Le Dernier Tabou. Les "harkis" restés en Algérie après l’Indépendance

Dans cette enquête longue de deux ans, Pierre Daum, journaliste et spécialiste du passé colonial de la France, révèle que « la majorité des harkis, bien qu’ayant traversé une période effroyable après guerre, n’ont pas été victimes de massacres et ont continué, non sans difficultés évidemment, leur vie en Algérie ». Fort de soixante témoignages d’anciens supplétifs de l’armée française mais aussi d’anciens appelés et engagés algériens restés dans leur pays après l’indépendance, ce livre permet de rétablir une vérité – non, tous les harkis n’ont pas été massacrés par les égorgeurs de l’ALN - et de faire entendre ces voix qui se sont tues pendant cinquante ans.

Pierre Daum, Le Dernier Tabou. Les "harkis" restés en Algérie après l’Indépendance, Solin Actes Sud, Paris, 2015.

Dans nos émissions

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! « Le poison de la division est en train de faire son taf » AbonnésVoir

Le

Amis abonnés, parfois, il y a des textes qui tombent à pic. Qui répondent pile poil aux interrogations du moment, qui dissipent le brouillard ambiant et redonnent de l’énergie pour les combats à venir. C’est le cas de [la tribune que le rappeur Hamé a publiée mercredi dans Le Monde, et que Jonathan Duong a décidé de vous lire. Ça dure cinq minutes, mais prenez le temps d’écouter ces cinq minutes. Ça vaut le coup.

Êtes-vous fou de foot ou rien à foot ? Accès libreÉcouter

Le

Il faut reconnaître que les "anti foot" ne manquent pas d’arguments. Partout dénonçée comme une vraie maffia, la FIFA aujourd’hui leur fournit les raisons de dénoncer le foot opium du peuple. Dans le passé, bien souvent, l’image du sport et du foot en particulier est liée aux dictatures de Berlin comme de Buenos Aires.

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.