L’Amérique qui flippe ou l’Amérique qui floppe ? (2)

Le , par L’équipe de Là-bas

Derrière la lumière de Vegas, l’ombre de la crise. Selon Forbes, Las Vegas serait le vide. En 2009, le prestigieux magazine lui a même décerné le titre peu glorieux de "ville la plus vide des Etats-Unis" devant Detroit.

Tout un symbole. Le "Strip" ne brille plus. Au plus fort des "subprimes", la majestueuse artère de la ville aux jeux a, elle aussi, connu la crise. Bordée de casinos et d’hôtels de luxe, la grande avenue fait illusion. Si 39 millions de visiteurs s’y pressent encore et toujours, la métropole du Nevada, qui concentre 70% de la population de cet Etat désertique, affiche un taux de chômage estimé entre 13 et 14%. Bien supérieur à la moyenne nationale (environ 10%).

Les casinos font grise mine. La valeur immobilière, elle, tire franchement la langue. Elle s’est effondrée de près de 40%.

Mais comme toujours, dans les histoires de crise, il y a ceux qui se postent en embuscade. Qui flairent le bon coup.

Ainsi, au Nevada, la crise fait aussi le bonheur des "Frenchies".

Violemment touché par les "subprimes", le marché immobilier de Vegas est devenu abordable... pour des acquéreurs prêts à débourser entre 230.000 et 500.000 dollars la belle bicoque. Chef d’orchestre de ce ballet, Loïc Pillon. Profession : agent immobilier aux USA. L’esprit entrepreneur qu’il paraît...

Welcome to Fabulous Las Vegas ! Deuxième journée en compagnie de Giv Anquetil et Daniel Mermet.

Programmation musicale :

Forclosure Song - inconnu
The Name is Mitt Romney - Romney Rock

Écouter l'émission

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.