomb. (…) Nous ne sommes pas prêts d’oublier les autres mondes possibles entrevus dans la brèche de Mai. Le goût nous en est resté sur les lèvres et s’est transmis par le baiser. »

[|


Les messages des Auditeurs Modestes et Géniaux :

« J’ai trouvé ce texte fort, d’une belle et touchante poésie, je vais me le procurer. » Luc

« Merci pour ce texte émouvant… et ce nouvel ami qui habite maintenant ma mémoire… car à celle de sa famille, de ses amis, de ses voisins s’ajoutent maintenant les z’auditeurs de ton émission. » Paula

« Merci à Daniel de nous avoir fait cette confidence intime et profonde. C’est un cours magistral sur l’amitié, le partage, la générosité, le vouloir vivre et merde à la mort. »
 Tonia

« Le parfum d’Avignon dans le début des années 1970, sur la place de l’Horloge, m’est revenu subtilement. L’estafette ou la deux pattes, la terrasse du Club ou les steaks étaient savoureux, la chaleur de juillet, la Barthelasse et surtout cet après-68 qui avait tant changé notre jeunesse. J’avais là-bas mon Pierrot, qui lui aussi a fermé définitivement sa porte en ce début de janvier 2012. Nous faisions la manche avec de la musique folk en essayant de passer aux terrasses avant la sosiccordéon d’Yvette ou les manouches. Nous fabriquions des sacs et des pochettes en cuir et les vendions tout le long des festivals (Lambesc, Malataverne)… ah, la nostalgie est toujours ce qu’elle était.
Daniel, merci pour ce moment si bien écrit. Amitiés. » Apostolo

« Cette poésie me fait regretter les années 68 que je n’ai pas connues, moi, être humain né dans les années 1990.
 C’est beau à pleurer. Mais pleurer de joie, de nostalgie, de tristesse aussi, de luttes passées, à venir, à devenir.
 Merci Daniel pour ces partages. » Sam

« Quel beau conteur vous êtes, Daniel !!! Jamais je ne vous remercierai assez d’avoir fait vivre, longuement, poétiquement, sensiblement Pierrot, votre pote magnifique, celui qui est devenu par miracle un ami, parce que je le choisis, parce qu’il y a des rencontres qu’on ne veut pas oublier. » Marie

« Un grand merci Daniel pour ces très beaux textes, pleins de sensibilité et de mots justes. » Bernard

« J’ai écouté et aimé votre émission, tout en poésie, un texte magnifique, nostalgique et émouvant, un texte humain. » Doumé

« Magnifique moment de temps retrouvé et d’amour de la vie. Merci Daniel, merci Pierrot. » Domdom

« Voilà, finalement ce soir, je l’ai réécoutée. J’ai beau la connaître (presque) par cœur… les larmes, comme à chaque fois ! » Old-man

« Salut Daniel. Ah ! la baffe, la montée d’émotions à l’écoute de cette émission. Une autre époque, un moment privilégié sans doute dans le déroulé de la vie et le joug des résignations. Nous étions persuadés de changer le monde… Mais nous étions minoritaires et nous n’étions pas les plus forts, inconscients que, dans l’ombre, Sarko et consorts étaient là, à l’affût et… ceux qui ont vécu ces années folles et pleines d’espoir connaissent la suite de l’histoire. » JM

« Tout ce que je peux te dire Daniel, c’est que tu m’as fait aimer quelqu’un que je n’ai jamais connu. Susciter de telles paroles, une telle poésie, c’est que Pierrot devait être un mec vraiment bien. » Charlotte

« J’aimerais lire ce texte ; j’ai aussi des souvenirs du même genre que ceux de Pierrot, qui commencent un peu plus tôt : à partir de 1954, quand je suis entré en apprentissage. » Michel

textes et dessins : Daniel Mermet
affiche : « La Dernière Parade », Odile Gaillard, 2017

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.