Maryvonne Johannot : Bonjour Daniel et toute l’équipe !

lundi 11 septembre :
1) Les AMG ! Je trouve cela rigolo et sympa. J’adopte. Mais moi, je me sens plutôt AMMPTG. (Auditrice Modeste Malheureusement Pas Toujours géniale) ! Tant pis, je fais avec !
2) Je m’organise pour être à côté de ma radio à 15 heures pour vous écouter. Cela va sans dire... mais c’est encore mieux en le disant. Quand je ne peux pas, il y a la toile qui tisse des liens ! Je me perfectionne donc dans le maniement de la souris grâce à ce changement d’horaire. Merci monsieur chléssingé !
3) Depuis plus d’un an, je ne me reconnaissais plus « chez moi » sur France Inter. Quand ils ont touché à Mermet, ça a été le bouquet ! De rage, j’ai eu la réaction d’aller voir ailleurs si j’y suis. J’ai lu et entendu des messages d’auditeurs disant qu’eux aussi, ils quittaient France Inter !
Alors, j’ai réfléchi.
Non les AMG ! Ne faisons pas cela ! Ne boycottons pas France inter !!!
Ce serait accepter qu’on nous confisque notre radio publique ! Au contraire, plus que jamais auditons France Inter, mais en écouteurs vigilants. J’ai suivi les 7/9.30 de ces jours-ci et j’ai pu apprécier deux ou trois interventions d’auditeurs qui ont pris leur téléphone pour rappeler que le service public n’était pas au service des idées néo libérales. Ils ont fait entendre le point de vue des gens qui ne veulent pas que la France tournent mal. Ces auditeurs ont bien du mérite, parce qu’ils ont subit l’opposition farouche des animateurs visiblement décidés à les empêcher de s’exprimer, soit en leur coupant la parole, soit en les tournant en dérision, soit carrément, en leur coupant l’antenne sous prétexte qu’ils « avançaient masqués »...
J’encourage vivement les AMG qui se sentent assez compétents et courageux pour cela, à intervenir chaque fois que c’est possible dans les émissions de France Inter pour leur rappeler que NOUS SOMMES LA !, Ne cédons pas la place ! Une radio publique, libre, démocratique et républicaine, c’est un bien précieux qu’on se doit de protéger.
Que ceux qui ont le cran de le faire, qui sont compétents parce qu’ils ont les arguments bien affûtés, de l’assurance et de l’aisance à s’exprimer, le fassent pour ceux qui ne se sentent pas à la hauteur, qui n’osent pas mais qui ne supportent pas de voir le monde ainsi malmené. S’il vous plait ! Osez !
Bon courage Daniel et toute mon, heu pardon, toute son équipe ! Je vous laisse, je n’’arrive pas à vous écouter et vous écrire en même temps. Il est 15h15

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le 7 janvier dernier, l’Etat a accordé un permis exclusif de recherches de mines d’or, argent, antimoine et substances connexes dans la région de la Haute-Vienne et de la Dordogne à la société Cordier Mines. Lors du prochain café-repaire, nous débattrons donc sur le sujet, en présence du Collectif Stop (...)

    Limoges

  • Salut les Auditeurs Modestes et Géniaux, Olivier AZAM et son film La Cigale, le corbeau et les poulets seront les prochains invités du café-repaire là-bas si j’y suis d’ANNECY-MEYTHET en partenariat avec le cinéma Le Rabelais. On pourra échanger et débattre avec Olivier AZAM après le film, mais (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • Avec Christian Prébois, syndicaliste. L’idée d’un revenu de base (d’existence, universel, citoyen, etc.) n’est pas nouvelle. Elle suscite un intérêt croissant depuis qu’elle fait l’objet d’une expérimentation en Finlande. Son objectif : donner à chaque individu un revenu, sans condition, de la naissance à (...)

    Saint-Lô

  • Mardi 7 mars, le Cercle 49 convie les collectifs et les organisations qui se préoccupent du soutien aux migrants à venir exposer leur projet et leur travail à l’occasion de ce nouveau Café repaire. Cette soirée d’information et de discussion a pour objectif de faire connaître les réelles difficultés (...)

    Angers