Commerce équitable : au-delà de la solidarité ?

Le , par Jonathan Duong

« Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect dans le but de parvenir à une plus grande équité du commerce international. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions d’échange et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs salariés, en particulier ceux du Sud. Les organisations du commerce équitable (soutenues par les consommateurs) s’engagent activement à appuyer les producteurs, à sensibiliser l’opinion publique et à mener campagne pour des changements dans les règles et les pratiques du commerce international conventionnel. » (extrait de la Charte du Commerce équitable)

Le commerce équitable recouvre donc trois dimensions, complémentaires et indissociables :
- une dimension socio-économique : des échanges commerciaux équitables et un développement durable
- une dimension éducative pour d’autres modes de relations commerciales basées sur la confiance et la transparence
- une dimension politique avec un engagement pour plus de justice dans les règles du commerce international

Le Café repaire a invité les responsables angevins d’Artisans du monde (qui fête ses 40 ans d’existence) à venir exposer et débattre des valeurs humanistes, sociales et politiques qui sous-tendent le projet du Commerce équitable. Nous accueillerons en particulier Henri Poizat qui est l’un des pionniers d’Artisans du Monde.

Mardi 2 décembre 19 heures
au bar Le Challenge
12 place Mendès-France 49000 Angers

téléphone : 02 41 79 36 03
site : lecercle49.wordpress.com

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.