Le choc des utopies. Porto Rico contre les capitalistes du désastre

En 2017, l’ouragan Maria ravage Porto Rico. Se posent alors deux questions simples : comment va t-on reconstruire l’île et surtout pour qui ? Pour ceux qui y vivent ou pour ceux qui veulent y faire fortune ? Dans ce livre sous-titré Porto Rico contre les capitalistes du désastre, Naomi Klein qui est allée passer une semaine après ce désastre écologique, raconte cet affrontement entre deux visions du monde. Celle des ultra riches déterminés à transformer l’île en paradis ils où pourraient vivre à l’abri des tumultes d’un monde dont ils ont su tirer parti. Et celle d’une population bien décidée à reconstruire ses communautés autrement pour mieux vivre ensemble. La journaliste, auteur de No Logo et de La stratégie du choc, décrit le pillage en cours mais aussi l’idéal de ces hommes et de ses femmes qui se battent pour subvenir à leurs besoins et pour bâtir une société durable et démocratique.

Naomi Klein, Le choc des utopies. Porto Rico contre les capitalistes du désastre, traduit de l'anglais par Julien Besse, préface de Jade Lindgaard, Lux , Paris, 2019.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Mai 1886 : massacre à Chicago Le 1er Mai a une histoire Accès libreVoir

Le

Cette histoire commence le 4 mai 1886 à Chicago. Sur Haymarket Square, lors d’une manif dans la longue lutte pour la journée de huit heures, une bombe explose, des policiers sont tués, huit hommes sont arrêtés et accusés de meurtre. Le procureur Julius Grinnel est très clair : « ces hommes sont choisis parce qu’ils sont des meneurs. Ils ne sont pas plus coupables que les milliers de personnes qui les suivaient… Messieurs du jury, condamnez ces hommes, faites d’eux un exemple, faites les pendre et vous sauverez nos institutions et notre société. »