Novembre

Articles de cette rubrique

  • Grigny Gangs Story (2) Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Nous rencontrons aujourd’hui des bandes de la Grande Borne à Grigny dans l’Essonne, sans gyrophare, sans hystérie sécuritaire, sans racisme social, sur fond de ces paroles de rap qui disent tout depuis si longtemps sur la rage et la légende.
    Le second volet d’un reportage de Charlotte Perry.

  • Grigny Gangs Story Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Blousons noirs, loubards, racaille, ceux que les dignes sociologues appellent "les jeunes des classes populaires" sont - comme disait Pierre Bourdieu - "parlés plus qu’ils ne parlent". On parle d’eux, on parle beaucoup d’eux, mais eux comment parlent-ils d’eux ?
    Un reportage de Charlotte Perry.

  • Cochon bonnet rouge Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Les puissants responsables de l’élevage intensif en Bretagne, soutenus par des subventions publiques depuis des années, réussissent à créer la confusion, en se posant en victime de la catastrophe économique, humaine et environnementale qu’ils ont engendrée avec l’appui de puissants lobbies industriels et professionnels.
    Un reportage d’Anaëlle Verzaux.

  • LIP, LIP, LIP, hourra ! (2) Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    C’est possible, on fabrique, on vend, on se paie. Et ils l’ont fait. C’était il y a juste 40 ans et à Besançon aujourd’hui on revient sur cette lutte tranquillement illégale.
    Le second volet d’un reportage d’Antoine Chao.

  • LIP, LIP, LIP, hourra ! Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Il y a juste 40 ans, la lutte des LIP à Besançon marque une cassure dans notre histoire. Alors que les emplois sont menacés, les salariés vont vendre directement eux-mêmes les montres qu’ils fabriquent : C’EST POSSIBLE, ON FABRIQUE, ON VEND, ON SE PAIE.
    Un reportage d’Antoine Chao.

  • Le Qatar déchaîné Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    3-0 ! La France est qualifiée pour Rio en 2014, c’est la liesse unanime. Le foot nous console de tout et nous aveugle sur tout. Ainsi pour le Qatar en 2022, on se réjouit d’avance à part quelques grincheux qui évoquent les droits de l’homme, l’esclavagisme, la corruption générale.
    Un reportage de Gaylord Van Wymeersch.

  • Poulet bonnet rouge (2) Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Dans le Finistère, quatre entreprises ont fermé ou sont en train de fermer. Après l’abattoir de porcs GAD, c’est au tour de l’abattoir de poulets Tilly-Sabco, qui s’est construit sur un modèle intensif, productiviste, dans les années 1960.
    Le second volet d’un reportage d’Anaëlle Verzaux.

  • Poulet bonnet rouge Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Boulot bas de gamme, poulet bas de gamme, mais c’était mieux que rien. En Bretagne depuis longtemps on connaît les effets de l’agriculture intensive imposée depuis les années 60. Mais avec la mondialisation voilà la concurrence, avec le Brésil, avec le Danemark ou l’Allemagne.
    Un reportage d’Anaëlle Verzaux.

  • Joseph Dauphin, fusillé le 12 juin 1917 Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Le caporal Dauphin a été condamné à mort et fusillé le 12 juin 1917 pour mutinerie. À Tauves, Célestin et Mathilde ont passé leurs vies à tenter de faire réhabiliter leur oncle. Ils sont aujourd’hui partis, sans y être parvenus.
    Une nouvelle diffusion d’un reportage de Daniel Mermet (du 26 novembre 1997), préparé avec l’aide de Raïssa Blankoff.

  • Craonne, sa chanson, ses mutins Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Aujourd’hui nous retournons à Craonne, théâtre d’une des plus sanglantes batailles de la Grande Guerre. De cette boucherie, 155 000 Français morts en dix jours, naîtront les mutineries de 1917 et aussi la célèbre chanson de Craonne.
    Une nouvelle diffusion d’un reportage de Daniel Mermet (du 7 novembre 1997), préparé avec l’aide de Raïssa Blankoff.

Les Rendez-vous des Repaires

  • La violence s’exerce tous azimuts. Entre les États, les peuples ou les communautés bien sûr, mais aussi dans tous les rapports humains et sociaux : dans le monde du travail, dans celui des médias, de l’éducation, du sport, de la famille… Histoire de domination sociale diront les uns, histoire de nature (...)

    Angers

  • "Revenu de base, revenu minimum, revenu inconditionnel, revenu d’existence, salaire à vie..." Ce sera le menu du prochain café repaire organisé conjointement par ATTAC 17 et le Centre d’Animation et de Citoyenneté de Surgères. Nous nous retrouverons mercredi 18 janvier au Café Français de Surgères, à (...)

  • L’accusée « Parti Socialiste » est déjà en état de mort cérébrale, Aude Lancelin parle même d’un PS en voie de putréfaction ; mais nous, citoyens atterrés, ne reculons pas devant l’ignominie ! Nous mettons en procès le « Parti socialiste ». La dictature des marchés ? La libre circulation des marchandises à (...)

    Nice

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

Dernières publis

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.