Le Préfet préfère la propriété plutôt que les droits humains

ALERTE ! EXPULSION DU BIDONVILLE DE LA RUE TRUILLOT À IVRY-SUR-SEINE JEUDI 9 JUILLET, 5H DU MATIN

Le


Familles roms évacuées à Marseille en 2011 (Photo : Vincent Beaume/AFP)

« Nous appelons les citoyens, les militants, les femmes, les hommes, les associations,
les partis politiques, les syndicats à se mobiliser pour être présents jeudi 9 juillet, à partir de 5H du matin, sur le bidonville de la rue Truillot à Ivry (M° Ligne 7 Mairie d’Ivry - rue Truillot perpendiculaire à l’école Joliot Curie, derrière la Mairie).
Les habitants du bidonville, plus de 300 personnes, nos voisins, nos amis, nos élèves vont être expulsés.

- Alors que de nombreuses propositions de solutions ont été faites pour que les habitants puissent être relogés et vivre dignement,
- Alors que tous les enfants du bidonville vont à l’école,
- Alors que toutes les familles ne souhaitent qu’une chose : s’insérer et vivre en paix au sein de la société française,
- Alors qu’il a les mains pleines pour pouvoir prendre la bonne décision,

Le préfet a choisi

- De préférer la propriété plutôt que les droits humains fondamentaux,
- De dépenser l’argent public pour expulser les gens plutôt que leur permettre de vivre dignement,
- D’utiliser son pouvoir pour repousser le problème un peu plus loin plutôt que le résoudre une fois pour toutes,
- D’opter pour une politique absurdement coûteuse plutôt qu’une gestion saine et pérenne de l’insertion des personnes.

Nous refusons cette politique cynique.
Nous refusons ce mépris de la dignité humaine.
Nous refusons que l’on chasse les pauvres plutôt que la pauvreté.

Jeudi matin, nous devons être les plus nombreux possible pour protester.
Pour soutenir les familles, pour nous assurer que personne ne se retrouve à la rue.
À nos côtés, nous aurons des juristes et des médecins militants.

Jeudi matin, nous serons nombreux, mobilisés, déterminés.
Prévenez vos amis, vos familles, vos voisins. »

RENDEZ-VOUS JEUDI MATIN
À PARTIR DE 5H
SUR LE BIDONVILLE DE LA RUE TRUILLOT A IVRY

Le collectif de soutien aux Roumains d’Ivry
Romeurope 94

Réécoutez le reportage de Daniel Mermet et Anaëlle Verzaux dans le bidonville de la rue Truillot à Ivry-sur-Seine, diffusé le 14 juin 2015 (33’16).

L’été, on expulse les Roms (extrait)

Merci à Sacha Kleinberg, Elena et à tous les habitants du camp de la rue Truillot à Ivry-sur-Seine.

Programmation musicale
- Disparaîtra, par Rona Hartner
- Dandaro, par Rona Hartner

Nous attendons vos messages au 01 85 08 37 37.

Reportage : Daniel MERMET et Anaëlle VERZAUX
Réalisation : Khoï N’GUYEN
Préparation : Jonathan DUONG

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

Roms et riverains

À lire :

- « Roms & riverains : une politique municipale de la race », un livre d’Éric Fassin, Carine Fouteau, Serge Guichard et Aurélie Windels (2014, éditions La Fabrique)

À écouter :

- « Rom, fous le camp ! », un reportage de Daniel Mermet et Anaëlle Verzaux, dans Là-bas si j’y suis du 14 juin 2015

- « Les droits des Roms sont les droits de l’Homme », notre émission LÀ-BAS Hebdo n°21 du 11 juin 2015, avec Éric Fassin

- « Je ne suis pas raciste, mais les Roms... », le premier volet d’un reportage de Charlotte Perry, dans Là-bas si j’y suis du 15 octobre 2012

- « Je ne suis pas raciste, mais les Roms... (2) », second volet d’un reportage de Charlotte Perry, dans Là-bas si j’y suis du 16 octobre 2012

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour notre réunion de ce lundi 28, le repaire de Bennecourt vous propose de visionner le film "J’veux du soleil !"de François Ruffin, la projection débuterait vers 19h (pétant...) pour se finir vers 20h20. Suivra le repas qui sera aussi l’occasion de se retrouver et débattre autour de la séquence (...)

Dernières publis

Une sélection :

La société ingouvernable. Un entretien de Daniel Mermet avec le philosophe Grégoire Chamayou Quand le pouvoir a eu peur que nous n’ayons plus peur AbonnésVoir

Le

Tout le monde conteste tout, la société est ingouvernable. L’État providence protège, le plein emploi fait refluer l’angoisse du licenciement, et les syndicats sont puissants. En somme, « ils n’ont plus peur ».
Ainsi fut vécu le début des années 1970 par le pouvoir et le monde des affaires, gagnés par la panique. C’est contre cette insoumission générale qu’une puissante contre-offensive néolibérale s’est (...)

11 septembre 1973, date de naissance du néolibéralisme au Chili AbonnésVoir

Le

Onze septembre 1973, coup d’État au Chili. Un coup d’État qui met fin aux réformes économiques et sociales menées par le président Salvador Allende, démocratiquement élu trois ans plus tôt. Qui voulait la peau de Salvador Allende ? La droite chilienne évidemment, mais aussi les États-Unis : Nixon ne pouvait tolérer que l’expérience socialiste chilienne puisse réussir et faire école. Le dernier film de Nanni Moretti s’appelle Santiago, Italia. Petit pas de côté pour le cinéaste italien, qui signe un documentaire. Il donne la parole à ces militants chiliens qui ont accompagné la victoire d’Allende. Et qui se sont réfugiés, après le 11 septembre, à l’ambassade d’Italie à Santiago.

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]