2022, mourir pour le Mondial

Le , par L’équipe de Là-bas

En septembre dernier, le Guardian a publié un reportage sur les conditions de travail sur le chantier du Mondial 2022 à Doha, au Qatar. Quarante-quatre ouvriers morts sur ces chantiers ont été dénombrés en 2013, Népalais pour l’essentiel. Et le Qatar s’apprête à recruter 1,5 millions travailleurs étrangers de plus pour construire les installations de ce Mondial 2022. Scandale ! Des syndicats se bougent, la FIFA se dit « préoccupée », on peut espérer que quelque chose se mette en route pour défendre les conditions de travail de ces ouvriers venus de l’Inde, du Népal, du Tibet...

Mais cela n’est pas nouveau dans les Émirats, où ces conditions de travail inacceptables sont courantes. Nous retournons aujourd’hui à Dubaï, où nous étions en mai 2006. On notait déjà qu’en 2004, 880 travailleurs étaient morts sur les chantiers de Dubaï, dans des accidents notamment dus à la chaleur. À l’époque, les travailleurs étrangers représentaient 90 % des 1,7 millions de travailleurs de Dubaï, dont beaucoup venus du Kerala. Ces conditions de travail dans cette région du monde sont une vitrine et l’accomplissement de l’utopie néolibérale.

Une nouvelle diffusion d’un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet, de mai 2006.

Programmation musicale :
- What a wonderful world, par The Ramones
- Ja Sha Taan, par Fun-Da-Mental

Écouter l'émission

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Le Collectif du 14 juillet 2016, en partenariat avec le café-repaire de Là-bas si j’y suis à Nice, organise une rencontre/débat avec Laurent Bonelli, maître de conférence en sciences politiques à l’université de Paris X Nanterre, sur le thème « Politique sécuritaire, sécurités et libertés ? » Samedi 28 (...)

    Nice

  • Anne DELEGUE, pédopsychiatre au Centre Hospitalier Annecy Génevois, nous propose un débat autour d’une question d’actualité mais non médiatisée : l’impact de la « psychiatrie biologique » en pédopsychiatrie. Ce thème est inspiré d’un article de F. GONON, neurobiologiste, paru en novembre 2011 dans la revue (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

  • Pour cette tout première édition du café-repaire de Donges, nous vous proposons de d’échanger à propos de L’animation de notre commune. Une convention relative à une participation de 2500 € de l’entreprise Total aux festivités de Noël organisées par la municipalité prévoit que "la ville s’engage à (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.