LÀ-BAS HEBDO n°30 (60’40)

ASSIGNEZ-MOI ! Abonnés

Le

JPEG - 93.9 ko
(Photo : Alain Jocard / AFP)

« Moi aussi je suis écolo, réfugié, altermondialiste, squatter, musulman, zadiste, moi aussi je vends des sandwichs halal, moi aussi je manifeste. Pour ces raisons je vous demande mon assignation à résidence dans les meilleurs délais. » Avec Alain BROSSAT, nous vous aidons à formuler votre demande d’assignation.

Alain BERTHO est anthropologue, depuis des années il étudie les émeutes urbaines en France et dans le monde. Autodestructrices, sans but ? Alain Bertho voit dans ces émeutes le symptôme de la fin de l’action politique et de l’action collective. Les États se consacrant désormais exclusivement au service d’une mondialisation sans boussole. Nous sommes dans « une situation globale où toutes les conditions sont réunies pour que des quêtes individuelles de sens de la vie et du monde, rencontrent l’offre contemporaine que constitue aujourd’hui le djihad. »

Amis de la poésie, bonsoir ! Voilà Gérard MORDILLAT. Curieusement en France, la poésie écrite ou lue, c’est ringard, alors que dans beaucoup de pays, la poésie est toujours vivante, souvent populaire, et vécue comme un moyen d’être au monde.

01. Vos messages sur le répondeur

Pour lire et signer la pétition "Assignez-moi !" cliquez ici.

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Les Rendez-vous des Repaires

  • Petit repaire, petit rythme... Voilà deux prochaines réunions sur le même thème : la Sécu, avec la projection du film de Gilles Perret La Sociale, le mercredi 22 mars à 20h00 et le dimanche 26 mars à 16h00. Le film raconte l’histoire de la Sécurité Sociale et de son fonctionnement jusqu’à aujourd’hui. Où (...)

    Tousson

  • Avec Dominique Prime, médecin généraliste, compétences en homéopathie et phytothérapie Ostéopathie, homéopathie, acupuncture, hypnose, naturopathie, shiatsu... Les médecines non conventionnelles sont multiples et ne sont pas toutes légalement encadrées. Beaucoup de critiques, de méfiance, de scepticisme (...)

    Saint-Lô

  • Rendez-vous le 28 mars pour le premier café-repaire de Caen ! Ce sera un café « vie privée » au Café Sauvage (36 rue Saint Manvieu, à Caen) : nous discuterons librement sur le thème de la protection de la vie privée à l’heure du numérique. Il s’agit de voir les bons comportements à avoir pour faire en (...)

    Caen
    36 rue Saint Manvieu

  • Pour cette édition du mois de mars autour du thème du gaz de schiste, nous accueillons le collectif « Stop Gaz de schiste 39 », qui milite : contre l’exploration et de l’exploitation de ressources d’hydrocarbure rocheuses (gaz et huile de schiste) pour le droit élémentaire de vivre dans un (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Va-t-on vers la suppression de l’argent liquide à l’horizon de 2022 (c’est-à-dire demain) ? Quels seraient les avantages d’une telle mesure et ses conséquences au quotidien ? En Allemagne, Grande-Bretagne et en Italie, des voix opposées se font entendre. En France, le débat n’est toujours pas (...)