NOS CONTRE-FEUX POUR 2022. Une lettre de Daniel Mermet

2022 : CONTRE-FEUX ! VITE, SOUTENEZ LÀ-BAS…

Le


Chers amis, chers AMG,

Les fachos font le show, la gauche est en morceaux.

Les héritiers de la Commune, du Front populaire et de la Résistance vont-ils laisser les clefs à des Versaillais, à des fachos admirateurs de Pétain, à une social-démocratie qui a toujours trahi ou bien, encore une fois, au président des riches ?

Depuis des années, on dénonce en vain la poignée de milliardaires qui contrôlent la quasi-totalité des médias, surtout les médias les plus populaires qui ont imposé la soumission au néolibéralisme. Mais cette fois, certains d’entre eux se sont franchement déboutonnés en installant un courant réellement fasciste en France. Des entrepreneurs de haine exploitent le désarroi et la peur en incitant au racisme et au pogrom. Plus d’un tiers du pays serait favorable à l’extrême droite aujourd’hui. Faire gonfler la baudruche de l’extrême droite pour se présenter ensuite comme le bouclier face au pire est une stratégie électorale parfaitement cynique, utilisée avec succès par la gauche comme par la droite. On l’a vu en 1988, en 2002, en 2017. Mais qui nous dit que la combine va réussir une fois encore ? Une combine qui donnera des pouvoirs sans limite au parti de l’argent.

Face à cela, nous le savons bien, ne rien faire, c’est choisir le pire. Nos ennemis sont parmi nous et nous les connaissons, c’est la résignation, c’est l’indifférence. « On ne fera pas un monde différent avec des gens indifférents », nous disait Arundathi Roy. Notre ennemi, c’est aussi l’ignorance. Paradoxalement, le flot d’informations qui nous submerge ajoute la confusion à la confusion. Rien n’est pire que celui qui est entravé et qui se croit libre. En montrant son portable, un voisin nous disait : « on sait tout, mais on comprend rien ». L’étincelle de la colère ne peut allumer le feu qu’avec le carburant de la connaissance. Depuis septembre, chaque mardi sur Là-bas, Olivier Besancenot raconte une histoire de lutte pour l’émancipation. Une lutte que Là-bas mène depuis plus de trente ans, durant 25 ans à France inter et aujourd’hui sur le net, à travers quantité de reportages et de rencontres, du bout du monde au coin de la rue, en apportant la preuve que nous ne perdons pas toujours comme nous avons fini par le croire nous-mêmes. Bien au contraire, ce n’est que par ces luttes inlassables, des foules comme des individus, des femmes comme des hommes de toute sorte, dussent-ils donner leur vie, que le pire a si souvent perdu le combat. Dans le domaine social et politique, mais aussi scientifique, dans la guerre des idées comme dans le champ de l’art. En l’espace de 35 jours, entre le 1er mai et le 4 juin 1937, Picasso peint Guernica, l’étendard le plus universel de l’histoire contre la barbarie.

Avec 2022, nous fêtons les sept ans de Là-bas sur le net. Il y a sept ans, franchement, c’était pas gagné. Technique, équipe, gestion, matériel et surtout les sous ! D’autant qu’on ne voulait ni publicité, ni subvention, ni même la générosité d’un gentil milliardaire. Mais heureusement, vous étiez là. Vous avez poussé, vous avec tenu, vous avez marqué votre soutien à notre manière de voir et de faire ce journalisme « plus près des jetables que des notables », à la fois rigoureux, populaire et inventif. Et notre petite équipe joyeuse et têtue a pu se lancer dans l’aventure. (1) Bravo et merci à nos 24 000 AMG (abonnés modestes et géniaux) qui, pour seulement CINQ petits euros chaque mois (ou 60 malheureux euros par an) font exister LÀ-BAS, pour être informés autrement, pour réfléchir, pour découvrir, pour rêver, pour lutter autrement. Par fidélité aussi, par engagement, pour soutenir un vrai contre-pouvoir médiatique, pionnier depuis plus de trente ans sur le fond comme sur la forme.

Aussi nous faisons appel à tout votre soutien pour cette nouvelle année. Gràce à vous, nous pourrons continuer de plus belle, mais soyons clair, on ne vous promet pas le grand soir pour demain matin. Devant le Goliath des grands médias, nous ne sommes qu’un David, comme ce paysan que nous avions rencontré dans le Pandjchir, avec son fusil à pierres contre les colonnes de chars soviétiques.
Mais à la fin, on sait qui a perdu.

La guerre médiatique est une guerre asymétrique, une sorte de guérilla où vous avez un important rôle à jouer en soutenant les médias vraiment indépendants, à commencer bien sûr par Là-bas si j’y suis !

C’est une année cruciale qui commence et nous avons besoin de tout votre soutien, à la fois pour renforcer une structure qui reste fragile et pour développer nos projets. Déjà, si le covid le permet, nous prévoyons pour fin janvier une grande soirée avec Corinne Masiero et un certain François Ruffin. À partir de mars, avec Antoine Chao, nous entamerons un cycle de formation au journalisme avec des jeunes boursiers. Et d’autres rencontres et projets sont dans les tuyaux, dont, bientôt, une série sur l’art brut avec Michel Thévoz.

