Février

Articles de cette rubrique

  • Les mille discours de Sarkozy Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    A partir des mille discours de Nicolas Sarkozy prononcés entre 2007 et 2012 (soit 10 millions de mots !), l’historien et linguiste Damon MAYAFFRE, spécialiste de l’analyse du discours politique assisté par ordinateur, livre ses conclusions. Réjouissant et consternant. Reportage de Giv Anquetil.

  • Les ouvriers, les oubliés Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Mais où sont passés les ouvriers ? Dans la bouche de Marine Le Pen ? Dans les discours de Mélenchon ? Dans les cauchemars de Sarkozy ? Entretiens de Daniel Mermet autour de 2 films-documentaires "Grandpuits et petites victoires" d’Olivier Azam et "De mémoires d’ouvriers" de Gilles Perret.

  • Gandrange : un mensonge d’Etat sans importance Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    A l’heure où Nicolas Sarkozy promet de sauver le site sidérurgique Arcelor Mittal à Florange, retour sur l’histoire d’un mensonge d’état dans un cas similaire, celui de l’aciérie Gandrange, qui s’était achevé par sa fermeture et la suppression de 575 postes sur les 1108 du site. Nouvelle version d’un reportage d’Aline Leclerc, aujourd’hui 15 heures sur France Inter.

  • Pierre Seel, homosexuel déporté Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Les provocations homophobes du député UMP Christian VANESTE sur "la légende de la déportation des homosexuels" a ramené l’attention sur l’histoire de Pierre Seel, mort en 2005, après un combat pathétique pour faire connaître la persécutions des homosexuels par les nazis.

  • La Hongrie en marche arrière (VIII) Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Avant de partir, une visite au "Memento Park" le parc des statues de l’époque communiste, une attraction touristique et aussi un petit tour à Bocsa, berceau de la branche paternelle de monsieur Nicolas Sarkozy.
    Reportage de Daniel Mermet et Antoine Chao aux origines de Nicolas Sarkozy.

  • La Hongrie en marche arrière (VII) Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    L’insurrection populaire de 1956 c’est la statue de Staline qui tombe, c’est les chars soviétiques qui tirent dans la foule. Avec Viktor Lugosi nous évoquons le soulèvement d’octobre 56 à Budapest. Reportage d’Antoine Chao et Daniel Mermet.

  • La Hongrie en marche arrière (VI) Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Alors, où sont les dissidents dans la Hongrie d’aujourd’hui ? Rencontre avec le philosophe Gaspar Miklos Tamas. Pour lui la lutte est sur deux fronts : Orban et son Orbanistan, bien sûr, mais aussi les voix indignées de Bruxelles ou de Paris. "Contre Orban oui, avec l’étranger, non". Rencontres dissidentes aussi au Café Repère de Là-bas qui ouvre à Budapest ! Reportage de Daniel Mermet et Antoine Chao en Hongrie.

  • La Hongrie en marche arrière (V) Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Dans les années 70 la Hongrie c’était "la baraque la plus gaie du camp". Aujourd’hui un tiers des Hongrois vit en dessous du seuil de pauvreté, dont un million dans la grande détresse. Aussi pour beaucoup, les années du "socialisme du goulash" ressemblent à un paradis perdu. Reportage de Daniel Mermet et Antoine Chao à Budapest.

  • La Hongrie en marche arrière (III) Écouter

    Émission du, par L’équipe de Là-bas

    Comme dans toute l’Europe centrale, les Roms de Hongrie sont les boucs émissaires du marasme économique et social. La discrimination raciale n’est pas nouvelle, mais aujourd’hui plus le pays s’enfonce plus la violence contre les Roms augmente.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Le Collectif du 14 juillet 2016, en partenariat avec le café-repaire de Là-bas si j’y suis à Nice, organise une rencontre/débat avec Laurent Bonelli, maître de conférence en sciences politiques à l’université de Paris X Nanterre, sur le thème « Politique sécuritaire, sécurités et libertés ? » Samedi 28 (...)

    Nice

  • Anne DELEGUE, pédopsychiatre au Centre Hospitalier Annecy Génevois, nous propose un débat autour d’une question d’actualité mais non médiatisée : l’impact de la « psychiatrie biologique » en pédopsychiatrie. Ce thème est inspiré d’un article de F. GONON, neurobiologiste, paru en novembre 2011 dans la revue (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

  • Pour cette tout première édition du café-repaire de Donges, nous vous proposons de d’échanger à propos de L’animation de notre commune. Une convention relative à une participation de 2500 € de l’entreprise Total aux festivités de Noël organisées par la municipalité prévoit que "la ville s’engage à (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

Dernières publis

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.