Guerres humanitaires ? Mensonges et intox

Dans cette conversation avec Régis Meyran, l’ancien président de Médecins sans frontières interroge ces guerres « humanitaires » déclenchées « toujours au nom d’un Bien ». Il analyse ces « croisades morales fondées sur des mensonges ». Les exemples ne manquent pas qui appuient son analyse à la simplicité redoutablement efficace : le prétendu arsenal d’armes de destruction massives de Saddam Hussein, les chiffres bidons de la famine en Somalie, le faux massacre de manifestants en Libye, ... Contre un prétendu « droit d’ingérence », Rony Brauman critique l’obsession occidentale d’imposer par la force les valeurs démocratiques et démontre les fausses raisons d’entrer dans des conflits aux conséquences désastreuses.

Rony Brauman, Guerres humanitaires ? Mensonges et intox, Textuel, Paris, 2018.

Dans nos émissions

  • Guerres humanitaires ? Mensonges et intox. Un entretien de Daniel Mermet avec Rony Brauman

    La guerre humanitaire, c’est la plus jolie Abonnés

    Voir
    Le pouvoir qui part en guerre contre les fake news, c’est comme le marchand de vin qui lutterait contre les poivrots du coin. En déclarant la chasse aux petits menteurs, le gros menteur se fait passer pour Zorro. Une vieille ruse pour (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».