La mort aux frontières de l’Europe : retrouver, identifier, commémorer

Tués en tentant de monter dans un camion, dans une rixe ou en fuyant la police ; noyés en mer, définitivement engloutis ou rejeté sur les côtes par les courants de la Méditerranée. Si on parle des migrants, ils ne sont souvent que des nombres ou des statistiques. Ce petit livre réalisé par le collectif Babels qui réunit une quarantaine de chercheurs repartis sur une quinzaine de sites en Europe ou à ses portes, entend cesser cette dématérialisation en parlant de leur corps. Leur identification, leur sépulture. On y lit aussi le témoignage des mères qui manifestent pour leur fils disparu, les objets de commémoration, les histoires de ceux qui ne reviendront plus. Un migrant, un homme à part entière.

Collectif Babels, Michel Agier, La mort aux frontières de l’Europe : retrouver, identifier, commémorer, Le passager clandestin, Paris, 2017.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».