Les mots piégés de la politique

Laïcité, radicalisation, incivilités, communautarisme, Je suis Charlie… Prof de sociolinguistique à l’université Rennes 2, Philippe Blanchet déjoue les pièges que comportent l’utilisation de ses mots détournés de leur sens sous couvert de défense de la République. Il s’agit de mettre à jour l’endoctrinement et la propagande implicite distillés dans les discours politiques et les fameux « éléments de langage ». Parce qu’on le sait bien, mais il n’est jamais trop de le redire, voire de le marteler, le pouvoir est aussi une question de langue, de discours et de vocabulaire.

Philippe Blanchet, Les mots piégés de la politique, Textuel, Paris, 2017.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».