Hommage à André Robillard ou la célébration des fêlés

Le , par L’équipe de Là-bas

Écouter l'émission

Dubuffet avait reconnu, avant lui, le génie bancal du peintre Gaston Chaissac. Il a fait de même avec ce fils d’une garde-barrière et d’un garde-chasse, un drôle de « pistolet » qui a été placé à l’âge de 7 ans en centre psychiatrique. Pour troubles mentaux.
Le bancal a souvent cela de magique qu’il ouvre des univers. Robillard rend hommage à ses parents et fabrique son premier fusil à l’âge de 33 ans. Généralement, la base de son art repose sur une crosse en bois sommairement découpée sur laquelle viennent se greffer toutes sortes de choses récupérées ici ou là.

Des fusils pour de faux. De réelles sculptures que s’arrachent les plus grands musées d’Art brut d’Europe, comme celui de Lausanne qui expose aujourd’hui le premier de ces fusils.

On l’aura compris, « les fusils d’André Robillard tirent à vue dans l’imaginaire, comme le note le journaliste Jean-Pierre Thibaudat, ils font mouche dans le plausible saugrenu mais ne seraient pas foutus de tuer une mouche à un mètre ».

Quant à tuer la misère... « C’est pas rien, débite Robillard. C’te sacrée misère. Il faut l’arrêter avant qu’il ne soit trop tard. Et on peut même se détruire par nous-même sans s’en rendre compte, il faut contre-attaquer pour détruire la misère. »

Remerciements à André Robillard ; Denis Tagu ; Alexis Forestier de la compagnie Les Endimanchés, Roger des Près de la Ferme du bonheur, et Le musée du Lam.

Un reportage d’Antoine Chao.

Programmation musicale :

Tuer la misère, Robillards & les endimanchés CD Audio 15 titres, digipack, livret 12 pages avec plus de 20 dessins inédits d’André Robillard prix : 14 € port compris, commande sur le http://www.opaquerecords.net/disque1.html

Autour du thème !

La soupe est à cuire, de Gaston Chaissac, Finitude, 80 pages, 21 euros.
"Chaissac écrit comme le chat pousse la pelote avec sa patte et la déroule, par jeu, sans doute, et très sérieux, au fond" - Eric Chevillard, Le Monde

Les Rendez-vous des Repaires

  • "Revenu de base, revenu minimum, revenu inconditionnel, revenu d’existence, salaire à vie..." Ce sera le menu du prochain café repaire organisé conjointement par ATTAC 17 et le Centre d’Animation et de Citoyenneté de Surgères. Nous nous retrouverons mercredi 18 janvier au Café Français de Surgères, à (...)

  • L’accusée « Parti Socialiste » est déjà en état de mort cérébrale, Aude Lancelin parle même d’un PS en voie de putréfaction ; mais nous, citoyens atterrés, ne reculons pas devant l’ignominie ! Nous mettons en procès le « Parti socialiste ». La dictature des marchés ? La libre circulation des marchandises à (...)

    Nice

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

Dernières publis

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.