À lire chez ACRIMED

Hollande renonce : les journalistes-pronostiqueurs avaient vu juste !

Le

Après l’enthousiasme médiatique pour le « président Juppé », le site d’Acrimed (Action-Critique-Médias) revient sur les prédictions et les « informations exclusives » de nombre de grands médias quant à la candidature de François Hollande : www.acrimed.org/Hollande-renonce-les-journalistes-pronostiqueurs

Une collecte de titres de ce journalisme de pronostic qui n’a eu de cesse, au cours des derniers mois, de la victoire du Brexit à la défaite d’Alain Juppé en passant par l’élection de Donald Trump, de se tromper et d’oublier la vocation première du journalisme : produire une information sérieuse, vérifiée et recoupée.

Ce qui n’a rien à voir avec les commentaires de rumeurs, les extrapolations sur la base d’hypothèses et les prédictions expertes à propos de bruits qui courent – qu’elles tombent finalement juste, ou, comme ici, spectaculairement à côté de la plaque.

Collecte réalisée par Julien SALINGUE pour Acrimed

Une mention spéciale à Éric Brunet, journaliste extralucide à RMC et à Valeurs actuelles, auteur en 2012 du célèbre ouvrage Pourquoi Sarko va gagner, et qui s’est distingué cette fois par un remarquable doublé.

Collecte réalisée par Julien Salingue pour Acrimed

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le Kaffee Repaire de Berlin reprend ! Mathieu Pouydesseau, ancien membre du Bureau National du Parti socialiste à titre des frondeurs, démissionnaire suite à la loi sur la déchéance de nationalité, nous présentera la nouvelle réforme du travail 2.0 et ses raisons. Le 2 août 2017, le Sénat votait le (...)

    Berlin
    4 Wildenbruchstraße

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.