À BAS LA LOI, VIVE LA JUNGLE !

UBER M’A TUER ! Abonnés

Le

Uber. Un développement fulgurant, un chiffre d’affaires qui double tous les six mois, 200 millions d’utilisateurs dans le monde. Un effet de la prodigieuse révolution numérique qui transforme le monde. Une pieuvre qui se greffe sur toutes nos activités pour pomper du fric…

Tout ça, le client n’y pense pas trop. C’est moins cher, c’est plus rapide, voilà tout. Mais quelques-uns se posent des questions, et posent des questions au chauffeur. C’est ce qu’a fait notre journaliste Martine ABAT. Et là c’est autre chose. Pas de salaire, pas d’horaires, pas de cotisations, bref, pas de loi, pas de droit. Plus de cent heures par semaine pour quelques poignées d’euros. L’"ubérisation", c’est la paupérisation garantie.

Pas pour tous. En très peu de temps, Travis Kalanick, l’inventeur d’UBER, s’est fait une petite fortune de 5,3 milliards de dollars. C’est un héros d’aujourd’hui, il se pavane dans les magazines qu’on peut feuilleter sur le siège arrière, tandis que le chauffeur se crève jour et nuit sur son volant. Mais que voulez-vous, c’est ça ou le chômage, mais que voulez-vous, qu’on le veuille ou non, les consommateurs en veulent, mais que voulez-vous ? Oui, mais attention, la colère monte, la rage, la violence est à fleur de peau chez ces nouveaux prolos. Reste à savoir comment se défendre, comment s’organiser ?

Un reportage de Martine ABAT.

Uber m’a tuer (extrait)

Les différentes séquences du reportage :

01. UBER : « UN MONDE MEILLEUR » [09’45]

01. Uber : « un monde meilleur »
(photo : Martine ABAT)

02. 35 HEURES EN DEUX JOURS ET DEMI [08’13]

(photo : Martine ABAT)

03. LE HORS-LA-LOI UBER [10’37]

(photo : Martine ABAT)
(photo : Martine ABAT)

Merci à Carlos et Mohammed.

Programmation musicale :
- Taxi Wars : Taxi Wars
- The Manhattan Transfer : Core of Sound


reportage : Martine ABAT
réalisation : Jérôme CHELIUS

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page.)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

Daniel Mermet reçoit Mickaël Wamen, Romain Altmann, Gaël Quirante et Griselda Michel Samedi 22 avril : premier tour social ! Voir

Le

Plusieurs syndicats, collectifs et associations lance un appel pour un rendez-vous inédit le 22 avril, veille du premier tour de l’élection présidentielle. Objectif : porter les luttes, les exigences sociales et inviter les salariés à une manifestation nationale à Paris en prenant la rue Place de la République à 14 heures.