Edward S. Curtis

Une passion indienne dévora pendant trente ans le photographe Edward S.Curtis. Vers 1900, il entreprit de photographier les indiens d’Amérique du Nord, du moins ceux qui correspondaient à l’idée qu’il s’en faisait. Donc pas d’indiens s’intégrant aux mœurs occidentales, oubliant leurs coutumes, portant cravate ou salopette, conduisant une auto. Trente ans plus tard, 300 000 clichés et vingt volumes témoignent de cette entreprise gigantesque et acharnée. Cette œuvre chimérique au sens où Curtis a toujours essayé de rendre aux Indiens l’authenticité qu’ils étaient en train de perdre - au risque d’ailleurs de de construire des décors et des tuniques, n’en est pas moins somptueuse. La sélection d’images qu’offre cette édition en témoigne.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

150 ans de la Commune : Olivier Besancenot publie « Marx à Paris, 1871 » Olivier Besancenot : remettre la Commune en commun AbonnésVoir

Le

À chacun sa Commune ! Ça fait 150 ans que tout le monde tire la Commune de Paris à lui, que nous sommes tous des enfants de la Commune, trotskistes, anarchistes, communistes, et même jusqu’à une certaine extrême droite – farouchement anti-républicaine – descendante de Drumont, qui fait de la Commune de Paris une révolution nationale écrasée par la République.

Connaissez-vous Gerhard Haderer ? AbonnésLire

Le

On ne remerciera jamais assez le cancer et Jésus.

Oui, tout d’abord, merci au cancer. Car s’il n’avait pas eu un cancer en 1985, à 34 ans, Gerhard Haderer aurait eu la vie indigente d’un « créateur » publicitaire. Or, c’est lorsqu’il fut opéré (et guéri) qu’il a tout laissé tomber et s’est tourné à fond vers le genre de dessins que vous allez (re)découvrir, si puissants, si violents qu’ils se passent de tout commentaire, à part quelques gloussements, quelques éclats de rire et pas mal de silences dans le genre grinçant.

Ensuite, merci à Jésus. Et surtout à Monseigneur Christoph Schönborn, cardinal, archevêque de Vienne. En 2002, Gerhard Haderer publiait La Vie de Jésus, un surfeur drogué à l’encens, ce qui faisait un peu scandale dans la très catholique Autriche, si bien que le cardinal archevêque, hors de lui, crut bon de donner l’ordre à l’auteur de présenter ses excuses aux chrétiens pour avoir ridiculisé le fils de Dieu. Au passage, on le voit, l’Islam n’a pas le monopole du refus des caricatures, mais celles-ci eurent beaucoup moins d’écho chez nos défenseurs de la liberté d’expression. Et bien entendu, comme toujours, la censure assura le succès de l’album, qui atteignit 100 000 exemplaires en quelques jours.

Le capitalisme est comparable à une autruche qui avale tout, absolument tout. Mais là, quand même, il y pas mal de dessins de Gerhard Haderer qui lui restent, c’est sûr, en travers de la gorge. On peut rêver et c’est déjà beaucoup.

C’est le printemps !!!! Accès libreÉcouter

Le

Musicale pour fêter l’arrivée des beaux jours...
avec Edith Piaf "Enfin le printemps", Jacques Prévert "Le temps perdu", Aznavour "C’est le printemps", Bourvil, Lester Young "Two to tango" et les Fabulous troubadours "Y des Garçons"

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?