Jeanne et Lucien dans le tourbillon de Mai 68

Que s’est-il passé précisément à l’usine Peugeot de Sochaux le 11 juin 68 ? Quels souvenirs les ouvriers en ont-ils gardés ? « Pour nous, 26 200 personnes à l’époque, c’est resté une tragédie, avec une haine chevillée en nous pour ces répressions policières, une cicatrice dans l’histoire de l’usine. Il fallait que la chienlit s’en aille, un prolo c’est fait pour bosser, pas pour faire grève ! Alors ils ont nettoyé : 2 morts, 152 blessés » écrit Christian Courouge, ouvrier et militant syndicaliste à Sochaux de 1978 à 2011, dans sa préface au récit écrit par son pote Bruno Lemerle, également ouvrier de Peugeot Sochaux. Cinquante ans plus tard, leur mémoire est intacte, leur envie de raconter aussi, renforcée par l’ouverture d’une partie des archives. À travers les yeux de Jeanne et Lucien, deux personnages inventés pour l’occasion, c’est donc une histoire mal connue qu’on nous raconte. Marcellin, la famille Peugeot, le préfet, les charges des CRS, la violence. Mais aussi la joie partagée, la complicité, le bonheur. Ce livre clame haut et fort la nécessité de lutter, de faire changer les choses. « Parce que si on ne se bagarre pas, on ne vit pas ».

Bruno Lemerle, Jeanne et Lucien dans le tourbillon de Mai 68, préface de Christian Corouge, les Mutins de Pangée, Paris, 2018.

Dans nos émissions

  • Un film du groupe Medvedkine de Sochaux

    Sochaux, 11 juin 1968 Abonnés

    Voir
    En ce 11 juin 1968, l’usine Peugeot de Sochaux est toujours occupée. Les ouvriers de l’industrie de l’automobile ne sont pas vraiment convaincus d’avoir obtenu toutes les satisfactions espérées mais les patrons et le gouvernement (…)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Un entretien de Daniel Mermet avec John Shipton, le père de Julian Assange. VIDÉO et radio (PODCAST) LIBÉREZ ASSANGE ! LIBÉREZ PROMÉTHÉE ! La France doit accorder l’asile à Julian Assange AbonnésVoir

Le

La Haute-Cour de Londres a annulé, ce vendredi 10 décembre, une première décision qui empêchait l’extradition de Julian Assange aux États-Unis. La justice britannique devra donc statuer à nouveau sur la requête des États-Unis, qui veulent juger le fondateur de WikiLeaks pour avoir diffusé des documents confidentiels repris par les médias du monde entier. Aux États-Unis, Julian Assange risquerait 175 années de prison. Comment sauver Assange ? Il faut que la France lui accorde l’asile ! C’est ce que réclament beacuoup de ses soutiens, dont son père John Shipton, que nous avons rencontré le mois dernier lors de son passage à Paris.

Chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! « Le poison de la division est en train de faire son taf » AbonnésVoir

Le

Amis abonnés, parfois, il y a des textes qui tombent à pic. Qui répondent pile poil aux interrogations du moment, qui dissipent le brouillard ambiant et redonnent de l’énergie pour les combats à venir. C’est le cas de [la tribune que le rappeur Hamé a publiée mercredi dans Le Monde, et que Jonathan Duong a décidé de vous lire. Ça dure cinq minutes, mais prenez le temps d’écouter ces cinq minutes. Ça vaut le coup.

Êtes-vous fou de foot ou rien à foot ? Accès libreÉcouter

Le

Il faut reconnaître que les "anti foot" ne manquent pas d’arguments. Partout dénonçée comme une vraie maffia, la FIFA aujourd’hui leur fournit les raisons de dénoncer le foot opium du peuple. Dans le passé, bien souvent, l’image du sport et du foot en particulier est liée aux dictatures de Berlin comme de Buenos Aires.