Confiscation. Des mots, des images et du temps

Comment redonner aux mots tous leur sens ? Comment lutter contre leur confiscation par la sphère politico-médiatique ? Marie José Mondzain, philosophe, directrice émérite au CNRS, poursuit dans cet ouvrage son analyse du rapport aux mots et à l’image, à leur signifiant et à leur détournement politique. Elle s’attèle au terme « radicalité » aujourd’hui à la “radicalisation" et à la "déradicalisation", aux gestes les plus meurtriers et plus fanatiques. Pour elle la radicalité fait appel, au contraire, au courage des ruptures constructives et à l’imagination la plus créatrice. Et elle se demande, comment rendre à la radicalité sa beauté virulente et son énergie politique ?

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».