LÀ-BAS Hebdo n°17

Autour du Diplo de mai Abonnés

Le

JPEG - 169.5 ko
dessin : Daniel MERMET

Marine Le Pen déguisée en Georges Marchais, François Hollande déguisé en Fidel Castro, Obama déguisé en ami de l’Iran, la droite déguisée en gauche, la gauche déguisée en droite. La politique est un grand bal masqué. Un honnête cochon aurait du mal à retrouver ses petits dans ce grand club échangiste, FN contre l’UMPS, Sarkozy contre le FNPS, la gauche contre l’UMPFN. Serge Halimi tente d’y voir clair dans cette décourageante confusion politique. Un brouillard propice aux djihadistes du libre-échange et aux va-t-en-guerre de la civilisation.

En évoquant un nouveau parti allemand d’extrême droite, l’AfD (Alternative für Deutschland), Dominique Vidal ne nous rassure pas vraiment sur la montée de l’extrême droite dans l’Europe du souriant Monsieur Juncker.

Renaud Lambert nous raconte la jolie (?) histoire des souris qui avaient élu un gros chat noir, puis qui, déçues, votèrent pour un gros chat blanc. Ce qui l’amène à nous emmener au Portugal puis en Irlande pour évaluer les soutiens dont la Grèce de Syriza pourrait bénéficier. Lorsque les souris eurent enfin l’idée de voter pour une souris, celle ci fut arrêtée et jeter en prison pour "communisme". Toute ressemblance avec le chat allemand et la souris grecque ne serait pas invraisemblable.

Picasso a battu un record de vente, un Giacometti a atteint une somme astronomique. Pas un mot sur le sculpteur de L’Homme qui marche ou sur le peintre de Guernica. La spéculation a envahi l’art jusqu’à le faire disparaître. On pérore, on s’esbaudit mais il n’y a rien à voir. Le mur est nu comme le roi. L’art, l’argent et le pouvoir sont un vieux trio infernal dans l’histoire de l’Occident. Leurs convulsions impures ont engendré des Vélasquez et des Delacroix, des Fra Angelico et des Calder, et même des Van Gogh. Leurs successeurs aujourd’hui sont relégués derrière le grand mur vide de l’« Art contemporain » que Franck Lepage appelle « Art comptant pour rien » et qui illustre parfaitement le néant béant de l’utopie néo-libérale. Gérard Mordillat pose la question "Voir ou avoir ?"

LÀ-BAS Hebdo n°17 (extrait)

Les différentes séquences de l’émission
01. Vos messages sur le répondeur

01. Vos messages sur le répondeur

Quelques messages parmi ceux que vous avez laissés sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.


02. Comment échapper à la confusion politique

Idéologies changeantes, alliances déconcertantes. La multiplication des alliances entre des États qu’a priori tout oppose rend plus délicate la compréhension des relations internationales. Et l’information accélère sans cesse la cadence, ce qui accroît la confusion ambiante. Dans ce contexte chaotique, comment conjurer les replis identitaires et clarifier les enjeux ? Gérard MORDILLAT, Renaud LAMBERT et Dominique VIDAL réagissent à l’article de Serge HALIMI.


03. Allemagne : à droite du nouveau

L’Allemagne, puissance sans désir. Sortir de l’euro, mais par la droite. Telle est la base du programme de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), une formation politique nationaliste et conservatrice dont l’essor sème le trouble, et que Dominique VIDAL a rencontrée.


04. Renaud LAMBERT à la recherche du prochain Syriza

De Lisbonne à Dublin, sur quels alliés Athènes peut-elle compter ? Dans le bras de fer qui l’oppose à Berlin, Athènes cherche des soutiens. L’élection de M. Alexis Tsipras a-t-elle profité à ses alliés potentiels ailleurs en Europe ?

En 1944, Tommy Douglas, dirigeant politique canadien, reprenait dans un discours la parabole de "Mouseland", le pays des souris :


05. Gérard MORDILLAT : voir ou avoir ?

La force des peintres contre les artifices des marchands. Cadavres dans le formol, vidéos de filles nues roulées dans la boue : ces audaces très convenues, portées par la valeur financière que leur confèrent des effets de mode, dominent l’art contemporain. Plus discrètement, des peintres continuent, eux, d’affronter la toile pour produire les déflagrations esthétiques et sensorielles à même de nourrir l’œil, le cerveau et tout le corps du spectateur.
"Ecce Homo X", d'Ernest Pignon-Ernest, pendant l'exposition « Prisons » à la galerie Lelong à Paris {JPEG}

"Ecce Homo X", d’Ernest Pignon-Ernest, parmi l’exposition « Prisons » à la galerie Lelong à Paris

Merci à Diana Prak du Monde Diplomatique.


Programmation musicale :
- Jeunesse du monde, par Keny Arkana
- Europa, par Les Wampas
- Milieu Art Contemporain, par Nux Vomica

À lire :
- Le Monde Diplomatique du mois de mai 2015, en kiosques ou sur www.monde-diplomatique.fr
-  Libre-échange : la déferlante , le prochain numéro de Manière de voir (juin-juillet 2015)

N’oubliez pas que le répondeur attend vos messages au 01 85 08 37 37.

Entretien : Daniel MERMET
Réalisation : Franck HADERER
Répondeur : Stéphanie FROMENTIN
Préparation : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Les Rendez-vous des Repaires

  • "Revenu de base, revenu minimum, revenu inconditionnel, revenu d’existence, salaire à vie..." Ce sera le menu du prochain café repaire organisé conjointement par ATTAC 17 et le Centre d’Animation et de Citoyenneté de Surgères. Nous nous retrouverons mercredi 18 janvier au Café Français de Surgères, à (...)

  • L’accusée « Parti Socialiste » est déjà en état de mort cérébrale, Aude Lancelin parle même d’un PS en voie de putréfaction ; mais nous, citoyens atterrés, ne reculons pas devant l’ignominie ! Nous mettons en procès le « Parti socialiste ». La dictature des marchés ? La libre circulation des marchandises à (...)

    Nice

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

Dernières publis

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.