Rencontre avec Pierre CONESA [RADIO 33’25]

Djihad, mode d’emploi Abonnés

Le

JPEG - 63.9 ko
Trois Français « djihadistes » (vidéo de l’« État islamique »)

DÉRADICALISER. Les consonances ont-elles un sens ? On entend RAT dans ce mot. Comme dans RATONADE, autrefois. Comment se débarrasser de ces rats ? Un tas d’experts auto-proclamés proposent leurs conseils, c’est même devenu un business juteux.

L’humour noir de Pierre CONESA va choquer ceux qui n’ont pas accès au second degré. Un bon moyen pourtant de dégonfler la baudruche djihadiste, d’aider des parents désemparés, des enseignants et des jeunes mal informés, et aussi des décideurs qui se déchargent de toute responsabilité en qualifiant les candidats au départ de « malades ».

On compterait aujourd’hui en Syrie et en Irak quelques 25 000 combattants étrangers venus de de plus de 100 pays : à moins d’imaginer une épidémie de démence, il y a lieu de se demander ce qui attire là-bas, et pourquoi l’Occident est devenu l’une des cibles des djihadistes.

Pierre CONESA accuse nos dirigeants de courte vue et ceci depuis 30 ans. Car ce djihad a une histoire. En 1984, durant la guerre contre les Soviétiques en Afghanistan, le président Reagan qualifia les moudjahidines de « combattants de la liberté » (freedom fighters), une appellation largement reprise par les intellectuels français d’alors. La guerre finie, ceux-ci ont obtenu le statut de réfugiés politiques en Grande-Bretagne. Ils ont pu prêcher le djihad anti-occidental, l’antisémitisme et le racisme au coin de Hyde Park en toute impunité.

Les attentats du 11 septembre 2001 ont conduit G. W. Bush à décréter que les pays de l’Axe du Mal étaient l’Irak, l’Iran et la Corée du Nord, et non l’Arabie Saoudite, dont étaient pourtant originaires deux tiers des auteurs. Ce ne sont là que deux erreurs parmi les plus aveugles. Pour l’auteur, ancien haut fonctionnaire et chargé de cours à l’ENA, « le silence des chancelleries est une indignité morale qui renforce l’argumentaire et le recrutement djihadistes. »

Djihad, mode d’emploi (extrait)

Ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense, spécialiste des questions stratégiques internationales, en particulier militaires, maître de conférences à Sciences Po, Pierre Conesa est l’auteur du Guide du petit djihadiste (2016, éditions Fayard)

Un entretien de Daniel MERMET.


Les différentes séquences de l’émission :

01. As-tu de bonnes raisons de partir ? [04’51]

01. As-tu de bonnes raisons de partir ?

02. Radicalise-toi en trois étapes [03’55]

03. Sois prêt à massacrer des musulmans [06’33]

04. Applique une stratégie de communication [08’17]

05. Prépare-toi à revenir, si tu ne meurs pas là-bas [09’55]

Merci à Pierre CONESA.

entretien : Daniel MERMET
réalisation : Florian LOPEZ
montage : Grégory SALOMONOVITCH
préparation : Jonathan DUONG

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page.)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Le Collectif du 14 juillet 2016, en partenariat avec le café-repaire de Là-bas si j’y suis à Nice, organise une rencontre/débat avec Laurent Bonelli, maître de conférence en sciences politiques à l’université de Paris X Nanterre, sur le thème « Politique sécuritaire, sécurités et libertés ? » Samedi 28 (...)

    Nice

  • Anne DELEGUE, pédopsychiatre au Centre Hospitalier Annecy Génevois, nous propose un débat autour d’une question d’actualité mais non médiatisée : l’impact de la « psychiatrie biologique » en pédopsychiatrie. Ce thème est inspiré d’un article de F. GONON, neurobiologiste, paru en novembre 2011 dans la revue (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

  • Pour cette tout première édition du café-repaire de Donges, nous vous proposons de d’échanger à propos de L’animation de notre commune. Une convention relative à une participation de 2500 € de l’entreprise Total aux festivités de Noël organisées par la municipalité prévoit que "la ville s’engage à (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.