Paris, valise à roulettes

Le , par L’équipe de Là-bas

L’extrême ségrégation spatiale des capitales n’est pas nouvelle : des riches de plus en plus riches se regroupent dans les centres urbains. Ce qui l’est davantage, c’est que ceux-là vivent ponctuellement dans des villes qui ne sont pas les leurs. Où ils ne résident pas habituellement, transformant de fait ces capitales en villes-musées.

Paris n’échappe pas à la règle qui a vu, en l’espace de cinq ans, près de 20.000 de ses logements soustraits du marché locatif traditionnel.

Le phénomène a un nom : la location meublée touristique. Dans certains arrondissements - notamment dans le centre et l’ouest de Paris - ces locations, à la nuitée ou à la semaine essentiellement, peuvent représenter jusqu’à 20% de l’offre locative.

Les prix constatés sont proches de ceux du secteur hôtelier, soit un niveau compris entre le double et le triple des prix des locations traditionnelles. A tel point que la Ville de Paris commence à se réveiller. Transformer un logement en location touristique nécessite désormais une autorisation préalable de changement d’usage avec compensation. La loi prévoit donc qu’une autorisation auprès de la mairie est nécessaire avant de transformer un logement en location courte(s) durée(s) pour une durée inférieure à un an (ou neuf mois pour un étudiant) lorsque la propriétaire ne vit pas dans le logement.

Exemples : Mme X s’absente un mois et loue sa résidence principale à Paris durant cette période à des touristes : elle n’a pas besoin de cette autorisation. M. Y possède un logement à Paris qui n’est pas sa résidence principale, il le loue à la nuitée ou à la semaine pendant l’année : il doit préalablement demander une autorisation.

Sauf que. Sauf que dans les faits, cette demande n’est jamais posée dans les règles. Et même si un propriétaire contrevenant s’expose à une amende de 25.000 euros et une astreinte d’un montant maximal de 1000 euros par jour et par mètre carré jusqu’à régularisation, la vérité des chiffres parle d’elle-même : pour l’heure, seules vingt situations ont été condamnées par le procureur de la République...

Programmation musicale :

- "Si tu t’imagines", de Juliette Greco

- "Belleville", par Java

Crédit photo : unicellular/Flickr Creative Commons

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous mardi 2 mai pour une nouvelle soirée Café repaire avec le collectif Angers Rassemblement Stop Corruption. Est-il possible d’empêcher les dérives de ceux qui détiennent les rênes du pouvoir ou bien pensez-vous comme le proverbe péruvien « Donnez du pouvoir à un ver de terre, il deviendra un (...)

    Angers

  • Le Repaire limougeaud de Là Bas si j’y suis consacre sa réunion du premier mercredi de chaque mois à un exemple de sociocratie à Limoges : Le collectif de fait "Marceaudacieuse". Les Forgerons de cet atelier d’urbanisme citoyen pour la conversion de la caserne Marceau désaffectée depuis 7 ans (...)

    Limoges

  • Nuit Debout Caen… Nuit de boucan ? Le temps d’une discussion, revenons sur le mouvement Nuit Debout à Caen. Que vous y ayez participé ou non, venez parler de cette expérience difficile à définir et qui n’a peut être pas dit son dernier mot... Précision : les personnes qui seront présentes à cette (...)

    Caen
    36 rue Saint Manvieu

  • Comment le citoyen est-il informé de la vie de sa commune ? La situation est-elle satisfaisante (constat) ? Quelles sont les évolutions ou améliorations à imaginer ? Comment le citoyen peut-il être impliqué/consulté dans les projets communaux et intercommunaux ? Y-a-t-il une limite à la (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier