Aden Arabie

« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie » écrivait Paul Nizan dans une rage qui nourrit ce petit livre célèbre. Récit de voyage, essai, pamphlet, il met en scène un jeune homme que tout menace de ruine, l’amour, les idées, la perte de sa famille, l’entrée dans le monde. Jean-Paul Sartre qui en fit sa préface écrivait : « Nizan, c’était un trouble-fête. Il appelait aux armes, à la haine : classe contre classe, avec un ennemi patient et mortel, il n’y a pas d’accompagnement, tuer ou se faire tuer : pas de milieu. Et ne jamais dormir. Il avait répété toute sa vie, avec sa gracieuse insolence, le regard baissé sur ses ongles : ne croyez pas au père Noël ». Promis.

Paul Nizan, Aden Arabie, La Découverte, Paris, 2015, première édition : 1931.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Un entretien de Daniel Mermet avec John Shipton, le père de Julian Assange. VIDÉO et radio (PODCAST) LIBÉREZ ASSANGE ! LIBÉREZ PROMÉTHÉE ! La France doit accorder l’asile à Julian Assange AbonnésVoir

Le

La Haute-Cour de Londres a annulé, ce vendredi 10 décembre, une première décision qui empêchait l’extradition de Julian Assange aux États-Unis. La justice britannique devra donc statuer à nouveau sur la requête des États-Unis, qui veulent juger le fondateur de WikiLeaks pour avoir diffusé des documents confidentiels repris par les médias du monde entier. Aux États-Unis, Julian Assange risquerait 175 années de prison. Comment sauver Assange ? Il faut que la France lui accorde l’asile ! C’est ce que réclament beacuoup de ses soutiens, dont son père John Shipton, que nous avons rencontré le mois dernier lors de son passage à Paris.

Chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! « Le poison de la division est en train de faire son taf » AbonnésVoir

Le

Amis abonnés, parfois, il y a des textes qui tombent à pic. Qui répondent pile poil aux interrogations du moment, qui dissipent le brouillard ambiant et redonnent de l’énergie pour les combats à venir. C’est le cas de [la tribune que le rappeur Hamé a publiée mercredi dans Le Monde, et que Jonathan Duong a décidé de vous lire. Ça dure cinq minutes, mais prenez le temps d’écouter ces cinq minutes. Ça vaut le coup.

Êtes-vous fou de foot ou rien à foot ? Accès libreÉcouter

Le

Il faut reconnaître que les "anti foot" ne manquent pas d’arguments. Partout dénonçée comme une vraie maffia, la FIFA aujourd’hui leur fournit les raisons de dénoncer le foot opium du peuple. Dans le passé, bien souvent, l’image du sport et du foot en particulier est liée aux dictatures de Berlin comme de Buenos Aires.