Second tour : 81% des inscrits ne veulent pas de Macron

Le

Macron est élu, mais selon les tout derniers sondages, à peine 18% des inscrits veulent de lui comme président de la République.

L’équipe de Là-bas a fait quelques calculs très simples :
Population française 67 millions de Français
Électeurs potentiels 53,4 millions de Français
Inscrits (88,6%) 47 millions de Français
Non inscrits (11,4%) 6,4 millions de Français
(dessin : Colloghan)

Selon la dernière estimation d’Ipsos/Sopra Steria à 17h ce dimanche 07 mai, l’abstention au second tour serait de 26% des inscrits, soit 12,2 millions de Français.

Le nombre de suffrages exprimés s’élèverait donc à 34,8 millions.

Si on se fie aux dernières estimations de l’ultime enquête d’Ipsos/Sopra Steria du vendredi 05 mai, les intentions de vote pour Emmanuel Macron seraient de 63%, soit 21,9 millions de voix.

Mais sur l’ensemble des votants pour Emmanuel Macron, certains le font sans adhérer à son projet, « pour faire barrage au Front National ». Selon un sondage réalisé jeudi 04 mai et publié par Ipsos Sopra-Steria, « les électeurs qui votent pour Emmanuel Macron le font à 40 % par adhésion et à 60 % par défaut. »

DONC, sur les possibles 21,9 millions de voix pour le candidat de En Marche ! :
- 13,1 millions de personnes voteraient Macron par défaut,
- et 8,7 millions des votants adhèreraient au candidat Macron, soit seulement 18,6% des inscrits ! 

On peut donc penser que plus de 81% des inscrits sur les listes électorales n’ont pas envie du futur président !

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Sur notre site

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le Kaffee Repaire de Berlin reprend ! Mathieu Pouydesseau, ancien membre du Bureau National du Parti socialiste à titre des frondeurs, démissionnaire suite à la loi sur la déchéance de nationalité, nous présentera la nouvelle réforme du travail 2.0 et ses raisons. Le 2 août 2017, le Sénat votait le (...)

    Berlin
    4 Wildenbruchstraße

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.