Alors que cette année sombre finissait, une des plus décourageantes depuis longtemps, on a soudain entendu une chanson, comme une lumière incertaine au bout du tunnel. Une chanson venue du Chili où, contre toute attente, un président de gauche venait d’être élu. Et ce chant qu’on croyait à jamais désuet a été repris partout dans le monde, et a ranimé toute la grâce profonde, toute la jeunesse de ces moments où l’espoir triomphe de la peur. Et nous pensions à cette nuit de mai 2011 à Barcelone où Eduardo Galeano nous disait " Cette nuit , vivre vaut la peine".
Ces moments ne tombent pas du ciel. C’est nous qui avons le pouvoir, chacun de nous. Vous le savez, l’avenir n’est pas ce qui arrive, c’est ce que nous en faisons.

Cette lumière, voyez comment Victor Hugo l’avait puissamment évoquée dans Les Misérables. Nous vous proposons de partager ce message tout au long de cette année et même des suivantes :

« tenter, braver, persister, persévérer, s’être fidèle à soi-même, prendre corps à corps le destin, étonner la catastrophe par le peu de peur qu’elle nous fait, tantôt affronter la puissance injuste, tantôt insulter la victoire ivre, tenir bon, tenir tête ; voilà l’exemple dont les peuples ont besoin, et la lumière qui les électrise. »

Voila nos contre-feux pour 2022.

Bonne année et vite, soutenez Là-bas !

Daniel Mermet

1- L’équipe des fondateurs de Là-bas sur le net : Anaëlle Verzaux, Jonathan Duong, Franck Haderer, Gregory Salomonovitch, Elodie Couratier, Daniel Mermet, Jerôme Chelius, Bruno Barkoviak, Bertrand Rothé.

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

Pour nous soutenir, trois moyens :

- Je m’abonne à Là-bas et j’accède immédiatemment à l’intégralité du contenu du site, y compris les archives depuis vingt ans

- Je suis déjà abonné ? J’offre un abonnement à mon fiancé pour son anniversaire : mon fiancé découvrira son cadeau quand vous l’aurez décidé.

- Mon fiancé est déjà abonné ? Je fais un don à Là-bas via l’association J’aime l’info : lorsque je fais un don de 100 € par exemple, je peux déduire 66 € de mon impôt (si je paie un impôt sur mes revenus). Il m’en coûtera donc seulement 34€.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien de Rosa Moussaoui avec Cédric Herrou. (VIDEO et PODCAST) Cédric Herrou : la Roya, une utopie qui marche AbonnésVoir

Le

« La détermination de réaliser un rêve, un petit rêve dans une petite vallée, avec des petites gens qui ne demandent pas grand-chose d’autre que de vivre ».

Un petit bouquin de Cédric Herrou pour donner des nouvelles d’une utopie née de cette fameuse bagarre menée contre le « délit de solidarité », menée et gagnée contre les exploiteurs de la xénophobie autant que devant une justice qui le condamnait à huit mois avec sursis. Son crime ? Héberger des migrants passant dans sa vallée, hébétés de peur et de faim. « Vivre heureux en côtoyant la souffrance m’est impossible », dit Herrou. Et tout est là, mais au fond, c’est l’inverse qu’il faut interroger.

Chaque mardi, Olivier Besancenot vous dit UN GROS MOT (vidéo et podcast) Les Gros mots #29 : UTOPIE AbonnésVoir

Le

« L’allocation universelle, une dangereuse utopie sociale » : voilà le cri d’alarme poussé par un membre de l’Académie royale de Belgique dans le quotidien L’Écho. En France, c’est la candidature de Jean-Luc Mélenchon qui est qualifiée de « vote utopique des bobos » par le magazine Challenges. Quant à RMC, la radio fait mine de s’interroger, « passer à la semaine de quatre jours de travail : utopie ou avancée sociale ? ». Décidément, l’utopie a bien mauvaise presse, tant le mot sert à dénigrer une idée jugée impossible, infaisable, irréalisable. Pourtant, le mot « utopie » n’avait pas cette connotation péjorative quand il a été inventé par Thomas More pour désigner « Utopia », l’île idéale où se trouve « la meilleure forme de communauté politique ».

Les « invididus cagoulés », idiots utiles de Macron ? Une enquête de Dillah Teibi MANIP DE MANIFS ! AbonnésÉcouter

Le

« — L’histoire du flic déguisé en black bloc, vous la connaissez ? Et l’histoire des CRS qui avaient pour consigne de "les laisser casser" ? Si c’est vrai, alors les "individus cagoulés" qui brûlent des McDo seraient des idiots utiles manipulés pour faire diversion ?
— Ça alors, chef, vous croyez ?
— Écoute le reportage de Dillah Teibi, tu vas tout comprendre. »

Refoulement. Comment sont morts les 600 damnés de la mer ? Déroulement d’un naufrage. VIDÉO et PODCAST Deux naufrages en même temps : cinq puissants dans l’Atlantique, 750 misérables en Méditerranée AbonnésVoir

Le

D’un côté, cinq riches touristes disparaissent dans l’Atlantique. De l’autre côté, en Méditerranée, un bateau avec 750 migrants à bord coule en quinze minutes. Le monde entier s’intéresse mille fois plus aux cinq touristes qu’aux malheureux migrants. Les inégalités se creusent dans le monde, des chiffres nous le montrent chaque jour, mais il est rare qu’éclate une preuve aussi violemment obscène. Le naufrage des cinq touristes est soigneusement documenté, mais celui des migrants reste dans le flou. Avec Alice Latouche, chercheuse au CNRS, nous retraçons le déroulement de cette tragédie qui met en cause la Grèce et toute la politique migratoire de l’Union européenne sous la pression de l’extrême droite.