Un TEXTE À L’APPUI de Daniel MERMET

Au temps de l’esclavage, ils auraient négocié le poids des chaînes

Le

Louise Michel, Mandela, Che Guevara, mais où sont les révolutionnaires d’aujourd’hui ? On les a trouvés, ils sont à la une de Libération, ils sont quarante, quarante rebelles qui ont eu l’audace de lancer un appel aux patrons, « l’appel des 40 au CAC 40 ».

Ce qu’ils exigent ? Que les salaires des patrons n’excèdent pas 100 fois le SMIC ! Cent fois, c’est-à-dire 1 750 000 € annuels. Le montant du SMIC étant de 17 592 € bruts annuels (soit 1 144 € mensuels), alors que les patrons du CAC 40 sont en moyenne à 4,2 millions € bruts annuels, soit 238 fois le SMIC. Le réduire à pas plus de 100 fois, telle est l’exigence impérative de ces insurgés.

À première vue, on peut trouver que c’est déjà beaucoup. Mais on peut aussi se demander pourquoi se contenter de ce qui resterait tout de même une énorme inégalité. Qu’est-ce qui fait qu’un homme vaut cent fois plus qu’un autre ? Alors que, par exemple, la peu révolutionnaire CES (Confédération Européenne des Syndicats) propose un écart de 1 à 20.

L’éventail acceptable des revenus est une vieille histoire

L’économiste Jean Gadrey(1) rappelle qu’au 5ème siècle avant notre ère, Platon préconisait une échelle de 1 à 4. C’est ce que la majorité des Français estime acceptable toujours aujourd’hui. En 1998, une recherche de l’économiste Thomas Piketty montrait que l’écart acceptable entre un cadre supérieur et une caissière de supermarché était de 3,6 pour une majorité de Français. Même le grand banquier américain John P. Morgan (1837-1913) estimait qu’un PDG ne doit pas percevoir plus de 20 fois le revenu moyen de ses salariés. Même Henry Ford, capitaliste légendaire, considérait que l’écart acceptable ne pouvait dépasser 1 à 40. Mais pour les quarante indignés de Libération, cet écart peut aller de 1 à 100. Ce journal, qui rappelons-le est la propriété du milliardaire Patrick Drahi, sixième fortune française, avait mentionné l’Union syndicale Solidaire parmi les signataires de l’appel. C’était un abus que Solidaire a aussitôt dénoncé, ce syndicat en effet milite pour un écart de 1à 20 dans l’immédiat pour atteindre ensuite 1 à 10.

Parmi les signataires, des rebelles comme Dany Cohn-Bendit, Nicolas Hulot, Cécile Duflot ou Jean-Christophe Cambadélis passent pour de hardis justiciers mais ils ne font que renforcer les inégalités et les faire accepter par l’opinion. Au temps de l’esclavage, ils auraient négocié le poids des chaînes. Ils n’auraient pas osé s’attaquer au système esclavagiste dans la crainte des conséquences économiques, mais ils auraient lancé une courageuse pétition pour réduire le poids des chaînes et limiter le nombre de coups de fouet pour les esclaves indociles.

Jadis, l’ouvrier le moins révolutionnaire n’avait qu’une idée devant ces gros patrons, les pendre, et non pas militer pour les aider à gagner cent fois plus que lui.

Daniel MERMET

(1) Alternatives Economiques, novembre 2008

Les Rendez-vous des Repaires

  • "Revenu de base, revenu minimum, revenu inconditionnel, revenu d’existence, salaire à vie..." Ce sera le menu du prochain café repaire organisé conjointement par ATTAC 17 et le Centre d’Animation et de Citoyenneté de Surgères. Nous nous retrouverons mercredi 18 janvier au Café Français de Surgères, à (...)

  • L’accusée « Parti Socialiste » est déjà en état de mort cérébrale, Aude Lancelin parle même d’un PS en voie de putréfaction ; mais nous, citoyens atterrés, ne reculons pas devant l’ignominie ! Nous mettons en procès le « Parti socialiste ». La dictature des marchés ? La libre circulation des marchandises à (...)

    Nice

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

Dernières publis

Une sélection

À Boston, après les élections américaines, un entretien exclusif avec NOAM CHOMSKY [VIDÉO : 25’28] NOAM CHOMSKY : TRUMP EST UNE MENACE POUR LE MONDE ? AbonnésVoir

Le

Pour Noam CHOMSKY, depuis plusieurs années, les États-Unis sont mûrs pour l’avènement d’une figure autoritaire. Celui que MICHAEL MOORE décrit comme « lamentable, ignorant, clown à mi-temps et sociopathe à plein-temps » est élu président des États-Unis. Voici Ubu Roi à la Maison Blanche.

Sauf que ce n’est pas une farce. Dans le pays le plus puissant du monde, l’imprévisible TRUMP est à la tête de « l’organisation la plus dangereuse de l’histoire mondiale ». Comment comprendre ce retournement de l’histoire ? De toutes nos rencontres depuis plus de dix ans avec Noam CHOMSKY, celle-ci est un appel urgent à la mobilisation et au « militantisme populaire ».

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.