LÀ-BAS à la Fête de l’Huma, merci à tous !

Le

Rencontres, débats, musiques, surprises. Rendez-vous samedi 15 et dimanche 16 septembre à la Fête de l’Humanité, au Village du Livre, à partir de 11h. Quatorze heures d’émissions en public, diffusées en direct et en accès libre, grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, sur le site Là-bas si j’y suis.

AU PROGRAMME :

SAMEDI 15 SEPTEMBRE

11h : retour sur la grève des cheminots, « cette lutte, c’est de l’héroïsme »

- Yvan Le Bolloc’h, comédien et réalisateur
- Gérard Mordillat, réalisateur du film Mélancolie ouvrière (JPG Films/Arte, 2018)
- Bernard Barou, acteur dans Mélancolie ouvrière

12h : Big Browser a vingt ans, « on a volé à jamais aux gens une part de leur vie »
- Pierre-Yves Gosset, délégué général de l’association Framasoft et initiateur de la campagne « Dégooglisons Internet »
- Juan Branco, avocat (notamment de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks), ex-candidat La France Insoumise aux élections législatives de 2017.

12h45 : Maax (musique)

13h : Belgique, Portugal, Grèce, où en est la gauche en Europe ?
- Raoul Hedebouw, député fédéral et porte-parole national du Parti du Travail de Belgique
- Cristina Semblano, membre du bureau national du Bloco de Esquerda (Portugal)
- Manolis Kosadinos, membre de l’Unité Populaire (Grèce)

14h15 : « prolétaires de tous les pays… »
- Olivier Besancenot, salarié de la Poste, membre du Nouveau Parti Anticapitaliste

15h : Étienne (diabolo)

15h15 : à la Fête de l’Huma, la psychiatrie en lutte
- Mathieu Bellahsen, psychiatre à Asnières-sur-Seine, cofondateur du collectif des 39 et de l’association UTOPSY, auteur du livre La Santé mentale. Vers un bonheur sous contrôle (La Fabrique, 2014)
- Marie Colombel, infirmière à l’hôpital psychiatrique du Rouvray, membre du collectif des Blouses Noires
- Catherine Obry, infirmière à l’hôpital psychiatrique Philippe Pinel d’Amiens
- Fred, patient au centre Antonin Artaud de Reims et fondateur de l’association Humapsy

16h15 : Fanfare La Brute (musique)

16h45 : Philippe Poutou, « remettre en cause la liberté patronale de supprimer des emplois »

17h30 : Ginko Biloka (musique)

17h45 : Europacity, la nouvelle ZAD ?
- Jacqueline Lorthiois, co-fondatrice du collectif pour le Triangle de Gonesse
- Bernard Loup, président du collectif pour le Triangle de Gonesse et président de l’association Val-d’Oise Environnement
- Robert Spizzichino, ingénieur-urbaniste, initiateur du projet CARMA (Coopération pour une Ambition Agricole, Rurale et Métropolitaine d’Avenir)

18h45 : Molotov Brothers (musique)

DIMANCHE 17 SEPTEMBRE

11h : première victoire pour les GM&S, BORDEL !
- Vincent Labrousse, salarié de l’entreprise GM&S
- Yannick Augras, salarié de LSI (ex-GM&S)
- Stéphane Ledormand, licencié de GM&S
- Jean-Marc Ducourtioux, licencié de GM&S
- Anne-Sophie Pelletier, aide médico-psychologique en EHPAD (CGT), candidate La France insoumise aux élections européennes
- Laurence Pache, secrétaire nationale du Parti de Gauche
- Lech Kowalski, réalisateur
- Odile Allard, productrice de Revolt Cinema

12h : Marcel et son orchestre (musique)

12h15 : Gérard Noiriel, une histoire populaire de la France
- Gérard Noiriel, historien, auteur du livre Une Histoire populaire de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours (éditions Agone, 2018)
- Laurence De Cock, professeure d’histoire-géographie, auteure du livre Dans la classe de l’homme blanc. L’enseignement du fait colonial en France des années 1980 à nos jours (Presses Universitaires de Lyon, 2018)

14h : GLAMOUR et CAUCHEMAR, dans les coulisses de l’industrie de la mode
- Giulia Mensitieri, anthropologue, auteure du livre « Le plus beau métier du monde ». Dans les coulisses de l’industrie de la mode (Éditions La Découverte, 2018)
- Alexandre Miraut, membre de l’association Model Law

15h : « mobilisation nationale » pour les quartiers populaires ?
- Youcef Brakni, professeur d’histoire-géographie, membre du comité Adama
- Fatima Ouassak, politologue, fondatrice du Réseau Classe/Genre/Race

15h45 : Issaba (musique)

16h : il y a dix ans, la faillite de Lehman Brothers
- Aline Farès, auteure de la conférence gesticulée « Chroniques d’une ex-banquière »

16h30 : Pumpkin & Vin’S da Cuero (musique)

Pour nous retrouver dans la Fête, rien de plus simple : rendez-vous au Village du Livre (attention, l’emplacement du Village du Livre a changé par rapport aux autres années) !

Semaine sanglante (extrait de Mélancolie ouvrière)
par lesmutins.org

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

Toutes les infos sur la Fête de l’Huma : fete.humanite.fr

Voir le dossier

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.

SANTÉ PUBLIQUE. DÉCONFINEMENT. OÙ EN SONT LES PROMESSES DE MONSIEUR MACRON ? SOIGNANTS : APRÈS LES BRAVOS, LE MÉPRIS AbonnésVoir

Le

Bravo nos héros, show-biz et trémolos, merci, merci, bravo, bravo. Et après ? Et maintenant ? Où en sont les promesses de Monsieur Macron ? Le grand plan d’investissement massif ? Les soignants se sont dépassés, beaucoup ont payé de leur santé et même de leur vie. Pendant des semaines et avec succès, ils ont réussi à faire passer la santé avant l’intendance. Oui, bravo. Mais aujourd’hui ? Pas de réponse. Pourtant, Monsieur Macron avait promis ?

« Mépris et trahison ». Voila ce que balance le collectif Inter-hôpitaux à l’heure du déconfinement. Voilà des mois que ces soignants sont à fond dans une lutte qui dure depuis des années pour sauver l’hôpital public des griffes de la logique marchande. Nous les avons rencontrés à l’heure du déconfinement.

Profitant de l’émotion générale pour amadouer un pays qui le rejette, Macron et ses communicants ont poussé encore un peu plus loin le bouchon du cynisme. Avant d’évoquer « les jours heureux », ce destructeur obstiné du modèle social français s’est transformé en brave militant d’Attac pour faire l’éloge de l’État-providence : « ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre État-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. »