Je lèche, je lâche, je lynche

Le , par L’équipe de Là-bas

Il faut quelques secondes sur Internet pour salir un homme à jamais. Caché derrière son écran le délateur anonyme n’a qu’a appuyer sur la touche "publier". Les Français ont adressé cinq millions de lettres anonymes de dénonciation à la police allemande durant la dernière guerre. Vous imaginez aujourd’hui avec Internet ? La toile est le paradis du mouchard, du e-mouchard comme du e-espion. Et pour toujours. Finie la bonne vieille calomnie, finie la diffamation que le temps efface. Internet c’est l’hypermnésie.

Dans cinq siècles on saura toujours que Findus avait mis du cheval dans ses lasagnes et que la maitresse de DSK le voyait comme un cochon. Findus paie des fortunes pour faire repeindre son image, DSK fait appel au meilleurs spécialistes de e-réputation pour revenir au temps heureux où l’on pouvait se procurer un Tshirt "YES WE KAHN", col rond, 100% coton, pour 14€95.

Un boulot plein d’avenir la e-réputation. Jadis, au temps de Staline on effaçait de la photo officielle, celui qui n’avait plus la côte. Un job comme un autre.

Aujourd’hui, on efface, on maquille, mais c’est toujours une affaire d’image...

Reportage Anaëlle Verzaux.

Programmation musicale :

- MC Fly Show : "Je fais le buzz"
- Sidabitball : "La mauvaise réputation"
- La chanson du dimanche : "En quête de buzz"

Écouter l'émission

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Le Collectif du 14 juillet 2016, en partenariat avec le café-repaire de Là-bas si j’y suis à Nice, organise une rencontre/débat avec Laurent Bonelli, maître de conférence en sciences politiques à l’université de Paris X Nanterre, sur le thème « Politique sécuritaire, sécurités et libertés ? » Samedi 28 (...)

    Nice

  • Anne DELEGUE, pédopsychiatre au Centre Hospitalier Annecy Génevois, nous propose un débat autour d’une question d’actualité mais non médiatisée : l’impact de la « psychiatrie biologique » en pédopsychiatrie. Ce thème est inspiré d’un article de F. GONON, neurobiologiste, paru en novembre 2011 dans la revue (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

  • Pour cette tout première édition du café-repaire de Donges, nous vous proposons de d’échanger à propos de L’animation de notre commune. Une convention relative à une participation de 2500 € de l’entreprise Total aux festivités de Noël organisées par la municipalité prévoit que "la ville s’engage à (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.