La Coupe est pleine ! (1)

Le , par Jonathan Duong

Écouter l'émission

C’est la samba de la FIFA ! Les Brésiliens vont-ils obéir à Michel Platini qui leur a demandé « d’attendre un mois avant de faire des éclats un peu sociaux » ? Le Mondial contre le social : voilà l’enjeu, ce que les uns redoutent, ce que les autres espèrent.

Tout se passe comme si les Brésiliens découvraient ce qu’ils savent déjà. Financements occultes, matchs truqués, joueurs et arbitres achetés : de nombreuses enquêtes et affaires judiciaires ont révélé toutes ces turpitudes du football. On sait aussi qu’à Rio des milliers de familles ont été délogées, plus de onze milliards de dollars ont été engloutis par l’État, notamment pour la construction de stades qui ne serviront plus beaucoup, comme précédemment en Afrique du Sud où les habitants sont obligés de payer l’entretien de stades vides et de rembourser des dettes considérables. Les investissements sont publics, mais les bénéfices sont privés.

Tout ça, les Brésiliens le savent parfaitement, mais d’habitude ils l’oublient, le foot est là, on se tait et on verra ça plus tard, accomplissant le vœu de Platini. Sauf que cette fois ça grince, ça coince, ça renacle, ça proteste... Le miracle du foot persiste, l’amour du foot persiste, mais il y a des gouttes qui tombent dans cette Coupe qui, un jour, sera pleine.

Reportage à Rio de Janeiro : Daniel Mermet et Antoine Chao.

Traduction : Anne Vigna.

Programmation musicale :
- Canto das três raças, par Clara Nunes
- Tenha Fe, Pois Amanha Um Lindo Dia Vai Nascer, par Os Originais Do Samba
- Botecoeletro Visita As Baianas Mensageiras De Santa Luzia, par Botecoeletro

À lire :

Comment ils nous ont volé le football : la mondialisation racontée par le ballon

, de François Ruffin et Antoine Dumini (2014, Fakir Éditions)

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.