Un restaurateur refuse deux clientes qui portent un voile [REPORTAGE RADIO : 35’37]

TOUS LES MUSULMANS SONT TERRORISTES ! Abonnés

Le

« Les terroristes sont musulmans et tous les musulmans sont terroristes. » C’est ce que balance un restaurateur à deux clientes qu’il met à la porte sous prétexte qu’elles portent le voile.

Ça se passe samedi soir dans un restaurant cossu de Tremblay-en-France, dans le 93. Une vidéo de la scène a dépassé le million de vues :

La ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol a engagé une enquête et le parquet de Bobigny a ouvert une procédure pour discrimination à caractère racial.

Dimanche, sur BFM TV, le restaurateur a présenté ses excuses mais sans convaincre des jeunes de la région accourus sur les lieux. Pourtant, écoutez, le débat s’engage entre le restaurateur et les jeunes musulmans du coin, c’est rugueux mais pas seulement. Comment lutter contre la haine raciale ? Par le débat entre habitants ou bien en s’en remettant à la justice pour faire condamner ? Ou bien les deux ?

Un reportage de Dillah TEIBI  :

reportage : TOUS LES MUSULMANS SONT TERRORISTES ! (EXTRAIT)

Un petit patron qui pète un câble ou bien une scène de racisme ordinaire dans la France de monsieur Valls ? ? Verra-t-on bientôt l’autocollant « interdit aux musulmans » comme le « white only » du temps de l’apartheid ou le « interdit aux chiens et aux juifs » de sinistre mémoire ?

Comment ne pas faire le rapprochement devant cette vidéo, dans ce restaurant où les clients se taisent et laissent des femmes se faire agresser et se faire mettre à la porte par un restaurateur raciste. Écouter le silence des clients. Le climat de peur exacerbé par les médias et le pouvoir suite aux attentats va multiplier les délires et les dérives de ce genre. Tout est bon pour ne pas parler de l’essentiel social et politique.

En avril, alors que la majorité du pays rejetait clairement la Loi Travail, le premier ministre, lors d’un colloque « islamisme et populisme », indiquait ce que serait le terrain de jeu de la campagne électorale qui s’ouvre : « Bien sûr, il y a l’économie et le chômage, mais l’essentiel c’est la bataille culturelle et identitaire. » Nous y voilà.

D.M.

Les différentes séquences du reportage :

01. « Des gens comme vous, j’en veux pas chez moi »

Programmation musicale :
- Médine (avec Aboubakr) : Ni Violeur Ni Terroriste

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Dillah TEIBI
montage : Grégory SALOMONOVITCH
réalisation : Sylvain RICHARD

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Les Rendez-vous des Repaires

  • "Revenu de base, revenu minimum, revenu inconditionnel, revenu d’existence, salaire à vie..." Ce sera le menu du prochain café repaire organisé conjointement par ATTAC 17 et le Centre d’Animation et de Citoyenneté de Surgères. Nous nous retrouverons mercredi 18 janvier au Café Français de Surgères, à (...)

  • L’accusée « Parti Socialiste » est déjà en état de mort cérébrale, Aude Lancelin parle même d’un PS en voie de putréfaction ; mais nous, citoyens atterrés, ne reculons pas devant l’ignominie ! Nous mettons en procès le « Parti socialiste ». La dictature des marchés ? La libre circulation des marchandises à (...)

    Nice

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.