LÀ-BAS Hebdo n°15 (seconde partie)

Howard Zinn, un remède à la mélancolie (2) Abonnés

Le , par L’équipe de Là-bas

Aujourd’hui 1er Mai, seconde partie de notre SPÉCIALE ZINN en hommage aux ouvriers tués à Chicago en 1886 dans le combat pour la journée de huit heures. Une lutte héroïque à l’origine du Ier Mai, célébré depuis partout dans le monde.

Pour cette seconde émission nous sommes heureux de recevoir MYLA KABAT-ZINN, la fille de Howard ZINN, venue de Boston.

C’est toujours Aurélie SFEZ qui anime le débat, avec :
- Daniel MERMET, co-réalisateur du film
- Oliver AZAM, co-réalisateur du film
- Myla KABAT-ZINN (traduction : Giv ANQUETIL)
- Claude GÉRARD, directeur de l’Espace Saint-Michel
- Brice GRAVELLE des Mutins de Pangée, archiviste du film
- Fred ALPI, chanteur

LÀ-BAS HEBDO n°15 (extrait 2ème partie)
JPEG - 57.8 ko
Myla KABAT-ZINN (© Luc Jennepin )

Cliquez ici pour retrouver la première partie de l’émission, avec Thierry DISCEPOLO, des éditions Agone, Daniel MERMET et Olivier AZAM.


Les différentes séquences de l’émission

01 : Zinn Education Project

Le Zinn Education Project soutient et facilite l’enseignement de cette Histoire populaire des États-Unis dans les collèges et lycées américaines. Le site zinnedproject.org met à disposition des professeurs et de leurs élèves des ressources pédagogiques, grâce au soutien de deux associations : Rethinking Schools and Teaching for Change.

La fille de Howard ZINN, Myla KABAT-ZINN, revient sur l’origine de ce projet, accompagnée de Giv ANQUETIL à la traduction.


02 : L’Espace Saint-Michel

C’est une des plus anciennes salles de Paris, fondée en 1912 par le grand-oncle du directeur, Claude GÉRARD. Il y défend toujours une programmation de films indépendants et engagés. En 1988 le cinéma est pris pour cible par des intégristes catholiques qui protestent contre la projection du film de Martin Scorcese La Dernière tentation du Christ. L’incendie fait quatorze blessés, et provoque la fermeture pendant trois ans du cinéma.

Brice GRAVELLE, des Mutins de Pangée, fait partie de l’équipe du film Howard Zinn, une Histoire populaire américaine, en qualité d’archiviste. Les films et photographies qui montrent l’Amérique au 19ème et début 20ème siècle, c’est grâce à lui !

JPEG - 56.2 ko
Le cinéma Saint-Michel en 1922

03 : Les opprimées

À Chicago en 1886, le massacre des manifestants de Haymarket Square par la police conduit les autorités à accuser les leaders syndicaux et anarchistes d’avoir lancé une bombe sur la police. Huit d’entre eux sont condamnés à mort, puis inhumés au cimetière de Waldheim à Chicago. C’est à côté d’eux que voudra être enterrée la célèbre Emma Goldman, l’une des nombreuses figures féminines de cette Histoire populaire des États-Unis. Sur la tombe d’Emma Goldman cette inscription : « La liberté ne descend pas vers le peuple, c’est le peuple qui doit se soulever, vers la liberté. »


Vous pouvez réécouter ici la première partie de notre émission « Howard Zinn, un remède à la mélancolie ».

Merci à Jean-Charles DOUKHAN et à l’équipe de l’Espace Saint-Michel : Claude GÉRARD, Maxime, Marie et Mathias.

Programmation musicale :
- L’Internationale, par The Topic Singers & Band
- The Ghost of Tom Joad, par Bruce Springsteen
- The Rebel Girl, une chanson de Joe HILL interprétée par Fred Alpi au café Les Affiches de l’Espace Saint-Michel


N’oubliez pas que le répondeur attend vos messages au 01 85 08 37 37.

Présentation : Aurélie SFEZ
Traduction : Giv ANQUETIL
Réalisation : Guillaume GIRAULT
Montage : Grégory SALOMONOVITCH
Répondeur : Stéphanie FROMENTIN
Préparation : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Les Rendez-vous des Repaires

  • "Revenu de base, revenu minimum, revenu inconditionnel, revenu d’existence, salaire à vie..." Ce sera le menu du prochain café repaire organisé conjointement par ATTAC 17 et le Centre d’Animation et de Citoyenneté de Surgères. Nous nous retrouverons mercredi 18 janvier au Café Français de Surgères, à (...)

  • L’accusée « Parti Socialiste » est déjà en état de mort cérébrale, Aude Lancelin parle même d’un PS en voie de putréfaction ; mais nous, citoyens atterrés, ne reculons pas devant l’ignominie ! Nous mettons en procès le « Parti socialiste ». La dictature des marchés ? La libre circulation des marchandises à (...)

    Nice

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

Dernières publis

Une sélection

À Boston, après les élections américaines, un entretien exclusif avec NOAM CHOMSKY [VIDÉO : 25’28] NOAM CHOMSKY : TRUMP EST UNE MENACE POUR LE MONDE ? AbonnésVoir

Le

Pour Noam CHOMSKY, depuis plusieurs années, les États-Unis sont mûrs pour l’avènement d’une figure autoritaire. Celui que MICHAEL MOORE décrit comme « lamentable, ignorant, clown à mi-temps et sociopathe à plein-temps » est élu président des États-Unis. Voici Ubu Roi à la Maison Blanche.

Sauf que ce n’est pas une farce. Dans le pays le plus puissant du monde, l’imprévisible TRUMP est à la tête de « l’organisation la plus dangereuse de l’histoire mondiale ». Comment comprendre ce retournement de l’histoire ? De toutes nos rencontres depuis plus de dix ans avec Noam CHOMSKY, celle-ci est un appel urgent à la mobilisation et au « militantisme populaire ».

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.