LÀ-BAS HEBDO n°35 SPÉCIALE, ENREGISTRÉE À GRANDE-SYNTHE [RADIO 64’20]

Les barbelés sont l’avenir de l’humanité Abonnés

Le

Le camp de la honte, le pire camp de réfugiés en France, c’est le maire lui-même qui le dit. Le camp de Grande-Synthe, près de Dunkerque, est en train de dépasser Calais dans le cynisme d’État. Cynisme des passeurs, cynisme des partis xénophobes, cynisme des vautours médiatiques et du business compassionnel. Dans tout ça, dans l’urgence, dans la boue, malgré tout, il y a des solidarités pratiques. Un nouveau camp moins indigne va être ouvert par la municipalité et Médecins Sans Frontières (MSF) . Un palliatif, chacun le reconnaît.

Début mars, MSF ouvre un « camp humanitaire » à Grande-Synthe, à un kilomètre de l’actuel « camp de la honte ». Entre l’autoroute et la voie de chemin de fer. Une logique « humanitaire-sécuritaire » qui dédouane l’État, soulage la municipalité et oublie complètement les premiers concernés : les réfugiés.

JPEG - 4.8 Mo
(photo : Jonathan DUONG)

En 2002, Sarkozy fermait Sangatte. En 2016, Valls inaugure un « camp de containers » à Calais. Entouré d’un enclos, vidéosurveillé, contrôlé par un système biométrique. Merci monsieur Valls.

À 40 kilomètres de là se trouve Grande-Synthe, cité populaire enserrée par le chantier méthanier de Dunkerque. Entre une zone industrielle et un lotissement pavillonnaire, le site d’un futur éco-quartier s’est transformé, depuis l’été dernier, en « camp de la honte ».

Dans cette galère de gadoue, de rats, de terreur des passeurs, vivent près de 2 000 personnes, dont 200 enfants. Le 26 janvier dernier, un échange armé entre mafieux faisait quatre blessés. Et alors que LÀ-BAS pliait son studio mobile posé ce mercredi 10 février à l’Atelier, université populaire de Grande-Synthe, de nouveaux échanges de tirs touchaient, dans la soirée, un résident du camp de deux balles dans le dos.

De quoi faire monter l’extrême droite sans peine. Pourtant, la municipalité reste Europe Écologie-Les Verts (EELV) et tente de limiter la casse entre réfugiés et riverains. Pas facile dans cette ville de 21 000 habitants à 24% de chômage et 20% de votes FN. Pas facile. Mais ils tiennent bon. C’est fragile bien sûr. Mais on est dans l’urgence, dans la tyrannie de l’urgence. Ici, l’essentiel c’est l’urgence alors que c’est l’inverse qu’il nous faut. L’essentiel n’est pas l’urgence, l’urgence c’est l’essentiel.

En 2002, LÀ-BAS était en reportage au camp de Sangatte géré par la Croix-Rouge. Afin d’en finir avec ces réfugiés, Nicolas Sarkozy faisait fermer ce centre. Mais ce fut pire, ce fut la « jungle » de Calais, la dispersion de la galère. Quatorze ans plus tard, on remet la galère à l’abri, pour combien de temps ?

01. Vos messages sur le répondeur
Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Zoom

Les Rendez-vous des Repaires

  • La Rochelle

    Membre d’une association de médecins de terrain née autour du projet d’incinérateur d’Echillais, le Docteur Delegue et ses confrères ont élargi le débat en soulignant les relations entre l’environnement et la santé et en animant des conférences sur l’impact sanitaire des pesticides. C’est sur ce sujet (...)

  • Lescheraines

    Pour ce premier rendez-vous au café-repaire de Lescheraines, en Savoie, nous vous donnons rendez-vous à 20h00 à La Fabrique des Bauges. La soirée sera l’occasion d’aborder des thématiques liées à la politique locale : comment pouvons-nous créer ensemble une politique d’économie locale et culturelle ? (...)

    Lescheraines
    Saint Martin

  • Saint Lô

    avec Christine Poupin, syndicaliste et porte-parole nationale du NPA Le chômage est souvent considéré comme incontournable et presque banalisé : une fatalité. Il est surtout un outil très performant dont se sert le "libéralisme financier". En effet, il crée chez les salariés une peur légitime qui les (...)

    Saint-Lô

  • Pays d’Aix

    Brigitte nous présentera l’ouvrage "Petit traité de décroissance sereine" de Serge Latouche (éd. Mille et une nuits, 2007). « Cet opuscule est un abrégé du corpus des analyses déjà disponibles sur la décroissance. Il intègre les développements nouveaux de la réflexion sur le sujet produits lors des débats (...)

    Aix-en-Provence
    Boulevard Carnot

  • Pierrefitte-Nestalas

    Le prochain café-repaire aura lieu le 14 décembre autour du thème : "Pesticides, OGM, perturbateurs endocriniens : où en est-on ?" Comme toujours, nous nous retrouverons au Café de la gare à partir de 19h. Le débat sera animé par le groupe local de l’association Générations futures. Possibilité de dîner (...)

    Pierrefitte-Nestalas
    Rue Lavoisier

Dernières publis