93 370. Les Bosquets, un ghetto français

Entre Clichy-sous-Bois et Montfermeil, il est un des plus grands ensembles de la banlieue parisienne, la cité des Bosquets. Un parangon de l’habitat des refoulés du système, des populations immigrés, des pauvres en tous genre, des relégués pour l’essentiel. Jean-Riad Kechaou raconte son histoire, de 1966 à aujourd’hui. Cinquante ans riches en anecdotes qui ont fait de ces logements destinés à la classe moyenne un ghetto français aux populations stigmatisées. Cela sent la violence et la misère, la police et les larmes. Mais, approchez-vous ! A ceux qui daignent s’y attarder, vous y découvrez de la beauté.

Jean-Riad Kechaou, 93 370. Les Bosquets, un ghetto français, MeltingBook, Paris, 2016.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».