Vénézuela, chronique d’une déstabilisation

Journaliste et écrivain, spécialiste de l’Amérique latine et de la Caraïbe, Maurice Lemoine raconte les méandres, les soubresauts, la violence institutionnelle qui ont mis à genoux un pays pourtant grand producteur de pétrole. Ce récit éclairant de la mise en place d’une « guerre non conventionnelle », commence à la mort de Hugo Chávez, président du Vénézuela, le 5 mars 2013, pour finir jusqu’au paroxysme de cette crise, le 23 janvier 2019 lorsque « le représentant de secteurs forts peu démocratiques Juan Guaidó s’est auto-proclamé président par intérim », à la place du successeur de Chávez. Ces 500 pages se lisent comme un polar, avec manoeuvres politiques, complots, tentatives d’assassinats pour éliminer Nicólas Maduro, et comme toile de fond à cette crise d’une gravité exceptionnelle, une inquiétude majeure : « le renversement d’un chef d’État, voire une intervention militaire et le début d’une guerre civile déstabilisant toute la région ».

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Avec Éric Hazan, qui publie « Le tumulte de Paris » (La Fabrique) Éric Hazan : « Le danger, c’est que la Commune perde son sens révolutionnaire pour devenir une image d’Épinal » AbonnésÉcouter

Le

À Belleville, dans les rues où se tenaient les dernières barricades de la Commune de Paris, l’écrivain et éditeur Éric Hazan rend hommage aux insurgés, et remet les récupérateurs de mémoire à leur place. Cent-cinquantenaire de la Commune oblige, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a décidé de commémorer l’événement en grande pompe, à grand renfort de cérémonies officielles, du 18 mars au 28 mai. Le programme a même un nom : « Nous la Commune ! », et il a été vigoureusement dénoncé par les élus de droite au conseil de Paris… « Nous », vraiment ? Il ne faudrait pas que la mémoire de la Commune de Paris, à l’occasion de cet anniversaire, passe pour lisse, neutre, et finalement consensuelle.

Un entretien de Daniel Mermet avec John Shipton, le père de Julian Assange. VIDÉO et radio (PODCAST) LIBÉREZ ASSANGE ! LIBÉREZ PROMÉTHÉE ! La France doit accorder l’asile à Julian Assange AbonnésVoir

Le

La Haute-Cour de Londres a annulé, ce vendredi 10 décembre, une première décision qui empêchait l’extradition de Julian Assange aux États-Unis. La justice britannique devra donc statuer à nouveau sur la requête des États-Unis, qui veulent juger le fondateur de WikiLeaks pour avoir diffusé des documents confidentiels repris par les médias du monde entier. Aux États-Unis, Julian Assange risquerait 175 années de prison. Comment sauver Assange ? Il faut que la France lui accorde l’asile ! C’est ce que réclament beacuoup de ses soutiens, dont son père John Shipton, que nous avons rencontré le mois dernier lors de son passage à Paris.