Eric Hobsbawm, un "franc-tireur" (1)

Le , par L’équipe de Là-bas

Eric Hobsbawm en était convaincu. Ce contemporain de la révolution d’Octobre - il est né le 9 juin 1917 - a longtemps cru aux perspectives libératrices et égalitaires d’une révolution communiste. Même si au bout de sa plume de "franc-tireur de l’Histoire", il ne croyait plus aux vertus de ce système, Eric Hobsbawm est resté marxiste dans ses conceptions des rapports sociaux et mondiaux, donnant priorité à une histoire "économique et sociale" qui s’est toujours proposée comme une interprétation globale de l’espace et du temps.

Un itinéraire - un itinérant ? - dans le siècle. Dans ce XXe siècle où des millions de personnes se soulevèrent en Europe, sous la bannière des luttes sociales et de la révolution.

Né à la fin de la "grande guerre", cet intellectuel britannique engagé a traversé l’Histoire, ses espérances et ses déceptions. Un homme qui laisse dans son existence et son œuvre foisonnante, des marques et des traces indélébiles. Une curiosité universelle.

A la fois acteur et témoin d’un monde qu’il aurait voulu changer, Eric Hobsbawm est resté un "spectateur engagé". Jusqu’au bout. Jusqu’en ce lundi 1er octobre 2012 où il s’est éteint à Londres, à l’âge de 95 ans.

Un entretien réalisé par Daniel Mermet, en 1999, lors de la traduction française de l’ouvrage L’Âge des extrêmes. Le court XXe siècle 1914-1941.

Quelques éléments bibliographiques :

- Franc-tireur. Autobiographie, Ramsay, Paris, 2005

- L’Âge des extrêmes : le court XXe siècle 1914-1991 (éd. originale : The Age of Extremes, 1994), traduction française, co-édition Le Monde diplomatique - Éditions Complexe, 1999, seconde édition, co-édition Le Monde diplomatique - André Versaille éditeur, 2008

- Les Bandits, éditions Maspero, 1972 (éd. originale : Bandits, 1968). Réédité dans une version revue et augmentée par l’auteur aux éditions Zones, 2008

- Aux armes, historiens. Deux siècles d’histoire de la Révolution française, postface inédite de l’auteur, traduit de l’anglais par Julien Louvrier, Paris, La Découverte, 2007 (éd. originale : Echoes of the Marseillaise. Two Centuries Look Back on the French Revolution, London, Verso, 1990)

- L’historien engagé, éditions de l’Aube, 2000

- L’Ère des révolutions : 1789-1848, Fayard, 1970 ; Editions Complexe, 1988 (éd. originale : The Age of Revolution, 1962)

- L’Ère du capital : 1848-1875, Fayard, 1978, réédition 1994 ; Hachette, 1997 (éd. originale : The Age of Capital, 1975)

Programmation musicale :

- "Oh lady be good !" de Count Basie

- "The world is wainting for the sunrise", par Frankie Newton

Crédit photo : Eric Hobsbawm - Ramsay (2005)

Écouter l'émission

Zoom

Les Rendez-vous des Repaires

  • Saint Lô

    En France, les femmes n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1944. Elles ne peuvent exercer une profession et ouvrir un compte bancaire sans autorisation du mari que depuis 1965. Aujourd’hui, l’égalité hommes/femmes n’est toujours pas effective dans de nombreux domaines. Quelles sont les luttes (...)

    Saint-Lô

  • Vierzon

    Mardi 4 octobre, à 19 heures, le café repaire de Vierzon accueillera Marie-Josèphe Bonnet. Cette historienne, figure du mouvement féministe et homosexuel, pose aujourd’hui la question : où sont passés les rebelles ? Auteur de nombreux ouvrages, Marie-Josèphe Bonnet, qui a milité dans le Mouvement de (...)

  • Angers

    Mardi 4 octobre, rendez-vous au bar Challenge à 19h30 pour organiser la résistance sur tous les fronts. Au programme : – organisation du passage et de l’accueil à Angers le mercredi 12 octobre de la Caravane Solidaire avec la Grèce. – présentation et renforcement du mouvement Nuit Debout – (...)

    Angers

  • Nîmes

    Le café repaire du 7 septembre nous a permis d’évoquer un peu l’histoire, l’origine de la notion de laïcité. Le sujet étant loin d’être épuisé, le 5 octobre, à partir de 19h, nous en remettrons une couche !

    Nîmes
    24 Boulevard Amiral Courbet

  • La Rochelle

    Procédé de mise en œuvre de satisfaction de besoins publics de l’État et des collectivités territoriales, voire même d’établissements publics, le PPP (partenariat public-privé) a souvent mauvaise presse, et pas seulement en France. Déjà, de par son origine, anglo-saxonne. Source diabolique s’il en est. Le (...)

Dernières publis