Mai 68, l’héritage impossible

« Mai 68 n’appartient à personne » affirme Jean-Pierre Le Goff, dans sa postface spécialement écrite pour la réédition de son ouvrage sorti en 2002. Fermez le ban ! Adorateurs de dogme et autres certitudes, passez votre chemin. Le livre de ce philosophe et sociologue ne sera d’aucun réconfort puisqu’il ne professe aucune certitude. Celui qui a vécu les évènements de l’intérieur, du côté des Mao, prévient simplement, comme s’il donnait sa feuille de route : « Pour comprendre les effets souterrains considérables de Mai 68 dans la France contemporaine, il faut revenir sur son utopie première et sur ses échecs, sur ces années où la passion s’est investie massivement dans un gauchisme aux mille facettes ». Dans sa préface François Gèze enfonce le clou en affirmant : « je souhaite que ce livre soit utile à tous ceux qui ne s’accommodent pas de notre air du temps désenchanté et explorent les voies difficiles de son dépassement ».

Jean-Pierre Le Goff, Mai 68, l’héritage impossible, La Découverte, Paris, 2007.