Le capitalisme expliqué à ma petite-fille (en espérant qu’elle en verra la fin)

Qui est cet ogre animé par un ordre cannibale qui broie la vie de milliards d’êtres humains, accroit comme jamais les inégalités et la misère, épuise la planète, plonge dans la déprime les populations, aggrave les replis identitaires sous l’effet de la dictature du marché ? Cet ogre c’est le capitalisme qu’il faut tuer comme l’hydre à plusieurs têtes. Par le truchement d’un dialogue avec sa petite-fille Zohra, Jean Ziegler, ancien rapporteur pour l’ONU pour le droit à l’alimentation et actuel vice-président du comité consultatif du Conseil des Droits de l’homme, en appelle à une insurrection qui renversera ce système économique dictatorial. « Quand viendra-t-elle ? », demande la petite-fille. « Personne ne le sait », répond le grand-père, « mais elle est proche ». Parce qu’elle est inéluctable.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Un entretien de Jonathan Duong avec Akram Belkaïd, du Monde diplomatique La jeunesse palestinienne réinvente la lutte Accès libreÉcouter

Le

Depuis la décision unilatérale de Donald J. Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, le gouvernement ultra-droitier de Benyamin Netanyahou se sent pousser des ailes : un nouveau programme de colonies en Cisjordanie a été approuvée en janvier dernier, de quoi susciter la colère des Palestiniens, déjà ravivée en décembre 2017 par l’annonce du président des États-Unis de transférer l’ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem.

Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament » Désarmer les labos AbonnésÉcouter

Le

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.