LÀ-BAS HEBDO n°29 (63’47) LE DROIT DE LA FORCE ou LA FORCE DU DROIT ?

ÉTAT D’URGENCE, LE PEN EN RÊVAIT HOLLANDE L’A FAIT Abonnés

Le

JPEG - 71.4 ko
Isabelle ATTARD et Olivier BESANCENOT

Vive l’État d’Urgence ! Selon les sondages, les Français sont unanimes. Sauf les cinq que nous recevons aujourd’hui. Trois ont été arrêtés lors de la manif dimanche place de la République et mis en garde à vue. Ces dangereux suspects sont enseignants dans le 93.

Avec eux, Olivier BESANCENOT qui était aussi dans la manif et la députée Isabelle ATTARD, l’une des six parlementaires qui ont refusé de voter l’État d’urgence. Suspicion, assignation, perquisition. Pour eux tous, la Sécurité bâillonne la Liberté. Le Front National savoure.

"Un peuple prêt à échanger un peu de liberté contre un peu de sécurité ne mérite ni l’un ni l’autre et finit par perdre les deux". Citer la phrase fameuse de Benjamin Franklin, fait de vous un laxiste, un munichois, bref un suspect.

L’administration dispose d’une jolie palette de mesures coercitives : couvre-feu, perquisitions à toute heure, contrôle renforcé d’Internet, fermeture de lieux publics, interdiction de manifester, assignation à résidence douze heures d’affilées, extension de la mise sous surveillance électronique, dissolution d’associations ou de groupement de fait dont l’activité porte atteinte à l’ordre public... Dans le Monde diplomatique, Patrick Baudouin indique que des élus socialistes et des Républicains militent pour un contrôle des médias... Donc profitez encore de cette émission !

01. Vos messages sur le répondeur
Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 60 €. Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
-  les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
-  ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Zoom

Les Rendez-vous des Repaires

  • Saint Lô

    En France, les femmes n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1944. Elles ne peuvent exercer une profession et ouvrir un compte bancaire sans autorisation du mari que depuis 1965. Aujourd’hui, l’égalité hommes/femmes n’est toujours pas effective dans de nombreux domaines. Quelles sont les luttes (...)

    Saint-Lô

  • Vierzon

    Mardi 4 octobre, à 19 heures, le café repaire de Vierzon accueillera Marie-Josèphe Bonnet. Cette historienne, figure du mouvement féministe et homosexuel, pose aujourd’hui la question : où sont passés les rebelles ? Auteur de nombreux ouvrages, Marie-Josèphe Bonnet, qui a milité dans le Mouvement de (...)

  • Angers

    Mardi 4 octobre, rendez-vous au bar Challenge à 19h30 pour organiser la résistance sur tous les fronts. Au programme : – organisation du passage et de l’accueil à Angers le mercredi 12 octobre de la Caravane Solidaire avec la Grèce. – présentation et renforcement du mouvement Nuit Debout – (...)

    Angers

  • Nîmes

    Le café repaire du 7 septembre nous a permis d’évoquer un peu l’histoire, l’origine de la notion de laïcité. Le sujet étant loin d’être épuisé, le 5 octobre, à partir de 19h, nous en remettrons une couche !

    Nîmes
    24 Boulevard Amiral Courbet

  • La Rochelle

    Procédé de mise en œuvre de satisfaction de besoins publics de l’État et des collectivités territoriales, voire même d’établissements publics, le PPP (partenariat public-privé) a souvent mauvaise presse, et pas seulement en France. Déjà, de par son origine, anglo-saxonne. Source diabolique s’il en est. Le (...)

Dernières publis