Août

Articles de cette rubrique

  • Lubat si j’y suis, 36e festival d’uzeste Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Lubat si j’y suis, amusicien, visage musical. Uzeste, agitée et résistante.
    Cela fait 36 ans que Bernard et sa compagnie percussionnent, accordéonnent, pianotent musique et mots. Contre la barbarie affairée à triompher, sans chercher à croquer leur part du gâteau. Parce que Bernard Lubat ne voulait pas « finir subliminable, comme un couillon du jazz ». Mixture de gascon, de Coluche et de Lacan, cette phrase est si compréhensible qu’elle désarme. Plein d’espoir, on l’ânonne, en cadence.

    Reportage Antoine Chao et Daniel Mermet.

  • Blanqui à Belle-Ile, petit homme n’est pas mort Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    A Belle-Ile on évoque Monet, Sarah Bernhardt ou Arletty, mais Auguste Blanqui ?
    A part une avenue ou un collège, qui connait celui qui fut surnommé « l’Enfermé » pour avoir passé la moitié de sa vie, 33 ans, dans une vingtaine de prisons ? Ce qui ne l’a pas empêché de devenir la grande figure du socialisme révolutionnaire au XIXe siècle en France, créant des journaux, des sociétés secrètes, montant des insurrections, édifiant la jeunesse révolutionnaire parisienne...

    Reportage : Anaëlle Verzaux et Daniel Mermet

  • Dans les fougères, nos bicyclettes Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Eh, oui, nous revoilà, le clairon sonne, on retourne au front, mais on y va mollo, par les petits chemins, le sentier de la côte, le poulet de Mimi, les adieux au bateau, un poème d’Aragon, le récit du naufrage, les copains en vélo essayant de reprendre la chanson de Pierre Barouh, quand le soleil à l’horizon dessinait sur tous les buissons nos silhouettes...

    Reportage Anaëlle Verzaux et Daniel Mermet.

  • Une heure à ne pas manquer si vous voulez survivre En attendant la fin du Monde Écouter

    Émission du, par Bruno Bartkowiak

    Préparez votre âme ou livrez-vous à la débauche, voici venue la fin des temps.
    Le 21 décembre 2012 exactement, le calendrier Maya est précis, cette fois c’est inéluctable. Sauf si... sauf si ce jour là, vous êtes à Bugarach, petit village de l’Aude qui sera épargné. Vous connaissez cette histoire, depuis des mois les médias enchaînent les reportages. Regards goguenards et amusés devant les "Zozotériques" (...)

  • Un espace autogéré des luttes Le 33 rue des Vignoles Écouter

    Émission du, par Bruno Bartkowiak

    Les locaux de la CNT à Paris, menacés de fermeture.
    C’est un patrimoine vivant. Hérité de l’anarchisme espagnol, de la mémoire ouvrière et de la culture alternative. Une mémoire ancrée dans la vie de ce quartier du 20e arrondissement, aujourd’hui menacée de fermeture. Les travaux de rénovation coûtent chers et les négociations financières restent pour l’heure au point mort. Ce qui est en jeu ? Le maintien (...)

  • Une mémoire ouvrière "Un jour dans la vie d’Armonie" Écouter

    Émission du, par Bruno Bartkowiak

    Oui, Armonie, sans H, c’est son nom. Elle distribue des tracts pour Lutte Ouvrière. Nos vies valent mieux que leur profit. Elle nous ouvre sa porte, sa vie, sa mémoire. Une mémoire ouvrière. Le chômage augmente, le FN aussi. Armonie écoute un peu de Beethoven et retourne distribuer des tracts. La lutte continue. Mais pourquoi Armonie sans H ?
    Un reportage de Sarah Lefèvre
    Programmation musicale (...)

  • Oligarchie L’argent sans foi ni loi Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Entretien de Daniel Mermet avec Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon autour de leur livre "L’argent sans foi ni loi".
    Les revoilà. Toujours discrets dans leurs gestes et incisifs dans leurs mots et leur pensée, les Pinçon-Charlot abordent cette rentrée avec un livre outil sur une arme. Cet argent virtualisé par les pros du bandit-manchot, ces traders qui banquent quand les peuples doivent les (...)

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Le Collectif du 14 juillet 2016, en partenariat avec le café-repaire de Là-bas si j’y suis à Nice, organise une rencontre/débat avec Laurent Bonelli, maître de conférence en sciences politiques à l’université de Paris X Nanterre, sur le thème « Politique sécuritaire, sécurités et libertés ? » Samedi 28 (...)

    Nice

  • Anne DELEGUE, pédopsychiatre au Centre Hospitalier Annecy Génevois, nous propose un débat autour d’une question d’actualité mais non médiatisée : l’impact de la « psychiatrie biologique » en pédopsychiatrie. Ce thème est inspiré d’un article de F. GONON, neurobiologiste, paru en novembre 2011 dans la revue (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

  • Pour cette tout première édition du café-repaire de Donges, nous vous proposons de d’échanger à propos de L’animation de notre commune. Une convention relative à une participation de 2500 € de l’entreprise Total aux festivités de Noël organisées par la municipalité prévoit que "la ville s’engage à (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

Dernières publis

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.