Naïma Horchani Carton : un été difficile

De : Naïma Horchani Carton
Envoyé : lundi 4 septembre 2006 20:58
Objet : un été difficile

Bonjour à toute l’équipe,

Et bonne rentrée quand même...
Comme beaucoup de gens, je regrette le changement d’horaire de l’émission et déplore que la direction de France Inter n’est pas jugée bon de revenir sur cette décision malgré notamment la pétition. Je n’ai pas pu vous écouter aujourd’hui mais j’irais "là bas" sur le site où l’on peut télécharger une certaine émission modeste et géniale...
Peut-être envisagez-vous d’aborder la précarisation de la situation des migrants en France. Si c’est le cas et si vous abordez le sujet sous l’angle de la communication via les médias sur le sujet, alors peut-être l’article d’un quotidien local ci-joint vous intéressera.
Le Collectif 15 Uni(e)s Contre Une Immigration Jetable et Réseau Education Sans Frontière, a eu, comme bien d’autres, à soutenir et conseiller juridiquement des étrangers qui courraient le risque d’être expulsés.
En juillet dernier, ce collectif n’a pas pu éviter l’expulsion d’un ressortissant Géorgien. M.TEVZADZE a été mis en cellule de rétention le 18 juillet 2006. Il a fait vainement une grève de la faim et a été expulsé vers Tbilissi le 28 juillet 2006.
Ce n’est certes qu’un drame parmi d’autre. Mais cela a suscité une vive réaction de la préfecture du Cantal qui s’est traduite par un article de presse qui a mis à mal le soutien acquis auprès de la population locale.
C’est la méthode utilisée pour destabiliser le Collectif que je souhaite souligner. Tout d’abord, les arguments contenus dans cet article constitue une diffamation de M. TEVZADZE. Ensuite, la préfecture joue sur la distinction "bon immigré" "mauvais immigré" quand le Collectif se positionne pour le respect des droits de tous les étrangers sans distinction et contre une loi (réforme du CESEDA) et son application niant les droits fondamentaux. Enfin, l’article se termine par une menace de poursuite judiciaire contre le Collectif.
Je vous envoie ci-joint cet article du 27/07/06, la lettre ouverte du Collectif adressée suite à l’article (qui bien sûr n’a pas été publiée dans la presse) et le texte de la conférence de presse qui a suivi.
Si vous avez projeté de traiter dans votre prochaine édition des méthodes utilisées par les autorités pour expulser les étrangers et contrer les actions citoyennes, j’espère que le contenu des textes ci-joint pourra vous servir.
Bien cordialement,
Naïma Horchani Carton
Membre Collectif 15 UCIJ RESF

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous mardi 2 mai pour une nouvelle soirée Café repaire avec le collectif Angers Rassemblement Stop Corruption. Est-il possible d’empêcher les dérives de ceux qui détiennent les rênes du pouvoir ou bien pensez-vous comme le proverbe péruvien « Donnez du pouvoir à un ver de terre, il deviendra un (...)

    Angers

  • Le Repaire limougeaud de Là Bas si j’y suis consacre sa réunion du premier mercredi de chaque mois à un exemple de sociocratie à Limoges : Le collectif de fait "Marceaudacieuse". Les Forgerons de cet atelier d’urbanisme citoyen pour la conversion de la caserne Marceau désaffectée depuis 7 ans (...)

    Limoges

  • Nuit Debout Caen… Nuit de boucan ? Le temps d’une discussion, revenons sur le mouvement Nuit Debout à Caen. Que vous y ayez participé ou non, venez parler de cette expérience difficile à définir et qui n’a peut être pas dit son dernier mot... Précision : les personnes qui seront présentes à cette (...)

    Caen
    36 rue Saint Manvieu

  • Comment le citoyen est-il informé de la vie de sa commune ? La situation est-elle satisfaisante (constat) ? Quelles sont les évolutions ou améliorations à imaginer ? Comment le citoyen peut-il être impliqué/consulté dans les projets communaux et intercommunaux ? Y-a-t-il une limite à la (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier