VIDÉO [04’09]

Nicolas LAMBERT : « Le Maniement des larmes »

Le

Nicolas Lambert : « Le Maniement des larmes »
par Là-bas si j'y suis

Un extrait de la pièce Le Maniement des larmes. Nicolas LAMBERT rejoue, mot pour mot, la réponse de SARKOZY à un journaliste de l’AFP, le 19 juin 2009 à Bruxelles.

Après la Françafrique puis le nucléaire français, Nicolas Lambert s’attaque au business de l’armement. Seul en scène, il joue tous les protagonistes, avec toutes leurs déclarations, au mot près. À partir de documents précis, il montre et il démonte tout le système. C’est drôle et utile. C’est un vrai théâtre populaire.

« Le 8 mai 2002, à Karachi au Pakistan, un attentat provoque la mort de 14 personnes, dont 11 employés français de la Direction des Constructions Navales de Cherbourg.

Le 20 octobre 2011, en Libye, le président Mouammar Kadhafi meurt dans des circonstances encore confuses aujourd’hui, dans un pays soumis au feux des armes de la France sous l’égide de l’OTAN.

Une élection présidentielle française perdue, puis une autre, remportée par l’héritier politique du précédent. L’une et l’autre pouvant avoir été financées par des ventes d’armes de guerres négociées par des intermédiaires communs...

Tissant des fils entre ces « actualités », Le Maniement des Larmes dresse un portrait de la politique de l’armement en France. Sur scène, ce qui nous arrive et ceux par qui nous arrivent ces évènements : personnalités politiques (président, Premiers ministres, députés), intermédiaires et hommes de l’ombre, mais aussi journalistes et agents du renseignement.

Entre emballements médiatiques, ténacité des juges d’instruction, écoutes téléphoniques, valse des valises et culte du secret, des guerres grondent et des familles éclatent.

Et des armes, encore, ne cessent de se négocier. Sans que les citoyens ni leurs représentants n’en comprennent les enjeux.

Et nous en héritons. »

C’était dans notre émission LÀ-BAS Hebdo n°31 : « HOCINE AÏT AHMED : UN LONG RÊVE DE LIBERTÉ », à (ré)écouter en cliquant ici.

présentation : Daniel MERMET
réalisation : Jeanne LORRAIN & Jonathan DUONG
son : Jérôme CHELIUS

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Voir aussi

À voir :

- Le Maniement des larmes, une pièce écrite et mise en scène par Nicolas LAMBERT, avec Nicolas LAMBERT, Erwan TEMPLE ou Frédéric EVRARD, Hélène BILLARD ou Éric CHALAN
>>>>> Prochaine représentation le samedi 16 janvier 2016 à 20h30 au théâtre de l’Arlequin, 35 rue Jean-Raynal à Morsang-sur-Orge

Toutes les infos sur la pièce de Nicolas LAMBERT sur le site de la compagnie Un Pas de côté.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour cette édition du mois de mars autour du thème du gaz de schiste, nous accueillons le collectif « Stop Gaz de schiste 39 », qui milite : contre l’exploration et de l’exploitation de ressources d’hydrocarbure rocheuses (gaz et huile de schiste) pour le droit élémentaire de vivre dans un (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Va-t-on vers la suppression de l’argent liquide à l’horizon de 2022 (c’est-à-dire demain) ? Quels seraient les avantages d’une telle mesure et ses conséquences au quotidien ? En Allemagne, Grande-Bretagne et en Italie, des voix opposées se font entendre. En France, le débat n’est toujours pas (...)

  • Voter a-t-il encore un sens ? Si oui, alors pour qui voter ? Le débat sur les programmes et les idées est étouffé par les affaires et la corruption. Pourtant, ces programmes, ces idées existent bien et nous ne pouvons les ignorer sans perdre de vue les enjeux de cette élection. Qui est qui et qui dit (...)

    Portiragnes

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • En présence de Pierre Bitoun, co-auteur de Le sacrifice des paysans, nous tenterons d’expliquer comment le projet productiviste qui s’est déployé au cours des 70 dernières années a entraîné la destruction des sociétés paysannes et des cultures (...)