LÀ-BAS Hebdo n°36. VOISINS VIGILANTS, reportage RADIO : Anaëlle VERZAUX [58’47]

CES BRAVES GENS QUI SURVEILLENT Abonnés

Le

VOISINS VIGILANTS « en liaison immédiate avec les forces de l’ordre ». On voit fleurir cet œil jaune un peu partout en France. Ils seraient 200 000, ces vigilants voisins. Pas des milices, pas des shérifs, pas de délation, surtout pas, mais « des collaborateurs occasionnels de la police » comme le souhaitait l’ardent militant de ce projet en 2007, un certain Claude Guéant. VOISINS VIGILANTS est une entreprise privée qui s’inspire des "neighborhood" américains. Mais qui sont ces braves gens, de quoi ont-ils peur ?

01. Vos messages sur le répondeur

C’est le premier village après la ville. Une coquette banlieue dortoir. Des retraités plutôt aisés, la pharmacie est le seul commerce qui subsiste. VOISINS VIGILANTS est un moyen, sans doute le seul, de se retrouver entre voisins pour lutter contre « les cambriolages, les démarchages, les dégradations, les incivilités diverses », comme les y invitait Claude Guéant, alors ministre de l’Intérieur.

On se souvient hélas comment cet inflexible adversaire de la délinquance fut lui-même pris la main dans le sac. Le 13 novembre 2015, il était condamné par le tribunal correctionnel de Paris pour « complicité de détournement de fonds publics et recel » à deux ans de prison avec sursis, 75 000 euros d’amende et cinq ans d’interdiction d’exercer toute fonction publique. Mais ici une question se pose : des VOISINS VIGILANTS l’auraient-ils dénoncé ?

En dix ans, 10 000 de ces communautés sont apparues en France. Soit 250 000 personnes réparties dans près de 250 mairies. En moyenne, 150 nouveaux adhérents chaque jour. C’est au moins les chiffres qui sont fournis par l’entreprise. Car c’est une entreprise. Une privatisation de la sécurité en somme, dont les agent ne coûtent pas un sou, au contraire puisque ce sont les habitants eux-mêmes qui surveillent et qui se surveillent. Les résultats ? Là où le dispositif est mis en place, le taux de cambriolages chute de 20 à 40%. Chiffre invérifiable, mais peu importe. Sous l’oeil jaune, cette devise :" Si je n’alerte pas la police mon voisin le fera"

JPEG - 102 ko
(photo : www.voisinsvigilants.org)
À Cuise-la-Motte dans l’Oise, comme à Lompret dans le Nord, Joël, Noëlle & Co are watching you. Pour votre bien.

Commune située à 20 km de Lille, Lompret (2 305 habitants) compte même deux de ses communautés de Voisins Vigilants ! La faute à un no man’s land bordant la voie ferrée, coupant le village en deux. Pas un coupe-gorge, mais de quoi mettre en place des tournées de vigilance. Des rondes, toujours dans l’esprit de la circulaire émise donc par le souriant Claude Guéant le 22 juin 2011, et visant « à rassurer la population, à améliorer la réactivité des forces de sécurité contre la délinquance d’appropriation et à accroître l’efficacité de la prévention de proximité ».

Un reportage d’Anaëlle VERZAUX.


LES DRÔLES DE CASSEROLES DE M. GUÉANT

18/20 en déontologie. Sa reconversion comme avocat avait pourtant bien commencé. Mais, cinq mois après avoir prêté serment, Claude Guéant s’est retrouvé de l’autre côté du barreau. Condamné par le tribunal correctionnel de Paris, le 13 novembre 2015, à deux ans de prison avec sursis. Un jugement (dont il a fait appel depuis) assorti d’une amende de 75 000 euros et de cinq ans d’interdiction d’exercice de toute fonction publique.

Pris la main dans le sac, celui qui en appelle à la vigilance citoyenne contre les cambriolages, a cautionné un système de versement de primes en liquide d’une dizaine de milliers d’euros par mois. A la fois au profit de nombreux collaborateurs de la police, de préfets mais aussi de membres de cabinets ministériels. Pas moins de 210 000 euros détournés, entre 2002 et 2004…

LA BATTERIE DE M. GUÉANT S’ALOURDIT

Ex-secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant a été mis en examen mardi 23 février dans l’affaire des sondages de la présidence de la République durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Entendu par un juge financier, il devait répondre de détournement de fonds publics sur des contrats passés sans appels d’offres avec les sociétés de Patrick Buisson (Publi- fact puis Publiopinion) et de Pierre Giacometti, tous deux mis en examen pour recel de favoritisme et eux aussi proches de l’ancien président.

Déjà plusieurs personnes sont visées par la justice dans ce dossier, comme l’ancienne directrice de cabinet de Sarkozy, Emmanuelle Mignon. Les enquêteurs ont retrouvé trace de 235 sondages achetés par le cabinet Buisson et revendus à la présidence entre 2007 et 2009, avec une marge d’environ 1,4 million d’euros. Ils s’interrogent sur la pertinence de certains de ces sondages concernant Jean Sarkozy, Carla Bruni, Dominique Strauss-Kahn ou Jean-Louis Borloo.


Les différentes séquences du reportage :

01. Vos messages sur le répondeur

01. Vos messages sur le répondeur

02. Les voisins vigilants


03. Avec Francine


04. Laurent, le boulanger


05. En famille


06. La chronique de Gérard Mordillat


Ne manquez pas également les conseils des Voisins Vigilants pour différencier un vrai banquier bienveillant d’un faux banquier malveillant :


Programmation musicale :
- KAMINI : Marly-Gomont
- Pierre VASSILIU : Qui c’est celui-là

reportage : Anaëlle VERZAUX
présentation : Daniel MERMET
réalisation : Jérôme CHELIUS
préparation : Pierre-Yves BULTEAU
montage : A.V. et Grégory SALOMONOVITCH

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page.)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 60 €. Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
-  les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
-  ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Voir aussi

À voir :

L’empire de la surveillance, la seconde partie de notre LÀ-BAS Hebdo n°36 avec un entretien avec Ignacio RAMONET du 19 février 2016

À écouter dans les archives de Là-bas :

Glenn is watching you, un reportage de Daniel MERMET, Giv ANQUETIL et Antoine CHAO du 04 avril 2008 :
Glenn Spencer est l’un de ces braves et fiers patriotes américains. Entouré de ses sept bergers allemands et armé de sa Kalachnikov de fabrication artisanale, il protège son pays contre l’invasion mexicaine.

Zoom

Les Rendez-vous des Repaires

  • Saint Lô

    En France, les femmes n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1944. Elles ne peuvent exercer une profession et ouvrir un compte bancaire sans autorisation du mari que depuis 1965. Aujourd’hui, l’égalité hommes/femmes n’est toujours pas effective dans de nombreux domaines. Quelles sont les luttes (...)

    Saint-Lô

  • Nîmes

    Le café repaire du 7 septembre nous a permis d’évoquer un peu l’histoire, l’origine de la notion de laïcité. Le sujet étant loin d’être épuisé, le 5 octobre, à partir de 19h, nous en remettrons une couche !

    Nîmes
    24 Boulevard Amiral Courbet

  • La Rochelle

    Procédé de mise en œuvre de satisfaction de besoins publics de l’État et des collectivités territoriales, voire même d’établissements publics, le PPP (partenariat public-privé) a souvent mauvaise presse, et pas seulement en France. Déjà, de par son origine, anglo-saxonne. Source diabolique s’il en est. Le (...)

Dernières publis