Bonjour la sous-France (2)

Le , par L’équipe de Là-bas

(photo : Pierre-Henry Muller, www.boreally.org)

Bête immonde, fascisme, années 30... Déguisés en Jean Moulin, nos éditorialistes s’apprêtent à prendre le maquis. Mais qui sont ces Français, ces mauvais Français qui votent si mal ou qui ne votent pas du tout ? Qui sont ces europhobes, populistes, extrémistes "de tout bord" ?

Chaque année le CSA publie une enquête sur la représentation des catégories professionnelles à la télévision. Les "cadres et professions intellectuelles" qui constituent 7% de la population française ont une représentation de 60% à la télévision. Et même 76% dans les tranches d’info. Alors que les ouvriers, qui constituent 9% de la population française ne sont représentés qu’à hauteur de 2%.

C’est un symptôme des profondes inégalités et des profondes fractures qui traversent notre pays. C’est du côté de cette France invisible que nous partons aujourd’hui, dans les Ardennes, autour de Charleville-Mézières, où malgré tout on résiste encore contre la disparition d’un hôpital ou d’une ligne de chemin de fer.

Second volet du reportage de Gaylord Van Wymeersch

Programmation musicale :
- Petits patelins, de Kamini
- Les Corbeaux, par L (Raphaële Lannadère)

À lire :

Jaurès dans les Ardennes

, un livre de Didier Bigorgne (2014, éditions Privat)

À voir :

Silence dans la vallée

, un documentaire de Marcel Trillat (2007, 1h22, produit par la Compagnie des Phares et Balises)

À noter :
Rendez-vous lundi 2 juin 2014 à 15h, pour une émission en direct et en public du théâtre du Rond-Point, autour de la grande enquête menée par Radio France :

"Pour qui pour quoi risquer ou donner sa vie aujourd’hui ?"

Plus d’infos et réservation sur espacepublic.radiofrance.fr >>>>>> Lundi 2 juin 2014, Théâtre du Rond-Point, 2 bis avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris

Écouter l'émission

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.