La malfaçon : monnaie européenne et souveraineté démocratique

L’européisme est devenu le pire ennemi de l’Europe. Ne voulant plus que « l’Europe » intransitivement, c’est-à-dire sans le moindre égard pour ses contenus concrets, prêt s’il le faut à martyriser des peuples entiers, en Grèce, au Portugal ou en Espagne, il est devenu une obstination aveugle auquel il est temps de mettre un coup d’arrêt.

Frédéric Lordon, La malfaçon : monnaie européenne et souveraineté démocratique, Les Liens qui libèrent, Paris, 2014.

Dans nos émissions

  • Lordon sort de l’euro ! Accès libre

    Écouter
    LA MALFAÇON. Entretien avec Frédéric LORDON Bonjour Marine Lordon ! Ça n’a pas loupé. Remettre en cause l’Union Monétaire Européenne qui assure l’hégémonie des marchés de capitaux sur les politiques économiques européennes, et aussitôt vous voilà (...)
  • Lordon sort de l’euro ! (2) Accès libre

    Écouter
    Suite de l’entretien avec Frédéric LORDON, pour son nouveau livre LA MALFAÇON : monnaie européenne et souveraineté démocratique (éditions Les Liens qui Libèrent) "Sans frontières" : une formule, un idéal. Après un siècle de malheurs attribués (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament » Désarmer les labos AbonnésÉcouter

Le

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.