Lire délivre

Les bouquins de LÀ-BAS

La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

Vos avis et conseils sont bienvenus !

La sélection

Histoire

  • 10 jours qui ébranlèrent le monde

    John Reed (Nada, 2017)

    « Il est temps que toi et les autres connaissiez la véritable situation politique en Russie en ce moment crucial. » écrit, en octobre 1917, John Reed à un de ses amis. Le journaliste américain qui avait parcouru le Mexique révolutionnaire et l’Europe en guerre, se trouve à Petrograd quand éclate la révolution soviétique. Il la vivra aux côtés de ceux qui la font. De retour aux États-Unis, John Reed rédigera ces 10 jours qui ébranlèrent le monde, texte qui deviendra un best-seller. Il y raconte le tourbillon révolutionnaire dans lequel on peut se perdre tant la densité des évènements est forte, les retournements de situations sont nombreux et les acteurs multiples. Le centenaire de la révolution d’Octobre est l’occasion d’une nouvelle… Lire la suite

Économie et Finance

  • L’Empire de l’or rouge

    Jean-Baptiste Malet (Fayard, 2017)

    Où sont passées les tomates ? Comment sont-elles cultivées et par qui ? Quelles convoitises suscitent-elles ? Le journaliste, dans une périlleuse enquête où l’on trouve des Chinois, des mafias, des migrants et des additifs suspects, est remonté à la source de l’or rouge. Une histoire du capitalisme à la sauce tomate.

Sociologie

  • Histoire d’un mensonge, enquête sur l’expérience de Stanford

    Thibault Le Texier (Zones, 2018)

    On se souvient, peu ou prou, de cette expérience américaine où vingt-deux étudiants avaient accepté d’endosser les rôles soit de gardiens, soit de prisonniers au sein d’une fausse prison installée dans l’université de Stanford. Le but était d’étudier l’influence des situations sur notre comportement. L’un des résultats de l’étude menée en 1971 a montré qu’un tiers des gardiens fit preuve de comportements sadiques, tandis que les prisonniers devenaient dociles et accommodants. Effrayant mais faux ! L’expérience avait la rigueur d’un scénario hollywoodien. Thibault Le Texier, chercheur en sciences sociales, démontre comment elle a été bidonnée : conclusions écrites à l’avance, déroulement constamment manipulé, résultats biaisés. Enquête haletante sur l’une des plus grandes supercheries scientifiques du XXe.
  • Ce que les riches pensent des pauvres

    Bruno Cousin, Camila Giorgetti, Jules Naudet, Serge Paugam (Le Seuil, 2017)

    Comment les nantis, ceux dont la fortune est censée ruisseler, voient-ils les pauvres, les pouilleux, les démunis, ? Ont-ils du dégoût, du mépris de classe, de la compassion ? Considèrent-ils le peuple comme une classe dangereuse, immorale et répugnante. Quatre sociologues (Cnrs, Ehess, Sciences-Po, Centre Maurice Halbwachs) ont eu la bonne idée de poser ces questions. À partir d’entretiens, d’une enquête comparative dans les beaux quartiers de trois métropoles - Paris, Sao Paulo et Delhi - ils montrent que les riches justifient leurs stratégies d’évitement et de relégation des catégories défavorisées, de peur d’être contaminés par des modes de vie jugées moralement indésirables et moralement nuisibles. Salauds de pauvres !

Environnement et Santé

  • Le Roundup, face à ses juges

    Marie-Monique ROBIN (La Découverte, 2017)

    A mort le glyphosate ! Enquêtant depuis 2008 sur les dangers des produits toxiques de Monsanto, Marie-Monique Robin en rajoute une couche. Dans cette enquête, elle montre qu’après le pire, il y a pire encore. Et que les dangers du Roundup sont plus grands encore que ce que l’on craignait. Il rend malade, il tue sols, plantes, animaux, humains. Il est cancérigène, omniprésent dans l’air, l’eau, les aliments. Un scandale sanitaire et environnementaux de l’histoire moderne. Que faut-il faire pour que les politiques, l’Europe, cessent cet écocide ? l’entendent ?

International

  • Mariage gay à Tel Aviv

    Jean Stern (Libertalia, 2017)

    Israël, ses gays et ceux d’ailleurs, l’homosexualité comme une stratégie marketing et politique de l’état hébreu, le pinkwashing pour camoufler la guerre, l’occupation, le conservatisme religieux et transformer Tel Aviv en une plaisante cité balnéaire. La formidable enquête menée par Jean Stern, journaliste à Libé et à la Tribune après avoir été un des fondateurs du GaiPied, nous montre l’envers du décor de ce soi-disant « mirage rose » orchestré par l’État Israélien. Édifiant et sinistre.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !